Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

01
01
2007

Tideland - Terry Gilliam

5 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , ,

 

Tideland, 
De ,

Avec J. Ferland, J. Mc Teer, B. Fletcher

Sortie en salle le 28 juin 2006
Sortie en DVD le 4 janvier 2007

Acheter Tideland sur Amazon

 
Hum! difficile quand on aime Terry Gilliam de s'avouer décu par sa dernière réalisation.De deux choses l'une, ou je perds mon ame d'enfant (Et là j'angoisse) ou il manque au film cette petite étincelle. Bon Alice au pays des merveilles déjà l'original ne m'a jamais vraiment captivé, sa relecture par Gilliam à priori me paraissait une bonne chose, un final une deception.Je dois reconnaitre m'étre ennuyé durant le film, avoir éprouvé un certain ras-le-bol à suivre Jeliza-Rose d'un bout à l'autre du film. Est-ce moi qui perd mon ame d'enfant ... je ne sais pas ! ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Synopsis : A la mort de sa mère, junkie patentée, Jeliza Rose et son père partent à la campagne à la recherche d'un monde fantasmé inspiré de culture nordique. La jeune fille va devoir s'adapter à cette nouvelle vie avec ses quatres poupées comme meilleures amies.
Critique : Après l'échec de son Don Quichotte et le film de commande Les Frères Grimm, le réalisateur Terry Gilliam etait à la recherche d'un projet plus personnel et intimiste. Il a alors songé à adapter le roman Tideland que l'auteur Mitch Cullin lui avait demandé de commenter pour la couverture de l'édition anglaise.

Pour l'adaptation du livre qu'il avait trouvé "Foutrement Brillant" ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Après moult débats, nous sommes en mesure (Maman et moi) d'annoncer que Tideland fera partie des films de l'année. Bien sûr, le seul nom de Gilliam au générique suffit habituellement à hisser un film au sommet de ce palmarès grandiose, mais on a choisi de vérifier sur pièce la qualité du travail fourni. En somme si un petit Gilliam est un grand film, alors ce film est un grand Gilliam.

Tout d'abord, quel nom de merde. Oui, Gilliam on ne se souvient jamais de comment ça s'écrit ni même de comment cela se prononce. Au moins les Spielberg et autres Lucas ont des noms simples, facilement utilisable et toujours opportun à placer dans une conversation ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
(...) Terry Gilliam (...) n’a plus la côte ses derniers temps. Les frères Grimm a été plutôt mal accueilli et Tideland est traité avec un mépris qui laisse songeur (la palme de la bêtise satisfaite revenant sans conteste à la notule assassine des Cahiers du cinéma !). Le film n’est certes pas un chef-d’œuvre mais c’est certainement l’un des plus intéressants que l’on puisse voir en ce moment et c’est une expérience qui ne laisse en aucun cas indifférent (un peu l’équivalent du Livre de Jérémie l’an passé). Il a été dit un peu partout que Tideland pouvait être envisagé comme une version « trash » d’Alice au pays des merveilles. Nous suivons effectivement les traces d’une petite fille au nom poétique ...

Lire la suite de la chronique chez le .

 
On est loin des mondes des Monthy Pyhton, de Brazil, de Lost in la mancha ou encore du sublime Baron de Munchausen et de sa poésie lunaire et interstellaire. On retrouve Jeff Bridges bouffi en sorte de drogué hippie contremarque du Big Lebowski alias Noah le père de Jeliza-Rose (Jodelle Ferland) dans une histoire dont je n'ai malheureusement pas compris le sens caché où peut être n'ai-je pas voulu rentrer dans ce sens là. Voyage en solitude de Jeliza-Rose et de ses têtes de poupées après la mort de sa mère elle part dans la maison de feu sans grand mère où son père s'offre quelques évasions à l'héroïne; les fix, réalisés par la petite sont semble t-il assez efficace... ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 3.9/5 (9 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006