Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    05
    03
    2009

    Sept vies - Gabriele Muccino

    7 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , ,

     

    Sept vies,
    De

    Avec W. Smith, R. Dawson, W. Harrelson

    Sortie en salle le 14 Janvier 2009
    .
     

    Un éditeur devrait publier le scénario de Sept vies en y ajoutant la mention suivante : « comment pourrir une idée simple et belle en la racontant de façon tarabiscotée ». Le script de Grant Nieporte (dont c'est, tiens donc, le baptême du feu) ressemble en effet à une compilation de ce qu'il ne faut pas faire tant tout semble mis en place pour passer à côté du sujet. La pire idée du film est d'avoir tenté de faire du héros un personnage énigmatique, au passé et aux motivations pour le moins troubles. Comme n'importe quel idiot a tout compris au bout de cinq minutes, la suite est quelque peu pachydermique ...
     

    - Salut, c’est moi.
    - Toi qui ?
    - Tu sais, le film…
    - Le film.
    - Oui, un superbe mélo sorti il y a peu.
    - Ah. Two lovers ?
    - Non. Tu sais, avec Will Smith.
    - Hancock ? (Je doute qu’Hancock soit un mélo, mais je ne vois vraiment pas)
    - Mais non. Sept vies ...
     

    Quel est donc ce secret, ce fameux secret dont parlait la bande-annonce ? Où diable est-t-il donc cet enjeu scénaristique qu’il fallait absolument taire ? Et puis, qui est réellement Ben Thomas ? Alors que semblait planer l’ombre d’un étrange et inexplicable mysticisme sur le film, du moins la bande-annonce tendait à le faire croire, il n’en est absolument rien. Sept vies s’avère même étonnamment banal, normal, loin de toute surenchère sur le destin d’autrui et sur la possibilité de le changer. Il ne s’agit finalement « que » d’une fable contemporaine et anodine sur le don littéral de soi. Là où le film s’avère particulièrement intéressant, c’est que ce don n’est absolument pas motivé par l’amour de l’Homme ou un quelconque héroïsme citoyen mais uniquement par le désespoir et la perte du goût de la vie ...
     

    Will Smith cultive son image de mec impeccable, sensible, drôle, fiable, bref, le mec idéal. De films en films, toujours des succès d’envergure, l’ex Prince de Bel Air, a le beau rôle, quelque soit le registre. Will Smith choisit bien ses personnages, choisit bien les films qu’il souhaite porter et, finalement, s’est largement détourné de ses rôles légers qui auraient vite pu lui coller à la peau avec les succès de Bad Boys, Independance Day ou Men in Black. Will Smith, à l’écran au moins, c’est un mec cool qu’on a forcément envie de prendre en sympathie. Il ne se prend pas la tête à sauver le monde, et il est aussi un séducteur hors pair ...
     

    Sept vie laisse perplexe. Pour qui n’aurait pas lu pleinement le pitch, on se sent quelque peu perdu, faute de comprendre les véritables motivations de cet agent du fisc. Le réalisateur est laborieux dans la conduite de son récit. Avec le titre en mémoire, on se dit même qu’on va découvrir sept histoires différentes. En fait, il n’en est rien, puisque le réalisateur s’attardera surtout sur l’une d’entre elles ...
     

    Sept vies est lent. Trop lent. La première heure du film se compose d’une suite interminable de longueurs, plus ou moins flagrantes. Les lacunes en montage sont évidentes et ternissent l’intrigue, pourtant passionnante mais qui tarde à faire son nid. Trop de temps est nécessaire au spectateur pour comprendre les faits et gestes du personnage principal. Parallèlement, l’histoire d’amour prend le dessus sur la quête de Ben Thomas, alors que cette relation sentimentale n’est qu’un imprévu ...
     

    Comme beaucoup le savent déjà, Sept vies marque la seconde collaboration entre Gabriele Muccino et Will Smith après le biopic À la recherche du bonheur. Des premiers films qu'il a réalisé (Comme toi, Juste un baiser, Souviens-toi de moi) jusqu'à sa récente carrière américaine, le réalisateur italien s'est rapidement imposé comme l'une des valeurs sûr du mélodrame à succès. Quant à l'acteur américain, s'il a d'abord fait ses armes au cinéma dans de gros blockbusters musclés (Bad Boys, Independence Day, Men In Black), il semble de plus en plus vouloir élargir sa filmographie à des rôles plus sensibles ...

    Note : 3.2/5 (9 notes)


    Imprimer   1 Commentaire Commenter  
    >>

    Commentaires

    Sept vie

    Trés bon film, l'un des meilleurs de will smith ^^

    [Note de modération] : Les liens permettant de voir un film en streaming (ou de toute autre manière non-conforme aux droits d'auteurs) ne sont pas acceptés sur ce site.

    medi12 - 25.01.09 à 12:42 - # -

    Commenter

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006