Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    25
    02
    2009

    Le code a changé - Danièle Thompson

    6 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , ,

     

    Le code a changé,

    De

    Avec K. Viard, D. Boon, M. Foïs
    Sortie le 18 Février 2009
    Le code a changé - Danièle Thompson
    .

     

    « Une partie du scénario a été inspirée de mes propres dîners entre amis, notamment avec Roman Polanski », nous confiait Danièle Thompson. Et à la sortie de la projection, on se dit qu'il est dommage que ce ne soit pas le grand Polanski lui-même qui réalise Le code a changé ! Car le dernier film de la réalisatrice de Fauteuils d'orchestre est juste mauvais. Prétentieux, bavard, nombriliste et moche. Bref, un concentré de tout ce qui gangrène le cinéma français depuis plusieurs années ...
    Lire la suite de la chronique de .

     

    Les succès de La bûche et de Fauteuils d’orchestre ont montré que Danièle Thompson et son fils Christopher sont plutôt doués pour écrire des films-choraux, ces rêves de directeurs de casting qui peuvent vite se transformer en cauchemars pour cinéphiles si trop ambitieux et mal fichus. Peu de scénaristes sont, comme ce duo, capables d’apporter autant de soin à leurs personnages, à frôler la caricature sans s’y abandonner totalement, à se débrouiller pour que chaque protagoniste parvienne à exister sans prendre le pas sur les autres, pour que l’ensemble donne une impression de cohérence et d’équilibre ...
    Lire la suite de la chronique de .

     

    Pour ce qui est sans doute son moins mauvais film, Danièle Thompson opte une nouvelle fois pour une oeuvre collective, regroupant dix personnes autour d'un dîner (la onzième roue du carrosse étant reclue dans la chambre voisine). Encore un film choral ? Oui, certes, mais Danièle et Christopher, son co-auteur de fifils, ont opté pour une construction relativement élaborée qui donnent tout son attrait au Code a changé. Si ce fameux dîner constitue la charnière du film, on en verra non seulement les préparatifs, mais également, grâce à quelques flashforwards, la situation des personnages un an après ...
    Lire la suite de la chronique de .

     

    Dans le cinéma de Danièle Thompson, on retrouve souvent les mêmes "codes" : un film choral (« La bûche », « Fauteuils d’orchestre »…) qui voit se croiser les destins de plusieurs personnages, des personnages le plus souvent parisiens ou du moins vivant à Paris (Paris étant souvent un personnage à part entière) engoncés dans des conventions sociales ou dans leurs masques sociaux factices censés voler en éclats au cours du film. Le cadre de son nouveau film (le quatrième en temps que réalisatrice) est idéal pour ce jeu des apparences puisqu’il s’agit d’un dîner donné par ML (Karin Viard), avocate redoutable spécialisée dans les divorces ...
    Lire la suite de la chronique d'.

     

    Une bonne brochette d'acteurs et d'actrices campent impeccablement leur rôle avant, pendant et après un dîner soit disant entre amis. Personnellement, je n'ai pu m'empêcher de penser à la célèbre chanson "le dîner" de Bénabar. Les répliques cyniques réellement, comiques parfois, mais le plus souvent douces-amères fusent dans chaque scène.. pour le plus grand plaisir des spectateurs qui aiment rire là où ça fait mal ! Il y a des moments ou l'on rit de bon coeur. A d'autres, on a le coeur qui se pince, saisi par une émotion sous entendue et inattendue dans le scénario ...
    Lire la suite de la chronique de .

     

    Danièle Thompson balade sa caméra dans l'intimité d'un groupe, dans la vie de tout-un chacun, sans prendre la peine de nous épargner ou d'épargner les protagonistes. Tiré de la vie quotidienne, 'Le code a changé' traite des règles et des codes qui nous poussent à nous conduire d'une certaine façon en 'société', même si celle-ci est composée d'amis ou de la famille. Lors d'un diner, on ne parle pas des choses qui mettent mal à l'aise (la mort est l'un des sujets à éviter), on évite de parler de ses problèmes, on doit positiver, quitte à ravaler sa colère, ses angoisses ou ses désirs ...
    Lire la suite de la chronique de .

    Note : 4/5 (3 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006