Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

26
04
2009

Da Vinci Code - Ron Howard

11 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :

, , , , , , , , , ,

 

Da Vinci Code, 

De ,

Avec T. Hanks, A. Tautou, J. Reno

Sortie en salle le 17 mai 2006
Sortie en DVD le 29 novembre 2006
Acheter Da Vinci Code sur Amazon
 

 
Je dois être un des rares pèlerins à n'avoir pas lu «The Da Vinci code» et ce n'est pas ce grand jeu de piste pour grands adultes, lent, long et (plutôt) laid, qui m'encouragera à acheter le livre. Je me demandais pendant la projection si ce film n'était pas un effet pervers de l'autofiction… Je veux dire par ce raccourci que les lecteurs en ont eu tellement soupé des kilos de romans dits d'autofiction parus à chaque rentrée littéraire, et, ce, des années durant, qu'ils se sont précipités sur le premier livre avec une histoire qui les tenait en haleine. Et dans ce sens, on n'est pas sans remarquer depuis deux ans le retour en force du polar qui quitte les quais de gares et les aéroports pour gagner ses lettres de noblesse. Bref, il ne restait plus qu'à proposer la version filmée du livre aux quarante millions de lecteurs ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Je n'ai pas lu l'ouvrage de Dan Brown. Vous, peut-être et vous me direz s'il vous a plu et qui sait, si vous venez de voir le film, ce que vous pensez de l'ensemble. J'ai donc été voir ce film qui était annoncé comme le film de l'année. A priori, si les autres sont considérés à défaut plus mauvais, je crois que je ne passerai que peu de temps devant le grand écran en 2006. Alors je n'irai pas par quatre chemins, le film est mauvais. J'aurai certainement du aller le voir en VO, mais vous me direz ce n'est pas un critère déterminant de l'intérêt d'un film ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Nous sommes mercredi 17 mai, le film "DaVinci Code" est à l'affiche en sortie nationale. Après une avant première sifflée à Cannes, je vais pouvoir découvrir ce qu'il en est. Ma lecture du livre ayant été assez décevante et en avançant dans d'autres lectures, l'impression de déception s'accentue. Je me dis : "Dan Brown a lui aussi pas mal lu, étudié et pioché beaucoup de parties de son livre chez d'autres"... A 15h, me voilà décidée à vouloir voir ce film, majanissa cherche alors des amis pour l'accompagner. Une amie répond : "Pourquoi quoi?" A 19H30 nous voilà parties pour le cinéma avec une heure d'avance en se disant "au cas où il y aurait la queue". Et on arrive au cinéma, bondé à première vue, mais en approchant on se rend compte qu'en fait il s'agit d'une manifestation ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Le professeur Robert Langdon, spécialiste des symboles religieux, est appelé au Louvre où on vient de découvrir le corps du conservateur Jacques Saunière assassiné par un moine albinos. Avant de mourir, il a écrit avec son sang le nom de Langdon, accompagné d'un message codé. Très vite suspecté par le commissaire Fache, il réussit à s'enfuir avec l'aide de Sophie Neveu, une cryptographe de la police qui se trouve être la petite-fille de Saunière. De messages codés en messages codés, de Paris à Londres, ils avancent sur la piste d'un secret que détenait Saunière, grand-maître du Prieuré de Sion : la descendance que le Christ aurait eu avec Marie-Madeleine ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Beaucoup de bruit pour pas grand chose. Le film est nettement moins bien que le livre. En effet le livre était exceptionnel, non pas seulement en raison du contenu, mais en raison de la maitrise qu'a Dan Brown du suspens. La fin de chaque chapitre est tellement intrigante que l'on ne peut s'empecher de lire le chapitre suivant. Le film capte à peine l'attention. en plus, il est difficile à comprendre, trop confus ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Synopsis : Jaques Saunière, le conservateur du Musée du Louvre, est retrouvé assassiné dans la Grande Galerie du Musée. Le commissaire Fache fait appel au professeur Robert Langdon afin qu'il décode les mystérieux symboles qui entourent le cadavre. Il va se retrouver embarqué dans une grande quête de la véritée en compagnie de Sophie Neveu, la petite fille du conservateur.
Critique : La voici enfin l'adaptation d'un des plus gros best seller de ces derniers années que plus 40 millions de lecteurs ont dévoré. Succès assuré donc pour Ron Howard et ses producteurs qui peuvent compter simplement sur la curiosité des spectateurs pour remplir les salles. Le film a d'ailleurs déja été vu par plus d'un million et demi de personnes en moins d'une semaine. ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
N'ayant pas lu le livre de Dan Brown, je vous préviens d'emblée qu'il ne m'est pas aisée de faire une critique complète. Pire, je ne peux me permettre de dire que l'intrigue est passionante puisque ça nous renverrait inutilement un an en arrière et alourdirait un propos plus qu'évident. Alors que dire de cette adaptation cinématographique du Da Vinci code ? C'est justement tout le problème puisque toute la substance de l'oeuvre et son mérite revient à l'écrivain, Dan Brown. Fidèle à l'oeuvre pour la majorité des lecteurs (sauf sur quelques éléments de la fin), Ron Howard se contenterait-il de ne mettre qu'en image l'intrigue qui a séduit plus de quarante millions de personnes à travers le monde ? ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Après le succès phénoménal du best-seller de Dan Brown, le tapage médiatique autour du film, la décéption cannoise, j'ai enfin été voir ce film....Verdict : je m'attendais surement à mieux, mais je n'ai pas, non plus, été completement déçue. Je m'explique, l'intrigue est vraiment très bonne mais cela tient plus du livre que du film : on s'interroge néanmoins sur un des plus grands mystères de la religion catholique. Les événements et les différentes intrigues ont quand même du mal à s'enchaîner pendant les longues heures que durent le film ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Mon titre de docteur m’oblige à faire certaines expériences et à vous livrer le fruit de mes travaux. Je suis en mesure de vous révéler aujourd’hui un des principaux motifs de corruption des mœurs de notre époque et de la déliquescence de notre civilisation, rien de moins. Après moult recherches, j’en suis arrivé à la conclusion que ce virus dangereux se nomme « femme », créature remontant à la plus haute Antiquité (comme aurait dit notre maître Alexandre Vialatte) mais ne craignez rien, je ne vous infligerai pas un historique. Pourquoi une telle certitude ? Parce que pas plus tard qu’hier, j’en ai fait la cruelle expérience à mes dépends et il a suffit d’un doux regard et d’un sourire mutin pour que je déroge à trois de mes principes les plus sacrés. Moi dont la droiture morale (hum !) n’a d’égale que la rigueur intellectuelle, moi qui me disait incorruptible et inflexible ...

Lire la suite de la chronique du .

 
Je ne m’étais pas rué dans les salles obscures lors de sa sortie, un peu refroidie par la promo block-buster. C’est donc un peu suspicieux que j’ai loué le DVD. Da Vinci Code est un film qui démarre comme un policier classique pour ensuite se perdre un peu beaucoup dans les méandres de la symbologie, de l’histoire religieuse et l’univers des sectes. La difficulté pour une adaptation d’un livre aussi riche est que le réalisateur ne dispose que 2h pour exposer un sujet que l’auteur développe en 600 pages. Et malheureusement Ron Howard n’a pas pris le meilleur parti ...

Lire la suite de la chronique de .

 
Je pense qu'il est désormais inutile de vous parler en détails du best-seller de Dan Brown qui se vendit à plusieurs dizaine de millions d'exemplaire de par le monde. Inutile également de vous rappeler la polémique qui entoura sa sortie (en partie parce que l'auteur sous-entendait que son ouvrage énonçait une vérité, alors qu'il ne s'agissait à l'évidence que d'une simple fiction ; et aussi parce que de nombreux auteurs contestèrent la paternité des réflexions émises dans le bouquin a posteriori), et contribua grandement au succès de l'œuvre. C'est pourquoi je concentrerai surtout mes efforts sur cette adaptation cinématographique ...

Lire la suite de la chronique de .


Note : 2.2/5 (13 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006