Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    15
    04
    2009

    A l'aventure - Jean-Claude Brisseau

    4 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , ,

     

    A l'aventure,

    De

    Avec C. Brana, A. Binard, N. Chibani

    Sortie en salle le 1 Avril 2009
    A l'aventure - Jean-Claude Brisseau
    .
     

    Le titre du dernier film de Jean-Claude Brisseau résonne comme un appel à l’évasion, une invitation au voyage. Et pourtant l’héroïne d’A l’aventure n’effectuera aucun périple, ne changeant quasiment pas de lieu, tout au plus quelques kilomètres autour de chez elle. Cinéaste à la fois engagé et rêveur, réaliste et onirique, obsédé par le fossé entre les classes, entre les privilégiés et les défavorisés, Brisseau n’a cessé de s’intéresser aux rapports asservissants qu’entretient l’individu au fonctionnement social ...
     

    Comme une soudaine et imprévisible prise de conscience. Comme si un vide soudain se révèle ! Besoin de combler des amours tristes qui laissent le corps insatisfait et que seule la masturbation repait ! Besoin de voguer vers d’autres aventures, quitter l’autre, quitter sa routine. Passer un jour adossé au poteau d’un quai de gare sans embarquer pour nulle part. Passer d’autres jours sur le banc d’un jardin public où un individu laisse s’écouler ses pensées et réflexions, étrange ... Intéressant surtout ...
     

    Il n’y aurait d’affranchissement de soi que par la transgression des interdits ; à croire que dans la quête du désir se perdent les libertés. Sur le chemin (de croix) des envies, au menu d’un appétit sexuel dévoyé, s’égarent ceux qui avançaient avec une unique lanterne. Le paradoxe philosophique que met en scène Brisseau n’éclot qu’à la fin mais n’a pourtant jamais cessé d’insister, d’éparpiller des pistes, de poindre coquinement tout au long du parcours initiatique de Sandrine : même dans la liberté la plus absolue il existe une dépendance ; une dépendance à ladite liberté. Et à trop vouloir l’explorer et s’y confronter, on s’y perd et s’y abîme ...
     

    Note : 5/5 (1 note)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006