Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    15
    05
    2009

    Synecdoche, New York - Charlie Kaufman

    6 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , ,

     

    Synecdoche, New York,


    De

    Avec P. Seymour Hoffman, S. Morton, C. Keener

    Sortie en salle le 1 avril 2009
    Synecdoche, New York - Charlie Kaufman
    .
     

    Trop souvent catalogué comme un simple petit malin, Charlie Kaufman révèle sa vraie nature avec Synecdoche, New York : ce type est juste un fou complètement génial. Avec lui, la mise en abyme n'est qu'un commencement, et est elle-même mise en abyme jusqu'à l'épuisement. Un épuisement qui guette d'ailleurs le spectateur de ce film d'une grandeur dévastatrice, d'abord replié sur lui-même dans un autisme absolu, avant de soudainement s'ouvrir au monde, de le réinventer sans cesse et d'en extraire la substantifique moëlle ...
     

    Caden Cotard est metteur en scène de théâtre. Dépressif et hypocondriaque, son état ne s’arrange pas lorsque sa femme le quitte en emmenant leur fille, vivre sa vie d’artiste chébran à Berlin. Parfois il est terrassé par des crises de panique qui le paralysent. Il décide de créer une œuvre théâtrale dans un entrepôt gigantesque où une ville est reconstituée et où il fait jouer et rejouer sa vie par des comédiens ou des personnages « réels » qui se retrouvent à jouer leur propre rôle ...
     

    Difficile de parler de ce film à nul autre pareil, sauf à commencer par s’insurger de son accueil injuste et de sa distribution calamiteuse. Tentons-on tout de même un éloge, c’est certainement ce qui lui servira le plus. Scénariste de génie, Charlie Kaufman passe, selon l’expression consacrée, derrière la caméra avec cet enchevêtrement hallucinant d’idées charmantes autant que troublantes ...
     

    La Synecdoque (synecdoche, en anglais) est une figure de style littéraire, proche de la métonymie, qui consiste à remplacer, dans le cours d’une phrase, un substantif par un autre possédant le même sens. Mais si la métonymie est le changement qualitatif d’un mot par un autre, la synecdoque repose, elle, sur une notion plus quantitative. Le principe est de nommer le tout pour désigner une partie, le genre pour désigner l’espèce, le nom commun à la place du nom propre… - dans ce cas, on parle de synecdoque « généralisante » - ou au contraire de nommer la partie pour désigner le tout, l’espèce pour désigner le genre, le nom propre pour désigner le nom commun – on parle alors de synecdoque particularisante ...
     

    Micro-polémique chez les cinéphiles pur souche : personne ne diffuse Synecdoche, NY, sur lequel la presse s’est d’ailleurs gentiment défoulée. Alors comme ça, la France boycotte le film du type qui a scénarisé certaines des plus belles idées et révolutions du cinéma de ces dix dernières années ? On se calme, on relativise (combien de splendeurs de l’Orient sortent dans une confidentialité qui frôle l’indécence, hein combien ?) et on analyse doucement les dessous de l’affaire. Kaufman. Ce nom évoque à lui seul toute la beauté d’un certain cinéma contemporain : une baignade dans un lavabo, un parachutage en Malkovich, deux amoureux allongés sur un lac glacé ...
     

    Note : 3.5/5 (4 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006