Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    06
    11
    2007

    Le deuxième souffle - Alain Corneau

    5 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , ,

     

    Le deuxième souffle,

    D'

    Avec D. Auteuil, M. Bellucci, M. Blanc
    Sortie le 24 Octobre 2007
    Le deuxième souffle - Alain Corneau
    Acheter Le deuxième souffle sur Amazon

     

    Après "Le Deuxième souffle" de , il était impossible de faire mieux et même aussi bien, dans ces conditions, le remake d’Alain Corneau n’est pas mal, comme on dit, avec un parti pris de faire du beau, du stylé, du daté années 60. Une image cuivrée a remplacé le noir et blanc pour être à la fois dans l’époque et hors époque, des ralentis ont été empruntés aux films d’action asiatique pour moderniser l’ensemble ...

     

    Le deuxième souffle. De vie. De liberté. Celui de Gustave Minda (dit Gu), interprété par Daniel Auteuil, condamné à la prison à vie pour grand banditisme, qui parvient à s’évader. Traqué par la police, il prévoit de s’enfuir à l’étranger avec Manouche (Monica Bellucci) la femme qu’il l’aime, qui l’aime. Pour financer leur départ, il accepte de participer à un braquage, normalement le dernier… Quel défi de réaliser une nouvelle adaptation du roman de José Giovanni, quarante et un an après celle de Jean-Pierre Melville, le maître du polar à la française ...

     

    Que dire ? Le deuxième souffle d'Alain Corneau dure 2h30. C'est le "remake" du film en noir et blanc de Melville que je n'ai pas aimé et qui, à mon avis, a beaucoup, beaucoup vieilli. D'origine, c'est un roman de José Giovanni de 1958 avec des dialogues et expressions des truands de l'époque. Pour en revenir au film de Corneau, c'est filmé en numérique dans des teintes orangées ...

     

    Beaucoup de cinéastes se sont cassés les dents à vouloir donner leur propre vision d'une œuvre d'art déjà existante. Le problème se pose souvent quand il s'agit d'adapter un roman au cinéma ; il est encore plus difficile de se frotter à un film mythique pour en livrer une adaptation moderne. On pense récemment à Gus Van Sant, conteur talentueux et créateur d'un univers unique, qui n'a pas su donner une seconde vie au Psychose d'Hitchcock. Il faut dire que l'exercice (de style ?) est délicat ; les risques sont nombreux : plagiat, copie plus pâle que l'originale, comparaison inévitable, hommage étriqué ...

     

    La scène d'ouverture nous montre l'évasion de Gu, dont la première impression donnée est celle d'un homme vieux et usé. On enchaîne ensuite sur une fusillade dans un bar où se trouvent ses anciens amis, prétexte à la présentation de la plupart des personnages, dont Michel Blanc en inspecteur qui va se livrer à un monologue résumant la situation, assez amusant mais aussi assez long. Le début est d'ailleurs comme ça, long, pas tant par le rythme lent que par l'absence d'enjeu important ...

    Note : 3.1/5 (10 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Commentaires

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006