Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    30
    06
    2009

    Confessions d'une accro du shopping - P.J. Hogan

    3 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , ,

     

    Confessions d'une accro du shopping, 
    De ,

    Avec I. Fisher, H. Dancy, K. Ritter

    Sortie le 6 Mai 2009
    Confessions d'une accro du shopping - P.J. Hogan
    .

     
    Pendant qu'à Cannes une poignée de chanceux voit des films jusqu'à plus soif, d'autres se contentent de ce qu'on leur propose et en sont réduits à se poser de passionnantes question grammaticales. Accro du shopping ? Ne devrait-on pas dire accro au shopping ? Interrogation fascinante s'il en est, mais qui ne mènera pas loin puisqu'un spécialiste tel que Jacques Capelovici ou Alain Rey ne manquera pas de rétorquer que d'abord, accro, c'est moyennement français, et que shopping est un affreux anglicisme) ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Avec le succès du Diable S'habille en Prada ou du film Sex & The City, le producteur Jerry Bruckheimer n'allait pas rester sur le carreau et saisi la balle au bond avec l'adaptation d'un autre best-seller de la "chick lit" vendu en France a plus de 600 000 exemplaires. Confession d'une Accro Au Shopping est l'adaptation d'un roman de Sophie Kinsella. Un livre et maintenant un film qui raconte l'histoire quasiment contraire du Diable S'Habille En Prada. Alors que dans ce dernier, la jeune héroïne acceptait un poste dans un magazine de mode pour s'en servir de tremplin dans la vie) ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Ayant dévoré les livres, j’avais peur de ne pas trouver dans le film la fraîcheur et la candeur qui font le charme de Becky. Mais l’humour et l’autodérision sont tout aussi présents dans le film que dans les livres de Sophie Kinsella et on ne peut qu'être attendris et amusés par la salve de mésaventures qui s'abat sur l'héroïne, mésaventures dues à ses petites maladresses et à ses achats compulsifs et irraisonnés ...

    Lire la suite de la chronique chez .


    Note : 2.9/5 (32 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006