Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    23
    06
    2009

    Terminator Renaissance - McG

    8 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , ,

     

    Terminator Renaissance,
    De

    Avec C. Bale, S. Worthington, A. Yelchin

    Sortie en salle le 3 Juin 2009
    Terminator Renaissance - McG
    .
     

    Il y a 25 ans de cela, un certain James Cameron réalisait un diptyque de science-fiction aussi virtuose qu’ingénieux qui réécrivait tout un morceau de la Bible (le massacre des Innocents) en se projetant dans un futur apocalyptique. A l’époque où la robotisation et l’informatique étaient en plein essor technologique (et culturel), T1 et T2 glaçaient le sang avec cette fresque SF ancrant l’inévitable chute de l’humanité comme seul avenir possible de la société moderne ...
     

    Alors que vous étiez à peine nés, en 1984, Shwarzinator déboulait sur terre et sur grand écran nu comme un ver et c’était bien beau. Arnold n’avait encore été « que » Mister Univers, starlette sur la plage de Cannes, (dé)Conan le Barbare et ne se prenait pas encore pour Ronald Reagan ...
     

    Qui sait, peut-être qu'un jour vers 2018, ce blog aura résisté à la guerre apocalyptique avec les machines et cette phrase prendra alors tout son sens sur vos écrans, comme les exhortations à la radio de John Connor, dans le style : les humains parlent aux humains. En tout cas moi aussi je prépare mon futur, sait-on jamais, comme John Connor ...
     

    Après la comédie signée Jonathan Mostow, les fans attendaient qu'un réalisateur digne de ce nom offre une vraie suite aux deux Terminator de James Cameron, monuments d'actioner SF qui n'ont pas pris une ride (enfin, surtout le 2). Ça semblait bien mal parti avec l'arrivée sur le projet de McG, gentil clippeur responsable des agaçants et colorés Charlie's angels ...
     

    Six ans après le troisième épisode, la saga Terminator est de retour avec le premier épisode d'une nouvelle trilogie sansle réalisateur James Cameron déjà absent du numéro trois et surtout sans Arnold Schwarzenegger parti jouer au Gouverneur. Une suite qui se démarque totalement du genre des trois premiers : Maintenant c'est la guerre ! Initié en 1985, cela fait déjà 24 ans que l'on attendait enfin de voir la guerre entre humains résistants et l'armée de robots dirigé par Skynet ...
     

    Étant donné que Terminator est l'une de mes sagas cinématographiques préféré, le quatrième opus ne pouvait que m'attirer. Pourtant, un Terminator sans Arnold Schwarzenegger avec McG derrière la caméra (je garde un avis perplexe de "Charlie et ses drôles de dames" et encore plus perplexe pour sa suite), j'avais de grosses craintes. Pourtant, la bande annonce et le casting était alléchant donc prenant mon courage à deux mains, il fallait absolument que j'aille découvrir ce nouvel épisode en salle et c'est maintenant chose faite. Mes craintes ont rapidement été balayé ...
     

    Enfin, le futur. Les machines, comme prévu, on détruit l'humanité en envoyant des bombes un peu partout, transformant la terre en un très convénient désert apocalyptique de circonstance. Les machines sont maîtresses de l'Univers connu. Mais, ce n'est pas tout. Les humains survivants, très organisés, sont entrés en résistance ...
     

    Comme souvent un peu novice lorsqu’il s’agit d’une franchise comportant de nombreux fans, je suis allé voir ce film sans connaitre précisément le décor planté par les précédents opus. Seule source d’indication, une bande annonce plutôt bluffante. Et on n’est pas déçu. Rapidement, on est plongé au cœur de l’action, dans des scènes tout simplement spectaculaires ...

    Note : 3.2/5 (6 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006