Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

18
06
2007

Coeurs - Alain Resnais

9 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , ,

 

Coeurs, 
D',

Avec A. Dussolier, S. Azema, P. Arditi

Sortie en salle le 22 novembre 2006
Sortie en DVD le 18 juin 2007
Acheter Coeurs sur Amazon
 

 
A plus de deux semaines de sa sortie en salles, le nouveau film d'Alain Resnais est, comme le veut la tradition, projeté en avant-première dans certaines villes françaises. Présenté précédemment à la 63eme mostra de Venise (Lion d'argent de la mise en scène), à New York et à Lyon, Coeurs faisait étape à Nantes vendredi 3 Novembre. Pas une avant-première en carton, plutôt un évênement tant les films d'Alain Resnais sont généralement attendus et appréciés par le public. Cette comédie dramatique est l'adaptation d'une pièce de Alain Ayckbourn, un des auteurs préférés de Resnais ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
"Coeurs" est le film d'un homme de plus de 80 ans qui connaît intimement l'humain. Infiniment. C'est un film sur la solitude, sur les secrets de chacun, les secrets qui isolent des autres, un récit de la non-rencontre, permanente. Il filme ses personnages parfois d'en haut, au centre d'appartements sans plafonds, comme autrefois il filmait les errements des souris de "Mon Oncle d'Amérique", pour illustrer les théories d'Henri Laborit sur le comportement humain. Il a l'air si grave, si sérieux, Alain Resnais quand on le voit, quand on l'entend. Et pourtant, depuis quelques années, l'homme de "Hiroshima, mon amour", de "Providence", est léger, drôle, pointant l'humain d'un doigt tendre bien que lucide, partout, tout le temps ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Le film choral est à la mode. Alain Resnais, cinéaste emblématique de la modernité, ne suit pas les modes mais les initie, encore. Malgré le temps, sa modernité n’a pas pris une ride et de ce point de vue du haut de ses 83 ans, mais surtout du haut de ses innombrables chefs d’œuvre (Hiroshima, mon amour, L’année dernière à Marienbad, Nuit et brouillard, On connaît la chanson, Smoking, no smoking, Je t’aime, je t’aime et tant d’autres), il reste le plus jeune des cinéastes. Coeurs est l'adaptation de Private fears in public places, une pièce de théâtre de l'auteur anglais Alain Ayckbourn dont Alain Resnais avait déjà adapté en 1993 une autre de ses oeuvres, pour en faire Smoking, No smoking ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Je vais avoir du mal à vous parler de ce film. D’une part parce que c’est, de très loin, le meilleur film que j’aie vu cette année ; de l’autre, parce que je considère Resnais comme l’un des (si ce n’est le) plus grands cinéastes en activité au monde. Or, c’est bien connu, c’est toujours plus difficile de bien parler de ce qu’on aime. De plus, j’ai le sentiment qu’il existe un vrai malentendu autour de la personne d’Alain Resnais. Dans un premier temps, il a été catalogué « cinéaste intello » lorsqu’il s’est acoquiné avec certains scribouillards prétendus avant-gardistes (Duras, Robbe-Grillet) alors que comme le disait fort justement Serge Daney, il était avant tout un « petit chimiste », un savant fou se servant des autres arts ...

Lire la suite de la chronique chez le .

 
Coeurs" est tiré de "Peurs privées en places publiques", une pièce d'Alan Ayckbourne, dramaturge anglais dont il avait déjà adapté "Smoking" et "No Smoking". Cette matrice théâtrale se fait sentir, et pesamment. Que ce soit dans les décors (aucune action ne se passe en extérieur), dans les dialogues souvent à la limite du ridicule, dans les situations boulevardières...

Lire la suite de la chronique chez le .

 
Alain Resnais est de retour. Pour la 24ème fois, le maître des lieux nous convie à une visite grandiose et précieuse de son illustre demeure peuplée de fantômes du passé, de grandes sauterelles endiablées, de providence réglementaire et surtout de pistes narratives ludiques et soignées. Cette géographie humaine reste à ce jour inexplorée tant la richesse de ses terres se multiplie au grés des années qui passent d’où une musicalité excessive qui entraîne des mots venus combattre d’autres maux omniprésents ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Ha Resnais... Lui et moi, on s'est un peu perdu de vue. J'aime bien. Parmi les plus beaux films de la création: L'ANNEE DERNIERE A MARIENBAD dont la légende dit que Resnais l'a réalisé, ce qui est entièrement faux, car il l'a coréalisé, en vérité, avec notre ami Alain Robbe-Grillet dont je ne rappellerais jamais assez que c'est sûrement le plus grand (allez, un des plus grands avec deux ou trois autres, mais le club est très fermé) cinéaste que ayons eu. Marquis (que j'abreuve de travail en ce moment, j'espère qu'il me pardonne...) m'a offert HIROSHIMA MON AMOUR (Et non pas GUERNICA BISOU-BISOU, comme dirait Bernard RAPP), et ça fait parti de mes "bûches pour l'hiver". [Très bientôt, je vais rationaliser le site encore plus, si j'ose dire, ce sera pas difficile, et on va parler du concept de "bûches pour l'hiver" dans le détail...]. A ce titre, je ne l'ai donc pas vu ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Alain Resnais est un des plus grands créateurs de formes cinématographiques. Ses derniers films, Pas sur la bouche ou On connaît la chanson, un de ses chefs d’œuvre, ont confirmé son enthousiasme jamais démenti pour un cinéma qui ne cesse d’expérimenter, mais qui reste extrêmement ouvert et accessible, aux genres ou arts considérés comme mineurs, et au public. Cette recherche formelle nourrit l’intelligence de la description et l’empathie du réalisateur pour des personnages présentés dans leurs paradoxes et leur complexité, d’une manière exceptionnellement tendre et honnête, à travers une narration extrêmement limpide. Cœurs suit cette voie ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Coeur d'Alain Resnais, un film acclamé par (presque) tout le monde, Lion d'argent à Venise, éloges mérités pour un réalisateur majeur, un grand cinéaste toujours au sommet de son Art. J'en suis presque gêné de, non pas tant de critiquer le film, que de faire part de mes réticences à partager les envolées unanimistes. Je pensais à cette critique que l'on fait de plus en plus souvent à des gens comme Woody Allen ou Pedro Almodovar (voir par exemple sur Les objets gentils) : ne plus donner que de beaux objets consensuels qui ont atteint un haut niveau de qualité mais peinent à se renouveler ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 3.6/5 (21 notes)


Imprimer   4 CommentairesCommenter  
>>

Commentaires

Argh! je n'avais pas compris le système du vote et j'ai cliqué sur la troisième étoile par erreur. Considérons donc que j'attribue 5 étoiles au film mais je doute qu'on puisse désormais réparer cette fausse manip!

NB: Comme tu peux le constater, j'ai retrouvé le chemin de Critico-blog : ouf!

Dr Orlof - 14.01.07 à 19:55 - # -

Re:

Ce n'est pas techniquement impossible de revoir son vote (je peux déjà pour ma part changer d'avis comme je le veux).

Je pourrais même sous certaines conditions (en gros l'inscription via un mot de passe) l'autoriser à tous les lecteurs assez simplement. Mais j'ai d'autres projets un peu plus ambitieux qui vont demander quelques petits ajustements techniques :
- d'abord permettre au lecteur qui vote de pouvoir avoir une page récapitulative de ses votes et une liste de gens qui votent comme lui (pour que les gens qui adorent Coeurs d'Alain Resnais puissent découvrir aussi les autres films que d'autres lecteurs qui aiment ce film aussi ont apprécié.). Pour l'instant c'est possible techniquement mais le nombre de votes n'est pas encore significatif bien entendu.
- ensuite donner aux contributeurs un statut spécial dans le système de votes pour que les lecteurs en fonction de leurs notes aient une sélection des "3 contributeurs qui aiment le même genre de choses qu'eux".
- surtout lier le vote du contributeur et la tête du petit bonhomme devant sa chronique dans le coeur de l'article en incorporant des fonctions du style : "Si le Docteur Orlof a mis 5 étoiles à ce film, le signaler dans la partie présentant l'extrait de sa chronique". ça peut être pratique quand un film ou un dvd a de nombreux contributeurs que de ne pouvoir lire que les "bonnes" ou mauvaises critiques.

labosonic - 14.01.07 à 21:18 - # -

Mais comment voter avec son pseudo enregistré ???

Peyo - 14.01.07 à 21:29 - # -

Re:

Pour l'instant, je ne l'autorise pas encore.
La fonctionnalité est toute neuve et je ne pouvais pas la tester tout seul dans mon coin. Je vais donc attendre d'être un peu plus sûr de tout ce qu'on peut faire avec elle pour pouvoir l'améliorer avec au moins une des fonctions que j'ai cité plus haut.

Je finis de m'occuper de la page de la synthèse des votes (pour présenter les meilleures notes, ou les oeuvres qui ont le plus de vote (donc qui laissent le moins indifférent) et je m'occupe de toute la partie reconnaissance des votants après ...

labosonic - 14.01.07 à 21:36 - # -

Commenter

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006