Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

03
12
2007

Angel - François Ozon

5 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , ,

 

Angel,

De

Avec R. Garai, L. Russell, M. Fassbender

Sortie en salle le 14 Mars 2007
Sortie en DVD le 27 novembre 2007
Acheter Angel sur Amazon
 

Tout au long du film, on pense inévitablement à «Autant en emporte le vent», pas seulement à cause de la volonté manifeste d’Ozon de récréer un film des années 40 avec les codes de l’époque, mais à cause du personnage féminin qui a tant emprunté à Scarlett O’Hara… Sauf qu’Angel n’est pas foncièrement sympathique… Car c’est en portant un jugement sur son personnage que le réalisateur casse les codes des films de l’époque et on sait depuis « Huit femmes » combien Ozon aime casser ses poupées. (...) Dès le générique, une musique de grand film romantique Hollywoodien nous emporte pendant que sont filmés des pas dans la neige, souliers et bas des jupons bleus des jeunes filles en uniformes. Angel Deverell, longue brune au teint pâle et au regard fiévreux, arrive en retard en classe ...
 

François Ozon est un cinéphile averti, et une nouvelle fois après "8 Femmes", il a décidé de réaliser un film hommage. Cette fois, il a pris pour référence, mieux, pour modèle, les mélodrames anglosaxons des années 30 et 40 : "Les Quatre Filles du Dr March", "Autant en emporte le Vent" ou "La Splendeur des Amberson". Le problème, c'est que quand Ozon rend hommage, il se lance dans une reconstitution scrupuleuse ...
 

Tout réalisateur français intimiste qui se respecte se doit de tourner un film aux accents britanniques. Ainsi, après François Truffaut et ses Deux anglaises et le continent, Patrice Chéreau avec Intimité, c’est au tour de François Ozon de s’y coller pour Angel. L’adaptation du roman d’Elizabeth Taylor (non, c’est pas elle…) qui raconte les aventures sentimentales d’une jeune arriviste anglaise acquérant rapidement gloire et succès dans l’Angleterre du début de siècle. Le moins qu’on puisse dire en tout cas c’est qu’Ozon sait se renouveler à chaque film ...
 

Vous allez encore dire que j’ai les idées tordues mais ce qui a porté le coup le plus décisif à François Ozon dans mon esprit, c’est de découvrir un film de…Lelouch ! Connaissez-vous Mariage ? C’est un très mauvais film mettant en scène la vie d’un couple (Rufus et Bulle Ogier) à travers quelques instants clés de son existence (l’achat d’une maison, la nuit de noces le jour de la Libération, la routine bourgeoise qui s’installe…). En découvrant cette œuvre rance, je me suis dit que j’avais déjà vu ce film : c’était 5x2 de François Ozon. Le principe était exactement le même sauf que le récit se déroulait à rebours chez ce dernier ...
 

Que ce film est étrange, décalé et kitsh ! Et pourtant, malgré quelques longueurs, ce fut un réel plaisir que de le visionner. Il est à prendre absolument au second degré, il a indubitablement des faux airs d'Autant en emporte le vent, et vous laissera quelques impressions de déjà-vu, souvenirs de grandes sagas passées en boucle lors d'anciennes vacances de Noël, depuis longtemps oubliées ...

Note : 3.1/5 (10 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006