Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    09
    05
    2009

    Tokyo Sonata - Kyoshi Kurosawa

    11 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , ,

     

    Tokyo Sonata, 
    De ,

    Avec K. Yakusho, T. Kagawa, K. Koizumi
    Sortie le 25 Mars 2009
    Tokyo Sonata - Kyoshi Kurosawa
    .

     
    Tokyo Sonata marque un tournant radical dans le travail de Kyoshi Kurosawa. Le réalisateur japonais, esthète du cinéma fantastique et d’horreur (quoique son oeuvre est assez inégale) change complètement de registre et signe un drame social complexe et fascinant, parfait révélateur de l’état de la société japonaise aujourd’hui. Tokyo Sonata lorgne d’abord du côté de Laurent Cantet (L’Emploi du temps) et Nicole Garcia (L’Adversaire) avec cette histoire d’un cadre d’entreprise qui n’arrive pas à avouer son licenciement à sa famille ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Si Tokyo Sonata fait indéniablement figure de transition dans l’œuvre de Kiyoshi Kurosawa, loin d’en constituer une rupture, elle opère en totale continuité avec le reste de son œuvre. Une jeune femme, de dos, dans une maison sombre, s’approche d’une fenêtre et se penche vers la pluie qui tombe au dehors. Tokyo Sonata porte dès les premières images la patte du cinéaste de Cure mais pour la première fois, le fantastique et l’étrange qui l’abritaient de la « protection » de l’imaginaire, se sont évanouis ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Après Walter Salles et sa Famille brésilienne, c'est au tour de Kiyoshi Kurosawa de dresser le portrait de ce qu'il estime être une famille ordinaire de son pays d'origine. Il s'agit de la première incursion dans le drame pour ce cinéaste spécialisé dans le fantastique languide, et il faut reconnaître que celui-ci s'en tire mieux que bien. Tokyo sonata est une chronique d'un réalisme étouffant qui semble dire quelque chose de vrai sur le Japon et son mode de vie ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Les patrons japonais ont une technique assez efficace pour licencier leurs cadres : après les avoir félicités pour le travail accompli depuis des années, puis leur avoir annoncé le transfert du service en Chine où trois employés reviennent au coût d'un travailleur japonais, ils les somment de répondre à la question suivante : qu'est ce que vous pouvez apporter à l'entreprise ? Faute d'avoir trouvé une réponse convaincante assez rapidement, Hiroyuki Sasaki se retrouve viré du jour au lendemain ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    J’ai du mal à parler de ce film, et pourtant je le dois car c’en est un grand. C’est la première fois que je vois un film du très prolifique Kyoshi Kurosawa (31 films en 31 ans), je ne peux donc pas comparer ce drame intime ancré dans la réalité sociale japonaise avec ses précédentes œuvres fantastiques et horrifiques. En revanche je dirai que Tokyo sonata m’a paru d’emblée baigner dans une angoisse et une étrangeté rares qui en font, plus qu’une chronique sociale sur les ravages de la mondialisation, un vrai et sublime portrait de la condition humaine ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Ou quand vacillent les murs d’une famille japonaise ! Au commencement était le père(Kagawa Teruyuki), pilier de celle-ci, contraint d’abandonner sa place au sein de la société qui l’emploie et cachant sa situation soudaine à sa famille. Commence pour lui un étrange parcours, celui du mensonge, sauver les apparences, continuer d’être aux yeux de sa famille. ..le chef de celle-ci ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Ca fait des mois qu’on nous le rabâche, c’est la crise ! A cause des dérives d’un système libéral dénué de garde-fous, et de l’inconséquence de quelques traders et hommes d’affaires, l’économie est secouée, les cours de la bourse s’effondrent, les banques affichent des pertes record. Des entreprises sont au bord de la faillite et sont obligées de se mettre en chômage technique, faute de commandes, quand elles ne mettent pas en place des plans de licenciement aux conséquences humaines et sociales désastreuses. Bref, tout le monde est touché, plus ou moins durement, et l’avenir ne s’annonce pas des plus réjouissants ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Fer de lance de la nouvelle vague du cinema japonais, Kiyoshi Kurosawa, au côté de Takeshi Kitano, de Takashi Miike et de Shynia Tsukamoto, est comme ses trois compères un réalisateur difficile à cerner tant il peut donner aussi bien dans le très sérieux à la réalisation soignée (comme c’est le cas ici) que dans le film métaphysique obscure et fantastique (« Charisma »). Qu’ils soient policier (« Cure »), fantastique (« Kairo ») ou encore psychologique (« Licence to live »), il y a dans tous les films de Kurosawa une sorte de mystère pesant amplifié par le minimalisme des dialogues des personnages ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Tokyo Sonata est le premier film que je découvre de Kiyoshi Kurosawa et la découverte reste favorable par la qualité de la mise en scène et l'originalité d'un scénario qui dérape totalement sur une deuxième partie onirique, coupant avec la chronique sociale, malgré des interprétations parfois limitées. Cependant, le film reste intéressant en comparaison avec ceux du maître Yasujiro Ozu ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    A quelques heures d'intervalle, une autre histoire de famille japonaise. A priori, un peu étonnante de classicisme, dans l'oeuvre un peu glauque de l'autre Kurosawa. Une première partie (les 3/4 du film) très propre sur elle, bien peignée, impeccable : le papa est viré de son boulot, l'aîné souhaite s'engager dans l'armée américaine, le cadet vole l'argent de la cantine pour se payer en douce des cours de piano, la maman rêve vaguement d'autre chose, bref, ça se désagrège doucement ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Kiyoshi Kurosawa renverse l'image du Japon sage, moderne, paisible. Le drame familial de Tokyo Sonata balaye l'image d'une société rassurée par le plein emploi et la croissance économique. Il montre que le pays du Soleil Levant peut vaciller si les Japonais subissent une crise brutale à laquelle ils ne sont pas prêts : ici, la famille explose et le point de départ est cette perte d'emploi qui remet tout en question sur le fonctionnement de cette cellule familiale ...

    Lire la suite de la chronique .


    Note : 4.5/5 (8 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006