Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    22
    06
    2009

    Looking for Eric - Ken Loach

    20 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

     

    Looking for Eric,
    De

    Avec S. Evets, E. Cantona, S. Bishop

    : Sortie en salle le 27 mai 2009
    Looking for Eric - Ken Loach
    .
     

    En 1997, Éric Cantona quittait les pelouses et déchirait à jamais le coeur de millions de footophiles. Partageant depuis son temps entre le beach soccer et la comédie (prestations souvent savoureuses dans des films souvent nuls), Canto a cette fois trouvé chaussure à son pied grâce à Ken Loach et Paul Laverty, qui lui offrent le rôle de sa vie : lui-même. Dans Looking for Eric, Cantona est Cantona, monstre de talent et de charisme qui apparaît à un autre Eric, principalement les soirs de fumette. La vie d'Eric est moins prestigieuse : deux mariages ratés, deux beaux-fils ingrats qui le prennent pour leur domestique, une fatigue chronique ...
     

    Ce film produit par Eric Cantona semble destiné à démontrer que les stars du foot et le foot en général agissent sur le public comme une thérapie : démonstration d'autant plus convaincante en s'appuyant sur le mythe Cantona, un joueur d'exception généreux qui conserve comme meilleur souvenir de sa carrière, non pas un but marqué mais une passe décisive. Un géant au grand coeur qui s'exprime pudiquement par aphorismes moitié français moitié anglais (ne pas louper le document d'archives de Cantona balançant un aphorisme sur les sardines dans un anglais de Pagnol à une conférence de presse pendant le générique de fin). Avec Ken Loach derrière la caméra, on dépasse largement cette mission avec une comédie réaliste sociale ...
     

    Grâce à Jérôme de Cinefeed/Cinefriends, nous avons eu la chance, mon ami et moi, d'assister à une première publique de Looking For Eric (en compétition cette année à Cannes). Le scénario écrit par Paul Laverty (It's a free world et Le vent se lève) (sur une idée d'Eric Cantona) raconte une histoire grave, au début, et qui débouche sur une fantaisie légère et émouvante qui remonte le moral. La présence d'Eric Cantona et la solidarité entre les êtres y sont pour beaucoup ...
     

    Ce qu’il y a de bien dans les films de Ken Loach c’est cette assurance de toujours se retrouver en terrain familier. Des personnages issus de la working class, sans le sou mais qui se battent pour retrouver un semblant de dignité, avec toujours ce discours engagé et cette volonté de ne jamais se laisser abattre. C’est pas très drôle, certes, mais on sort de là tout de même ragaillardi ...
     

    Malgré sa légèreté, Looking for Eric est une fable sociale dans la tradition du cinéma de Ken Loach. Le sujet est néanmoins largement moins profond que la plupart des drames sociaux réalisés par le cinéaste. Ici, Loach pointe du doigt un problème sociale très particulier et circonscrit aux stades de football. Les drames provoqués par les hooligans dans les années 80 ont aboutit à des dispositions drastiques ...
     

    On retrouve donc King Eric dans le rôle d’idole d’un autre Eric, Eric Bishop (que l’on appellera Little Eric, joué par Steve Evets, un parfait inconnu), cinquantenaire exerçant le métier d’agent de la poste à Manchester et héros malgré lui de cette histoire. Ce dernier perd totalement pied dans sa vie, rongé par le remords d’avoir quitté sa première femme par lâcheté alors qu’elle attendait son enfant environ 25 ans plus tôt et n’exerçant plus aucune autorité sur ses deux beaux-fils qui sombrent petit à petit dans la drogue et la délinquance depuis qu’Eric a obtenu leur garde ...
     

    Curieux objet cinématographique que ce LOOKING FOR ERIC. Si on a connu Loach, toutes ces années, pour être le parangon du cinéma social, du cinéma du réel, qui lui a permis de gagner sa première Palme d'Or en 2006 pour LE VENT SE LEVE, il se trouve ici en antinomie avec ce qu'il a fait jusqu'ici. Enfin, en antinomie, c'est exagéré. Je m'explique. Si l'observation sociale est toujours présente, elle l'est en filigrane ...
     

    Ceux qui comme moi ne sont fans ni de foot ni d'Eric Cantona n'ont rien à craindre et peuvent aller voir le dernier film de Ken Loach "les yeux fermés". Quant aux autres qui attendent de voir leur idole, les supporters enflammés, d'entendre gronder les gradins du stade, de sentir les effluves de bière et la sueur des joueurs seront servis. Looking for Eric, vous l'aurez compris, n'est pas un film sur le foot...Et pourtant,on y retrouve tout ce qu'il y a d'universel dans ce sport ...
     

    Avis aux non-footeux! Je suis des votres! Pourquoi ces considérations bien personnelles? Pour vous dire qu'il n'est nul besoin d'être fan de foot pour aimer ce film. Oui, Looking for Eric est une sorte d'ode à Cantona, mais l'auto-dérision du footballer est telle que peu importe si on aime ce sport ou non. On s'amuse du personnage qu'endosse Cantona et de ses aphorismes ...
     

    L’histoire se répète, un teaser qui donne envie, la promesse d’une sombre noirceur ponctuée d’humour anglais, des critiques élogieuses… et moi qui une fois de plus me retrouve au ciné devant un Ken Loach, l’un des réalisateurs contemporains les plus surestimés. Tout commence donc avec cette bande-annonce excitante qui vend une promesse que le film ne tiendra pas ...
     

    Ça se passe à Manchester et c’est du Ken Loach, donc évidemment on n’est pas chez les bourgeois et le réalisateur n’a pas besoin de grands discours pour décrire la réalité et le quotidien pas rose. Mais qui aurait cru qu’un jour sur ce blog je crierais : « HOURRAHHH CANTONA !!! » ...
     

    Etrange objet que ce Looking for Eric, semblant de comédie et dégradé de chronique anglaise qui peinent à être tout simplement un film. Imaginer le grand Ken Loach tourner une pothead comedy sur Eric Cantona paraissait déjà aussi improbable que Michael Haneke réaliser une comédie musicale sur Samir Nasri, alors que dire du résultat sinon qu’il s’avère encore plus incongru que l’intitulé. Si Cantona interprète lui-même Cantona, on a l’impression qu’un autre cinéaste fait du Ken Loach. En moins bien, forcément. Comme si l’Anglais n’assumait pas son projet ...
     

    Sur une idée originale d’Eric Cantona, Ken Loach réalise une comédie franchement réussie ! Entre le facteur au bout du rouleau, fantastique Steve Evets dans le rôle d’Eric Bishop et le King des terrains Eric Cantona, dont un poster grandeur nature orne un pan de mur de la chambre va s’engager un bien improbable dialogue ...
     

    On ne me la fera pas. C'est pas parce qu'on nous montre des engliches bedonnants, un appart mal rangé, un héros à qui il manque des dent - bref, ce n'est pas parce que c'est signé Ken Loach - que ce n'est pas une comédie comme une autre. Et c'est tant mieux comme ça ...
     

    Ooh Aah! Un film qui requinque, comme on dit chez nous. Qui plus est un Ken Loach, (ce qui n'était pas gagné d'avance) qui se paie le double luxe de nous faire rire et de "bien" finir... Elle est pas belle la vie ? L'histoire d'une paire Éric : Éric 1 le "héros" du film, postier, dépressif, suicidaire, et mal à l'aise ...
     

    Ken Loach, après quelques films plus graves, plus politiques, dont Le vent se lève, qui lui a valu la palme d'or à Cannes il y a quatre ans, revient avec cette exquise comédie, truffée de répliques percutantes et de scènes absolument hilarantes – la séance de relaxation de groupe, où chacun pense à son personnage historique préféré, est une séquence d’anthologie ...
     

    Ken Loach, avec plus de quatre décennies de cinéma derrière lui, ne s’est jamais détourné de son intérêt pour les classes sociales les plus touchées par les ravages économiques de cette vieille Angleterre qui l’a vu naître, et qu’il filme avec une véracité confondante, couplant la fiction narrative à des scènes documentaires ...
     

    Un instant on avait pu croire avec les bandes-annonces de ce Looking for Eric, que Ken Loach avait disparu et s'était ré-incarné en entraineur des stades. Mais non, le vieux routier du cinoche est toujours là et roule toujours à gauche ...
     

    D'habitude, il n'y a guère matière à rire dans un film de Ken Loach. Sauf que cette fois, nous y trouvons aussi Eric Cantona. Joueur doué et fantasque, Canto n'avait pas les armes techniques pour cotoyer Maradona ou Messi au panthéon du genre, mais il avait une arme irrésistible, qui l'a fait élire joueur du siècle auprès des supporters de Manchester United : un tempérament, un caractère ...
     

    D’un accès de prime abord laborieux, cette comédie sociale de Ken Loach peine à nous faire rentrer dans le sujet, si bien qu’on croit quelques instants qu’on va s’ennuyer ferme. Il n’en est rien. Le héros du film, un Eric anonyme, au bout du rouleau, fan de la star Eric Cantona, devient sincèrement attachant ...

    Note : 4/5 (13 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006