Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    02
    05
    2008

    La môme - Olivier Dahan

    10 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , ,

     

    La môme,

    D',

    Avec M. Cotillard, J-P Martins, G. Depardieu

    Sortie en salle le 14 février 2007
    Sortie en DVD le 23 août 2007

    Acheter La môme sur Amazon
     

     
    Les producteurs qui ont misé sur ce film (Alain Goldman notamment) ont sans doute voulu surfer sur la vague des "Biopics" comme "Ray" ou "Walk The Line". Parmi les figures imposées de ces biographies venues d'outre-Atlantique, on retrouve la place accordée aux traumatismes de l'enfance et le rôle de la drogue dans la déchéance du personnage. Là s'arrête la comparaison, car malgré la proportion de scènes se déroulant aux Etats-Unis (volonté de le vendre là-bas ?), il s'agit d'un film bien français ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    C’est étonnant comme on s’ennuie souvent dans ce film distribué dans tant de salles, où tout est montré au superlatif pour distraire le pèlerin au moyen d’un grand spectacle trop ambitieux et souvent indigeste. La première chose qui vient à l’esprit en sortant du cinéma, c’est la construction du film : on part du malaise d’Edith Piaf qui s'effondre sur scène à NY en 1959, première image du film et on remonte à l’enfance. Des flash-backs incessants vont alors jalonner le film dans un ordre qu’on dirait aléatoire… De l’enfance à laquelle on reviendra inlassablement et encore davantage… on ne remonte pas, par étapes, des débuts d’Edith Piaf à sa fin misérable à Grasse en 1963 ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Synopsis : La vie d'Edith Piaf de sa jeunesse dans un bordel jusqu'à sa fin tragique en passant par les grands succès et son histoire d'amour avec Marcel Cerdan.
    Critique : La biopic musical est un genre fréquent aux Etats Unis et le succès de Ray et Walk The Line donnent des idées à un grand nombre de réalisateurs. La France céde maintenant a cette mode avec la plus internationale de nos chanteuses française : Edith Piaf. C'est Olivier Dahan qui en tombant par hasard sur une biographie de l'artiste qui a eu envie de mettre en image la vie pas si rose que ça de la chanteuse. ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    (...) La vie, les joies mais plus les peines d'Edith Piaf sont dépeintes avec franchise dans ce film. Rien n'est caché , aucune pudeur (peut être est ce l'origine du malaise face à ce film). On démarre sur une vision d'Edith Piaf, pas très âgée mais fatiguée voir épuisée. Elle a du mal à faire ses spectacles et les secours ne sont jamais très loin. On passe alors à un retour au passé. On voit Edith abandonnée par sa mère qui veut devenir une grande artiste. Elle est d'une santé chétive et son milieu pauvre n'arrange rien ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    A l'instar de la dissertation, une critique n'est pas un exercice facile, loin de là. Il ya d'abord l'humeur du moment qui peut altérer le jugement de l'oeuvre concernée mais aussi la qualité de l'écrit qui s'en suit. Puis, il y a surtout, cette difficulté à trouver la bonne accroche... Cette page blanche qui reste désespérément vide, ces mots qu'on effacent pour enfin trouver l'inspiration. Difficile d'innover quand 166 critiques vous regardent dans le rétroviseur et vous rappelent qu'aucune ne veulent d'un frère jumeau ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Il y a longtemps dans une lointaine galaxie... Des acteurs jouent la valse de la vie. Edith est une petite fille pas gâtée par la vie. Sa mère, c'est Clotilde Courau, chanteuse de rue alcoolique et pauvrasse. Son père, encore pire, c'est Jean-Paul Rouve, acrobate, enfant de la balle, le cirque, qui finira cirque de rue, le pire du pire. Edith sera vite ballottée par la vie et finalement élevée par une grand-mère que, tel le gitan, elle ne connaît pas, Catherine Allégret, mère-maquerelle et gérante d'un bordel, où toutes vont dorloter la petite Edith, notamment Emmanuelle Seigner (correcte). [Catherine Allégret est la meilleure comédienne du film, notamment sur le plan où elle s'assoit à la table de la cuisine ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Avec la môme d'Olivier Dahan, embarquez dans un voyage dans le vieux Paris d'alors peuplé des petites gens de tous les jours et de l'ambiance de Belleville d'alors, suivez la môme des bas quartiers et des débuts lugubres, son père Poilu à la guerre puis acrobate du Dimanche, sa mère artiste en partance, sa grand-mère tenancière d'un bordel, sa presque cécité, sa titine rousse et puis sa vie de délabrement avancé faites de brics et de brocs, de la chance d'une découverte au coin d'une rue, d'une reconnaissance de cabaret au départ et de fils en aiguilles de rencontres la route vers une consécration méritée mais difficile ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Marion Cotillard est magnifique, magique même dans ce film signé Olivier Dahan qui retrace la vie tumultueuse de ce môme, fille de Normandie, de New York et de Belleville. Et comme dis Marlène Dietrich le temps d'une accolade à New York, "votre voix est comme l'âme de Paris". Une narration émouvante qui nous conte à travers un pêle-mêle, dès fois difficile à comprendre ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Marion Cotillard étant oscarisée, je me suis dit qu’il fallait voir le film. Je ne suis pas particulièrement attirée par la personnalité d’Edith Piaf, je n’aime pas sa voix de titi parisien, ni sa vie d’excès. Le film est sans surprise, si ce n’est que Marion Cotillard mérite sa récompense. Elle est…époustouflante en Edith Piaf ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    La vie d'Edith Piaf fut un tel roman qu'il est finalement assez étonnant qu'il ait fallu attendre si longtemps après sa mort (plus de 40 ans) avant qu'un biopic en bonne et due forme ne lui soit entièrement consacré ! Peut-être aussi le précédent Edith et Marcel, film à partir duquel l'engouement populaire autour des films de Claude Lelouch est allé globalement decrescendo malgré quelques sursauts épars, faisait-il planer le sceptre d'une malédiction, comme en écho d'une vie qui n'aura pas été épargné par les tragédies ...

    Lire la suite de la chronique chez .


    Note : 3.5/5 (16 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006