Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

25
03
2009

In dearland - Elvis Perkins

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

In dearland,

,

Paru en 2009
 
 
In dearland - Elvis Perkins
Acheter Elvis Perkins in Dearland sur Amazon
 

Elvis Perkins avait débarqué il y a deux ans avec son nom de hall of famer, sa tête à claque de premier de la classe et surtout un premier album Ash Wednesday plein de petites chansons très plaisantes dont l'enchanteur While you were sleeping. Ce qui arrive généralement dans ces cas là, c'est qu'on attend le deuxième au tournant, on l'écoute deux fois, bof, bof, placard. Sauf que là, In Dearland (en fait le nom de son groupe et non du disque) est arrivé sans crier gare et le charme a réopéré (...)

 

Lire la suite de la chronique de .

 

Il y a deux ans KMS me faisait découvrir avec émotion (partagée) le très beau premier album d'Elvis Perkins, Ash Wednesday (même le titre était superbe). Une véritable révélation tant le fils d'Anthony et de Berry Berenson venait de publier un de ces disques qui vous accompagnent dans chaque micro moment de votre vie. La guitare en bandoulière et les plaies béantes (son père mort du Sida, sa mère s'écrasant contre le World Trade Center un certain 11 septembre) exposées avec une distance salvatrice... il n'en fallait pas plus pour voir en lui un espoir folk comme chaque année nous en offre un ou deux (...)

 

Lire la suite de la chronique de .

 

Il y a fort à parier que les antécédents familiaux d'Elvis Perkins pouvaient lui mettre la pression (ou lui donner un avantage par rapport aux autres) : un père comédien, Anthony Perkins, une mère photographe (Berry Berenson) dont la soeur est par ailleurs l'inoubliable Marisa Berenson, sublime égérie de Barry Lyndon. Les circonstances tragiques de la disparition de ses parents – complications du SIDA pour son père, le crash du 11 septembre 2001 pour sa mère – ont largement inspiré Ash Wednesday, premier jet pas guilleret pour un sou du chanteur/guitariste américain paru il y a deux ans (...)

 

Lire la suite de la chronique de .


Note : 4.5/5 (2 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006