Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

04
05
2007

Je pense à vous - Pascal Bonitzer

4 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , ,

 

Je pense à vous, 
De ,

Avec E. Baer, G. Pailhas, M. De Van

Sortie en salle le 29 novembre 2006
Sortie en DVD le 4 Juillet 2007
Acheter Je pense à vous sur Amazon
 

 
Elle est morte. Après lui, elle est devenue un zombie. Durant quatre longues années, elle n’a fait qu’errer parmi les vivants, en ressassant cette époque bénie où elle caressait le doux amour de son homme. Ce bellâtre insupportable, égocentrique et faussement moraliste se prénomme Hermann, traîne son air dédaigneux ici et là sans se soucier des réactions sincères de son entourage féminin ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
"Je pense à vous" est un film d'un temps qu'on croyait révolu dans le cinéma français : un drame psychologique entre gens du 6° arrondissement, écrivains, éditeurs, psychiatres. Appartements le long du Bois de Vincennes, Rue Jacob, maison d'édition au Quartier latin, Parc du Luxembourg servent de cadre à des situations vaudevillesques et déjà cent fois vues ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Rien, absolument rien, ne se dégage de ce vaudeville insipide et nombriliste ! Quelque chose de froid et paresseux en même temps, avec ce brin de suffisance qui vous donne la migraine. Comme une sensation de déjà vu, de réchauffé, d'inutile et de pédant. Presque laid, malgré Geraldine Pailhas. Totalement ennuyeux, malgré Edouard Baer. Péripéties amoureuses et comportements névrotiques entre bourgeois du sixième arrondissement de Paris, la panacée ! Exaspérant, faussement étrange et Chiant ! ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Deux sentiments contradictoires m’animaient lorsque je me suis rendu en salle pour découvrir le nouveau film de Pascal Bonitzer. Du côté des ondes positives, le souvenir des trois films précédents du cinéaste, pas inoubliables (la preuve, ils me sont totalement sortis de l’esprit) mais plutôt plaisants, pas mal écrits et interprétés par de bons comédiens (Berroyer dans Encore, Lucchini dans Rien sur Robert et Auteuil dans Petites coupures). Côté onde négative, une certaine lassitude (pour ne pas dire une lassitude certaine) à l’égard de ces comédies « intellos » qui pullulent sur les écrans depuis 10 ans et qui se targuent de nous faire rire en mettant en scène (c’est un bien grand mot) la psychanalyse ...

Lire la suite de la chronique chez le .


Note : 4/5 (5 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006