Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    08
    11
    2007

    La Vengeance dans la peau - Paul Greengrass

    15 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , , , , , , ,

     

    La Vengeance dans la peau,

    De

    Avec M. Damon, J. Stiles, D. Strathairn

    Sortie le 12 septembre 2007
     
    La Vengeance dans la peau - Paul Greengrass
    Acheter La vengeance dans la peau sur Amazon
     

    Pour ceux qui avaient aimé « La mémoire dans la peau » et « La mort dans la peau », calez vous dans votre fauteuil. C'est une suite en forme de fin qui fait plus que ne pas démériter dans l'adaptation des fameux bestsellers de Robert Ludlum. Quand, pour le second épisode, Doug Liman avait passé les commandes à Paul Greengrass, un frisson avait couru dan l'air avant de se dissiper devant le résultat. Le troisième opus, toujours aux mains de Greengrass, lève les derniers doutes. L'action est au rendez-vous, on ne s'ennuie pas, toujours dans un esprit de vitesse mélé de «normalité» ...
     

    Samedi soir était organisée au Grand Rex une soirée Jason Bourne, cette fameuse saga inspirée des romans de Robert Ludlum, à l’occasion de la sortie, mercredi, du troisième volet de notre héros amnésique préféré. Les deux premiers épisodes La mémoire dans la peau et La mort dans la peau étaient donc diffusés, suivis de La vengeance dans la peau en avant-première ...
     

    Pour l'histoire, si vous avez raté les épisodes précédents, Jason Bourne est un ancien super officier des services secrets, plutôt CIA/NSA qui a perdu son identité et qui ne comprend pas trop ce qui lui arrive ni ce qu'on lui veut lorsqu'il se réveille; tout ce qu'il sait, c'est qu'il aimerait connaître son identité véritable, savoir qui il est réellement et que l'on arrête de vouloir le tuer à tout moment ...
     

    Matt Damon endosse pour la 3ème fois le costume de l'agent secret du XXème siècle, Jason Bourne, qui lui a amené gloire et reconnaissance. Jason veut savoir qui il est et pourquoi la CIA a toujours envie de le voir mort. Si sa mémoire est toujours défaillante il peut toujours se fier à son extraordinaire intuition (la scène de la gare est jouisive) et à ses reflexes qui font de lui une arme de destruction massive ...
     

    Bourne et Bourne et ratatam. Après les ennuyeux re-retours de Jack Sparrow, Peter Parker et Shrek, voici venu le "numéro 3" le plus attendu de l'année (par les gens d'esprit, en tout cas). Qui dit grosse attente dit souvent grandes déceptions ; c'est mal connaître Paul Greengrass et Matt Damon, qui offrent à la trilogie la plus excitante de l'histoire (si si) une fin à la hauteur de nos espérances les plus folles ...
     

    C'est le premier épisode de la trilogie que je vois et je commencerais par vous dire que si vous êtes dans mon cas, ça ne gène en rien la compréhension du film. Il faut juste connaître la base du personnage : Jason Bourne ne se souvient que partiellement de son passé, sauf qu'il sait manier les armes et se battre. De là, le film démarre direct en Russie sans introduction. Un peu perdu au début, on se prend rapidement au jeu de l'homme traqué. Il n'y a pas grand chose à comprendre ...
     

    Et me voila comme un enfant contemplant le fond de sa coupe de glace, ressentant ce que les fans ( si, si ..impératrice.. il en existe encore..) de Michèle Mercier ont ressenti une fois le mot fin clôturant les amours de Robert Hossein et belle Angélique, Marquise des Anges. Sonné, heureux et triste ( enfin pas trop quand même...) à la fois. Satisfait de ce troisième et énergique volet sur Jason Bourne ...
     

    Troisième et dernier épisode de la série, La vengeance dans la peau vient couronner avec brio la collaboration de Matt Damon et Paul Greengrass. Matt Damon incarne une nouvelle fois Jason Bourne, le héros amnésique qui a oublié qu'il était gentil avant de devenir un tueur super efficace ...
     

    Après la série des Martine on a droit tous les deux ans à la saga Jason Bourne. Pour l’instant on n’a pas encore eu Jason Bourne à la plage (mais j’en connaît qui aimeraient bien…) mais plutôt Jason Bourne en France, aux Etats-Unis, en Italie, ici aussi au Maroc. C’est pas déplaisant, surtout quand c’est fait par Paul Greengrass ...
     

    Synopsis : Jason Bourne s'est debarrassé des assassins de sa petite amie mais sa memoire ne lui ai pas encore tout a fait revenu. La CIA toujours a ses trousses il va chercher a faire la lumière sur son passé et sur le dossier Blackbriar.
    Critique : 2007 sera vraiment l'année des troisièmes épisodes puisqu'aprés Spider-Man, Shrek et Pirates Des Caraibes, c'est au tour de Jason Bourne d'etre de retour pour la troisième fois avec La Vengeance Dans La Peau. Un épisode considéré comme le tout dernier de la saga. Jusqu'au prochain ? ...
     

    Sans grand enthousiasme, je suis allé voir ce qui est annoncé comme le dernier opus des Jason Bourne. J’y allais surtout pour voir si Matt Damon avait enrichi son jeu d’une (ce serait déjà beaucoup en %) expression supplémentaire. Sur ce point, rien de nouveau, ou alors son jeu est tellement fin qu’il en devient imperceptible. Malgré Matt Damon, l’histoire pourrait présenter un vague intérêt, et le film constituer un spectacle, si la réalisation et la mise en scène s’apparentaient à du cinéma et non à du jeu vidéo. Au moins dans le jeu vidéo, on peut faire une pause ! Filmer caméra à l’épaule pour coller au rythme de son personnage, c’est un choix qui peut présenter de l’intérêt ...
     

    Après La Mort dans la peau, Paul Greengrass signe le troisième volet de la saga Jason Bourne initiée par Doug Liman (La mémoire dans la peau) il y a cinq ans. Le résultat est sans appel : un film total. Un long métrage d’espionnage diablement efficace dissimulant un sous-texte politique pour le moins virulent. On le sait, Paul Greengrass, en plus d’être un réalisateur de talent, est un cinéaste engagé ...
     

    Un bon film efficace, à défaut d’être facile à suivre si on n’a pas vu les opus précédents et si on est sujet au mal de mer. Il vaut mieux ne pas être trop près de l’écran pour ne pas subir négativement les tremblements de caméra et les images parfois floues. Néanmoins, au delà d’une relecture moderne du film d’espionnage et d’un enterrement du super-espion play-boy ...
     

    Attention, ce n'est pas du Rivette. Que les choses soient claires, on n'est pas là pour faire dans la dentelle. Jason Bourne a décidé de s'en prendre à son ex-employeur et plus particulière à la sous-organisation qui a décidé de le transformer en machine à tuer. Pour avoir vu (enfin entrevu) les 2 autres opus, celui-là est de loin le plus efficace. Cette fois, plus de pitié de part et d'autre ...
     

    On retrouve une dernière fois Jason Bourne pour le dernier volet de ses aventures et non sans un certain plaisir. Tous les ingrédients qui ont fait le succès des deux premiers épisodes sont là, Scènes de poursuites étirées sur la longueur, aventures internationales et multilingues, une certaine manière de filmer le milieu urbain qui pouvait être considérée comme maladroite ...
     

    La trilogie “Jason Bourne” a commencé en 2002 avec “la mémoire dans la peau” sous la direction de Doug Liman. Le concept est un phénomène et les majors décident de confier “la mort dans la peau” en 2004 et “la vengeance dans la peau” en 2007 à Paul Greengrass. Cette trilogie s’appuie sur Matt Dillon, acteur surdoué dans sa génération, et sur un scénario original qui permet de dépoussiérer la vieille image de l’espion ...

    Note : 3.3/5 (14 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006