Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

23
10
2007

We are the night - Chemical Brothers

2 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
,

 
We are the night,



Publié en 2007

Acheter We are the night sur Amazon
The Chemical Brothers - We Are the Night
 

 

 

J'ai couru l'acheter dès que j'ai eu un peu de temps, après avoir été au concert (histoire de garder la joie de la découverte intacte au zénith). J'ai déjà dans ma besace une grande partie de leurs album, et chaque album a été jusqu'ici pour moi un plaisir renouvelé. A chaque fois différent mais toujours sur une certaine continuité. "We are the night" ne déroge pas à cette règle (...)

Lire la suite de la chronique de .

 

Voilà un petit moment que je me disais qu'il fallait écouter ce nouvel album des Chemicals Brothers après le terrible Push The Button dont je ne me lasse pas d'ailleurs. Et voilà qu'il me tombe dans les mains de manière inopportune, c'était l'occasion rêvée, et la saisissant à pleine oreille, je n'ai franchement pas été déçu, bien au contraire (...)

Lire la suite de la chronique de .


Note : 3.8/5 (5 notes)


Imprimer   1 Commentaire Commenter  
>>

Commentaires

Ce n’est pas un album mauvais juste écoutable en camping, certes, mais l’époque est sévère pour eux. Le monde musical a changé. Ils s’en rendent comptent aussi vu qu’ils ont rafraîchi leur carnet d’adresses mais sont incapables d’accrocher le wagon. Si vous n’avez plus écouté de musique électronique depuis Music For The Jilted Generation de Prodigy, vous allez faire des découvertes. Dans le cas contraire, il s’agira d’une très peu inspirée musique de fond. Le plus gros problème, c’est qu’à l’heure où James Murphy nous a asséné une belle claque cette année dans le registre qui était le leur (la fédération de la caste des électroniciens et les rockeurs au cœur pur), ils patinent. Je veux bien qu’ils raflent plus d’auditeurs du côté de Basement Jaxx mais pour nous, certes un peu plus snobs et analytiques que la moyenne, c’est quand même en dessous des standards, y compris des leurs. Cet album ne m’est donc plus adressé. Mais je dois quand même avertir les éventuels destinataires de la baisse de qualité et de la différence grandissante entre la bonne musique électronique et ses placebos. L’indulgence diminue au fil des écoutes en tous cas. La raison en est simple : on a eu entretemps l’occasion d’écouter autre chose. De la musique électronique par exemple. Comparez avec James Holden, Trentemöller, The Field ou Ellen Allien et tout ceci est un peu fade.

We Are The Night et sa moche pochette n’appartient pas à la catégorie des ratages, ni même des déceptions. Le sentiment est différent, comme celui d’un copain qu’on apprécie mais qui nous raconterait une vieille blague trop répétée. On sourit de confiance, de connivence, avec la nostalgie du temps où elle était mieux racontée et encore drôle. Et puis on a déménagé maintenant, et on a de nouvelles connaissances, de nouveaux amis... Et on se dit qu’on ne le rappellera sans doute plus.

Anonyme - 12.07.07 à 09:00 - # -

Commenter

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006