Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    11
    05
    2009

    Les Noces rebelles - Sam Mendes

    15 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , , , , , , ,

     

    Les Noces rebelles,
    De

    Avec K. Winslet, L. DiCaprio, M. Shannon

    Sortie en salle le 21 Janvier 2009
    .
     

    Cette règle du jeu est connue de tous, elle s’appelle le conformisme. Frank et April Wheeler pensent y échapper, du moins parvenir à ne pas y être confrontés. Installés dans une banlieue résidentielle, lui travaillant à la ville, elle restant au foyer, ils se maintiennent dans l’idée que la banalité apparente de leurs vies n’est qu’une simple façade. Mais sous ce vernis lisse et chatoyant, se cache le profond désespoir de l’ennui, des aspirations perdues, le douloureux constat des projets et des envies abandonnés trop tôt. April se rêvait actrice mais n’en avait pas l’étoffe tandis que Frank suit pas à pas les traces de son père, devenant le même quelconque employé de bureau. Ainsi le couple s’effrite au fur et à mesure ...
     

    Sam Mendes à offert un joli cadeau à son épouse, l’actrice anglaise Kate Winslet. Le rôle tenu par cette dernière dans Les Noces rebelles lui a valu de remporter un Golden Globe la semaine dernière. Joli cadeau donc. Pourtant ce projet, parce que son sujet est difficile, aurait pu agir en épouvantail pour le couple. Fort heureusement pour nous spectateurs, chez les Mendes, on ne semble pas superstitieux ...
     

    Je suis assez étonnée par les pitches ou critiques que j'ai lu sur ce film qui le présentent comme l'histoire d'un couple qui se déchire car il refuse de renoncer à ses rêves, s'étant juré de ne pas rentrer dans le rang de la middle class consumériste de l'Amérique des années 50. On a bien dit un couple. Or, ce que j'en ai vu, c'est une femme blonde en robe noire sexy dans un bar, April, qui jette son dévolu sur Frank, un homme qui lui plait surtout parce qu'elle l'investit aussitôt de toutes les potentialités. Pour avoir frimé lors de leur première rencontre (scène essentielle et trop rapide au tout début du film...), Frank va se retrouver élu par April pour partager ses rêves et la réalisation de ses fantasmes à elle dont elle décide qu'ils sont les leurs : ils sont promis à un destin exceptionnel, elle et lui ...
     

    Le retour à l’écran du couple le plus mythique de l’histoire du cinéma, Leonardo DiCaprio et Kate Winslet, qui n’avaient pas rejoués ensemble depuis le succès planétaire du Titanic, s’annonçait comme l’un des comeback les plus attendus de ce début d’année 2009. Comme pour couronner le tout, le film recevait outre-Atlantique un très bon accueil dans la presse, et Kate Winslet recevait le Golden Globe de la meilleure actrice de film dramatique pour sa performance dans Les noces rebelles (Revolutionary Road), laissant sous-entendre qu’elle était en bonne voie pour être à nouveau nominée aux Oscars ...
     

    La première scène se passe dans une soirée, où dans la foule des gens qui discutent, la caméra isole un homme, Frank, et à l'autre bout de la pièce une femme, April. Ils s'approchent, bavardent, plaisantent, et April raconte à Frank ses rêves de devenir actrice. La seconde scène nous montre Frank dans la salle, April sur scène ; le rideau tombe, applaudissements minimaux, des spectateurs commentent le naufrage en soulignant combien l'actrice a été mauvaise. Dans la voiture du retour, Frank essaie de réconforter sa femme, que cela exaspère, jusqu'à ce qu'il arrête la voiture et qu'éclate la scène de ménage où il tape rageusement la carrosserie pour ne pas la frapper ...
     

    Vers la fin du film, ce plan sublime qui pourrait être le dernier : dans un intérieur beige, sans vie et froid, sur un tapis parfait dans un salon parfait, un tache de sang. La mort et l’horreur sont là, au beau milieu de cet univers aseptisé de banlieue américaine des années 50 qui sert de décor à Revolutionary road. Le rythme du film est lancinant, à l’image de l’ennui qui doit régner dans ces grands quartiers résidentiels qui s’étendent à perte de vue et où tout est égal, droit, rangé. Revolutionary road est quasiment encore plus anxiogène qu’American Beauty ...
     

    Dieu qu'il est édifiant, le titre original des Noces rebelles. Revolutionary road désigne le quartier dans lequel s'installe le couple Wheeler, qui sombre peu à peu dans une routine bien éloignée de l'existence tout sauf ordinaire qu'il s'était promis de mener. Le film de Sam Mendes dépeint la frontière intangible qui se dresse entre la norme et la marge, condamnant des gens ambitieux à ne faire qu'exister alors qu'ils voulaient vivre ...
     

    Lorsqu’ils se rencontrent, April (Kate Winslet) et Frank Wheeler (Leonardo Di Caprio) en sont persuadés : ils sont différents, exceptionnels même. Certes ils ont emménagé sur Revolutionary road, dans une banlieue tranquille comme il y en a tant d’autres, où les conventions sociales et la vie routinière règnent mais ils en sont certains : ils ne se laisseront pas piéger. Oui, ils sont différents et le prouveront ...
     

    Pince mi et Pince moi sont sur un bateau ( le Titanic ), ce dernier fait naufrage, qui va s’en sortir ? Vous avez aimé cette blague potache, devenue un des plus gros films de l’histoire, pleins de bons gros sentiments et mièvre comme ce n’est pas possible ( avec en plus l’apport hystérique de Celine Screaming Dion ) ? Vous adorerez peut être moins les retrouvailles des deux acteurs fétiches, Kate Winslet et Leonardo Di Caprio, dans ce qui semble l’antithèse de cette histoire d’amour fiabesque et cul-cul ...
     

    Il y a maintenant plus d'une décennie que le phénoménal Titanic de James Cameron permit au couple formé par Leonardo DiCaprio et Kate Winslet d'entrer par la grande porte dans la légende du cinéma mondial. Depuis, chacun des deux acteurs a mené une carrière exemplaire ; et il est peu dire que les retrouvailles de ce duo mythique à l'écran étaient attendues (par moi notamment comme en témoigne mon billet du 01/01/2009). Douze ans après, Sam Mendes (qui a entre temps épousé Kate Winslet donc) rend enfin les choses possibles en adaptant le classique Revolutionary Road (La Fenêtre panoramique en français) de Richard Yates. De ce que j'ai appris, le roman (que je n'ai pas lu) fit grand bruit à l'époque ...
     

    Alors voilà, comment vous parler au mieux de ce film ? Sans le dénaturer, sans en faire des tonnes, sans l'amoindrir non plus ... Vous dire d'aller le voir, en tout premier point, comme cela ça c'est fait. Vous dire ensuite que le couple Di Caprio et Winslet fonctionne, mais cela vous vous en doutiez un peu, je pense. Vous exprimer enfin mon émotion, mon admiration devant la qualité des images, des acteurs et du reste ...
     

    Je dis tout de suite que je n'ai pas été emballée par ce film (le titre original est Revolution Road). Bien que cela ne sombre pas dans l'hystérie, nous assistons quand même à une suite ininterrompue (ou presque) de violentes "engueulades" verbales au sein du ménage que forment Kate Winslet et Leonardo di Caprio (April et Raymond Wheeler). J'ai trouvé l'histoire et l'atmosphère étouffantes (pour ça, c'est réussi). Et tout se passe presque exclusivement au 125 Revolution Road, allée proprette d'une petite ville sans histoire, pendant l'été 1955. Dans le cinéma où je vais régulièrement, le succès est au rendez-vous pour ce film que j'ai vu il y a presque une semaine et qui m'a laissée totalement de marbre ...
     

    “Revolution road” c’est le titre en anglais du dernier film de Sam Mendes… c’est aussi le nom de la rue où s’installent Frank et April Wheeler brillamment interpretes par le couple mythique Leonardo Di Caprio et Kate Winslet. Onze ans après “Le Titanic”,ils sont à nouveau réunis dans cette tragédie où ils incarnent un couple d’américains “ordinaires” dans les années cinquante. Lui est un petit cadre d’entreprise (la même que celle de son père) et elle une femme au foyer qui tente de remplir son rôle d’épouse et de mère de famille modèle. Mais voilà, cette petite existence bien vide émotionnellement ne peut leur convenir ...
     

    Les Noces rebelles est l'adaptation du roman Revolutionnary Road / La Fenêtre panoramique de Richard Yates, publié chez Robert Laffont en 1961. J'écris ce billet alors que nous sommes samedi soir. Je suis sortie de la salle il y a un peu plus d'une heure. Je sais que le film m'a plu, énormément. Je peux dire que c'est un chef d'oeuvre. Mais je ressens aussi une boule au ventre ou dans la gorge ou les deux. Un énorme malaise devant un tel gâchis de couple, magistralement interprété par Kate Winslet et DiCaprio, que l'on avait pas revu jouer ensemble depuis le fameux Titanic, il y a 11 ans... ...
     

    Aux USA dans les années 50. Alwynn et Frank se rencontrent dans un bal, plaisantent sur leurs jobs respectifs, qui leur paraissent répétitifs et sans attrait. Ils sont jeunes et espèrent davantage après leurs études. Les voilà mariés, parents, et Alwynn tente de se lancer somme actrice. La représentation se solde par un bide. Frank s'ennuie ferme. Le couple se querelle violemment. Puis Alwynn admet n'avoir aucun talent ...
     

    Quel titre francais pourri ! Le titre en VO est Revolutionnary Road, c'est le nom de la rue ou habite Léonardo DiCabillaud et Kate Winslet, aucun rapport donc avec la révolution. Les amoureux de Titanic reviennent pour un nouveau naufrage, celui d'un couple qui meurt de l'intérieur, tué par le quotidien et le manque de folie de leur quartier morose peuplé de vieux et de familles modèles, genre Neuilly ...

    Note : 3.2/5 (12 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006