Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

09
11
2007

Le dernier gang - Ariel Zeitoun

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

Le dernier gang,

D'

Avec V. Elbaz, G. Lellouche, S. Bouajila

Sortie le 31 octobre 2007
 
Le dernier gang - Ariel Zeitoun
Acheter Le dernier gang sur Amazon
 

Voila un film que je n'ai pas vu arriver et sur lequel j'ai flashé sur le bon souvenir de Ni pour, ni contre (bien au contraire) où l'on pouvait déjà voir Elbaz en truand alors amoureux de Gillain. Les grandes lignes sont assez semblables : des jeunes issus d'un milieu pauvre jouent aux cambrioleurs pour s'assurer un meilleur train de vie, le tout avec classe et désinvolture. Le chef de la bande flashe sur une jolie demoiselle, Clémence Poésy ici, qui n'aura pas le même destin que celui de Marie Gillain dans le film de Klapish ...

Lire la suite de la chronique d'.
 

On se doutait bien qu'avec Ariel Zeitoun aux commandes, ce Dernier gang serait un film bancal. Et en effet, dès ses premières minutes, le réalisateur de Bimboland nous bombarde de clichés et d'effets arty, prouvant si besoin est qu'il n'est pas frappé du sceau du talent. Le dernier gang traite son sujet par-dessus la jambe, refusant tous les genres à tel point qu'il finit par ne plus ressembler à rien. Ni apologie du crime ni ode à la justice ; ni réalisme accru ni romance exacerbée. Tant et si bien qu'on se contrefout du destin de personnages mal dessinés (un comble pour un film qui s'inspire de faits réels), qui disparaissent parfois aussi vite qu'ils sont apparus ...

Lire la suite de la chronique de .
 

Après avoir produit Bandidas et réalisé Yamakasi, deux films adrénalinés produits par Luc Besson, Ariel Zeïtoun revient aujourd’hui derrière la caméra pour Le dernier gang, film au rythme haletant et casting chargé. Le film est librement inspiré du “Gang des postiches”, également appelé “Gang de Belleville” (le film a d’ailleurs failli porter ces deux titres successivement), et des récits d’André Bellaïche, cerveau présumé mais jamais condamné de ce gang ...

Lire la suite de la chronique de .

Note : 2/5 (4 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006