Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

13
02
2009

Working on a dream - Bruce Springsteen

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

Working on a dream,



Sortie en 2009
Acheter Working On A Dream sur Amazon
Bruce Springsteen - Working On a Dream (Deluxe Version)
 

Les premières notes d'un album sont généralement décisives, elles donnent le ton, dans tous les sens du terme... et le ton de ce nouveau Springsteen est clair, il se résume en une simple expression : "faute de goût". Qu'est-ce que ce pompage du pénible I was made for lovin you des guignols de Kiss ? Rien moins qu'une double faute de goût impardonnable ... 

Lire la suite de la chronique d' .

 

S'il fallait résumer la carrière de Springsteen dans les années deux-mille à un seul et unique qualificatif, en dents de scie serait sans doute celui qui ferait le mieux l'affaire. Dans les années quatre-vingt dix, déjà, le Boss avait été capable du meilleur comme du pire... mais durant cette décennie qui s'achève il a récidivé avec des écarts encore plus saisissants d'un extrême à l'autre. Commençant plutôt mal avec un traumatisme post-09/11 sans doute respectable mais en tout cas mal digéré (The Rising), il a depuis redressé violemment la barre avec un de ses meilleurs albums (Devils & Dust) puis l'un des disques de reprises les plus sensationnels qu'on ait jamais entendus (We Shall Overcome) ... 

Lire la suite de la chronique de .

 

Working on a dream, hymne obamanien et titre du nouvel album du Boss, sonne l’heure des rêves et des espoirs d’une Amérique en pleine renaissance. Une heure qu’augure, dans une fracassante trombe rock, Outlaw Pete, le meilleur track de la galette, odyssée rageuse dans les décors américains ; du désert arizonien aux chutes du Niagara, c’est toute l’Amérique qui est convoquée dans ce périple 100% springsteenien, rocailleux, électrisant, fantastique, dont on ne sort pas indemne, à la fois épuisé et galvanisé par ces huit minutes de guitares, d’harmonica et de violon sublimes. Le reste se fait plus prosaïque, plus propret et donc moins sensationnel ... 

Lire la suite de la chronique du .


Note : 3.2/5 (5 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006