Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

08
05
2009

OSS 117 : Rio ne répond plus - Michel Hazanavicius

20 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 

OSS 117 : Rio ne répond plus,
De

Avec J. Dujardin, L. Monot, A. Lutz
Sortie en salle le 15 Avril 2009
OSS 117 : Rio ne répond plus - Michel Hazanavicius
.
 

OSS 117 : Rio ne répond plus se déroule 12 ans après le premier volet, en 1967. Coty n’est plus président, mais c’est le général de Gaulle. Des bandes de hippies veulent changer le monde (« Changer le monde, quelle drôle d’idée ? Il est très bien comme il est le monde ! »). Hubert Bonnisseur de la Bath, lui, reste fidèle à lui-même, beauf raciste, sexiste et imbu de sa personne. Rio ne répond plus ressemble beaucoup à Le Caire nid d’espions, même si l’on a changé d’époque et d’ambiance ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

C'est peu de dire que retrouver Hubert Bonisseur de la Bath, a.k.a. OSS 117, est un vrai plaisir. Le Caire nid d'espions prenant de la valeur au fil des visions, on pouvait espérer que Rio ne répond plus vienne surclasser cette première aventure. À l'arrivée, c'est une légère déception qui prime, heureusement apaisée par l'idée que voir et revoir le film risque une fois encore de le bonifier ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Pour la première moitié du film, c'est drôle, les jeux de mots fusent et sont exploités au centuple, exit la subtilité du premier opus, on charge la barque, on a voulu faire mieux, on décline les gags à n'en plus finir, on les rentabilise... Pourtant, si l'on rit volontiers et souvent en référence au premier film dont on attend la suite, quelque chose titille : dans ce film d'action, fut-il parodique et hyperbavard, où sont les scènes d'action? Il y en aura très peu dont deux in extremis vers la fin du film et pas très convaincantes. Une nouveauté : la fièvre des écrans splités en deux, en dix, en cent ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Hubert Bonisseur de la Bath est désormais affublé du ravissant pseudonyme de Noël Flantier mais il n’a rien perdu de ses costumes et de son attitude surannés, ni de sa misogynie, de son racisme et de toutes ses autres tares légendaires (la pire affliction qu’on puisse lui reprocher étant pour lui la première !) qui, vues sous le prisme du premier degré ou maladroitement mises en scène et interprétées, pourraient être consternantes, voire dangereuses ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Presque trois ans pile poil apres le premier épisode, l'agent OSS 117 est de retour dans un second long métrage dont l'action se déroule douze ans apres ses premieres aventures. Toujours aussi stupide mais aussi efficace, l'agent Hubert Bonisseur de La Batte quitte le Caire direction Rio De Janeiro à l'aube du plus grand changement du 20ème siecle. Saga commencée au cinéma en 1959, les aventures d'OSS 117 avaient connu un lifting trés réussi avec Le Caire, Nid D'espions. Un film qui ne se revendiquait pas comme la suite des autres mais un tout nouveau chapitre completement independant ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le premier opus des aventures de OSS 117 est sorti il y a exactement 3 ans réussissant à rassembler 2 304 000 de spectateurs. La sortie DVD et bientôt le passage télé ont encore accru la notoriété du film. Les fans attendent avec impatience le nouvel opus de cet anti-héros et autant vous le dire tout de suite ils ne seront pas déçus. Dans OSS 117 Rio ne répond plus vous retrouverez tout ce qui a rendu culte le premier film: des dialogues dignes d'un travail d'orfèvre, une reconstitution de la fin des années 60 époustouflante, une réalisation léchée et un Jean Dujardin habité par son rôle de crétin ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Héros clé de feu la Quatrième République, pourfendeur du nazisme et homme à femmes invétéré, Hubert Bonisseur de la Bath est envoyé à Rio pour une nouvelle mission mystérieuse et forcément dangereuse… L’espion OSS 117 est de retour au Brésil. La première fois, c’était en 1967 sous l’oeil d’André Hunebelle. Une autre époque donc. Depuis le personnage a été dépoussiéré, réimaginé et interprété avec une classe et une nonchalance parfaite par l’excellent Jean Dujardin ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le second volet des aventures de l’agent secret français le plus… français débarque dans les salles mercredi, chargé d’espoirs et d’appréhension. L’espoir d’une suite aussi loufoque et pétillante que le précédent volet, Le Caire nid d’espions (2006), dans lequel Jean Dujardin dévoila un talent certain à incarner cet agent très spécial envoyé dans Le Caire de 1955 par le Président français, René Coty, afin de remettre de l’ordre dans ce tumulte de complots ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

La mise en scène est toujours aussi soignée que dans le premier opus. Michel Hazanavicius respecte le grain et l’esthétique des films de l’époque, reprend même le vieux logo de la Gaumont pour son générique, s’amuse à parodier classiques du septième art (Sueurs froides ou Cinquième colonne d’Hitchcock) et films de série B (films de yakuzas, films de catch mexicain, vieux sérials…) ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Il est de retour ! Douze ans ont passé, on l’appelle désormais plus souvent de la Bath que Hubert mais sinon il n’a pas changé ni pris une ride, le meilleur agent secret de France reste fidèle à sa nation, à sa patrie, coûte que scout. Sur les traces d’un chimiste nazi, OSS 117 fait escale à Rio et équipe avec la belle Dolorès dans ce second opus pétaradant, loin d’être Mossad. A l’épreuve du bon goût, sans tabou ni aucune limite, les scénaristes n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère, tapant sans vergogne sur les Chinois, les Juifs et les Nazis pour mieux stigmatiser le chauvinisme français ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Comme dans le premier « épisode », on se fiche un peu de l’intrigue car on sait qu’elle sera résolue à la surprise de 0SS lui-même qui ne comprend pas grand-chose à ce qu’on lui demande mais qui bénéficie toujours d’un pot monumental pour se trouver sur les bonnes pistes et s’en sortir sans (presque) une égratignure. Ce qui l’intéresse davantage c’est de tester son pouvoir de séduction qu’il juge lui-même irrésistible ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Je suis encore étonné (et réjoui) du succés qu'"OSS 117 : Le Caire nid d'espions" a rencontré, que ce soit en salle (2,2 millions de spectateurs), en DVD ou lors de sa récente diffusion sur M6 (4,6 millions de téléspectateurs). Etonné, car l'humour de Michel Hazanavicius repose sur un cocktail savant qui fait appel à l'intelligence et à la culture du spectateur, bref sur tout autre chose que les recettes habituelles des comédies françaises, gabarit "Asterix aux Jeux Olympiques" ou "Coco" ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le premier OSS... était quand même une bonne surprise, et malgré des lacunes énervantes, le film laissait transparaître une certaine sincérité et une fraîcheur agréable. Dans le paysage post-pocalyptique du cinéma comique français, OSS... faisait figure d'oasis grâce notamment à une large place laissée à l'absurde et à la mise en scène (ou au moins au visuel). Il faut dire qu'au milieu de l'atmosphère saturé par les comédies franchouillardes insipides basée sur un comique TV surpayé jouant ses meilleurs sketchs casés à coup de pieds dans une ébauche de scénario filmé par un transfuge du téléfilm en état de grâce, la moindre idée un peu originale fait l'effet au spectateur zombifié d'une poche d'oxygène pure ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Je dois avouer que j’ai piaffé d’impatience en attendant la sortie du nouvel « OSS 117 : Rio ne répond plus ». Trois ans après le premier opus « OSS 117 : Le Caire, nid d’espions » peu de comédies sont venues égayer mes soirées en salles obscures. Et non ! « Bienvenue chez les ch’tis » n’a pas arrangé les choses. Malgré mon excitation, je savais que je serais forcément un peu déçu ; la surprise n’y étant plus, et atteindre à nouveau un tel niveau de connerie n’étant pas donné à tout le monde ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Donnant tout d'abord l'impression d'un copier-coller du premier opus dans la première partie du film, les nouvelles aventures d'OSS 117 reprennent les ingrédients du premier épisode, les mêmes remarques misogynes ou racistes en les amplifiant, pour notre plus grand plaisir. N'ayant pas du tout accroché au premier volet, je me suis surpris à rire aux larmes dans ce nouvel épisode. Alors les aventures brésiliennes seraient-elles meilleures que celles égyptiennes ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

En 2006 le premier 0SS 117 était une jolie surprise de comédie française labellisée Gaumont. Irrévérence, haro sur le beauf, dialogues punchy et soin de la forme: voilà qui tranchait avec les formules habituelles du genre. Trois ans après ce succès critique et public voici cette suite située presque dix ans plus tard, et donc directement dans l'environnement des Bond puisqu'on est alors en fin de période Connery. Des moyens plus importants ont été alloués, et Hazanavicius profite à l'évidence d'une grande liberté pour se permettre d'aller plus loin dans les plaisanteries incorrectes. Mais en faisant d'Hubert Bonisseur de la Bath un abruti plus franc et encore plus déphasé dans l'environnement, il brise aussi l'un de ces petits équilibres ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le second opus des aventures d'Hubert Bonnisseur de la Bath était attendu au tournant. Le premier volet (Le Caire, nid d'espions) avait su séduire autant par ses gags multi-référentiels, son humour politiquement incorrect, que par son esthétique réussie. Eh bien pour Rio ne répond plus, c'est la même chose mais en mieux ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le grand point fort des nouvelles aventures de l'agent secret OSS 117, c'est sont côté auto-parodique absolument remarquable et ses réparties caustique. Grâce à l'interprétation formidable de Jean Dujardin, jamais on ne peut prendre les remarques de ce Hubert Bonisseur de la Bath au premier degré. Aussi stupide que dans 'Le Caire, nid d'espions', OSS 117 semble cependant un peu dépassé par les situation et les évènement qui l'entourent ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Il y a à peine quelques jours de cela, je découvrais pour la première fois les premières aventures d'OSS 117 version Jean Dujardin qui entrainé l'agent français en plein Caire. A la sortie du deuxième opus, c'est donc dans l'espoir de retrouver une franchise qui m'avait bien emballé que j'ai été voir "OSS 117 : Rio ne répond plus". Encensée par la presse et possédant dès sa sortie un bouche à oreille de bonne qualité, il me tarder en tout cas de pouvoir me faire ma propre opinion. Le premier volet m'avait beaucoup fait rire et je dois dire qu'une fois encore, j'ai passé un très bon moment devant ce film qui réussi l'exploit d'être quasiment aussi bon à mes yeux ...

Lire la suite de la chronique chez .
 

Le premier film de la série était déjà une réussite, mais celui-ci est encore mieux, il a gagné en volume et en densité. On retrouve un Jean Dujardin excellent, son personnage est encore plus cynique, raciste , mysogine et “con” :) , une bonne dose d’humour, politiquement incorrect, comme l’on en voit plus au cinéma, sans pour autant sombrer dans le lourd et l’ennuyeux. Les répliques sont simplement géniales et hilarantes ...

Lire la suite de la chronique chez .

Note : 3.2/5 (11 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006