Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

20
10
2006

La doublure - Francis Veber

6 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :

, , , , ,

 

La doublure, 
De ,

Avec G. Elmaleh, D. Auteuil, A. Taglioni
Sortie en salle le 29 mars 2006
Disponible en DVD
Acheter La doublure sur Amazon
 

 
Synopsis : Le puissant homme d'affaires Pierre Levasseur est piégé par un paparazzi alors qu'il se dispute avec sa maitresse, la top model Elena. Afin déviter un divorce qui couterait très cher au milliardaire, François Pignon qui a été pris sur la photo est contacté par l'avocat de celui ci pour se faire passer pour le véritable fiancé du mannequin.
Critique : Aprés Jacques Brel, Pierre Richard, Jacques Villeret et Daniel Auteuil c'est au tour de l'humoriste Gad Elmaleh d'endosser le rôle culte de François Pignon. Le rôle proposé à l'origine à Jamel Debouzze sied comme un gant a un Gad Elmaleh tout en finesse qui a parfaitement su capter l'esprit lunaire de Pignon tel qu'interprété par Pierre Richard....

Lire la suite de la chronique chez .

 
François Pignon est voiturier dans un restaurant chic. Il partage son appartement minuscule avec son collègue Richard, et il vient de se faire éconduire dans sa demande en mariage par Emilie qui n'a pas la tête à ça, et préfère le considérer comme un petit frère. Jusqu'au jour où il se trouve dans le champ d'un paparazzo, au moment où celui-ci surprend l'homme d'affaire Levasseur avec le mannequin Eléna. Comme c'est sa femme qui détient la capital, le chef d'entreprise doit tout faire pour empêcher le divorce. Conseillé par son avocat, il embauche Pignon comme "doublure" : ce dernier doit héberger Eléna...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Loin du niveau du Dîner de cons mais bien meilleur que Le Placard, tel est mon sentiment concernant la dernière comédie estampillé "Pignon inside" de Francis Veber. Si dans La doublure, le nouveau François Pignon est incarné par Gad Elmaleh, ce personnage d'habitude si central est plus en retrait que d'habitude. Certes, il se situe au coeur de l'action mais il n'est pas forcément l'élément moteur du film ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Petit film français, sympa à regarder à la coolos, pas vraiment d'enjeux ici... qu'on se le dise...., seulement le plaisir des yeux avec d'un côté Eléna (aliasAlice Taglioni) la blonde plantureuse et de l'autre Emilie (alias Virginie Ledoyen) puis l'innefable Christine Levasseur (alias Kristin Scott Thomas) et du côté masculin pour mesdames, François Pignon (alias Gad Elmaleh), Pierre Levasseur (alias Daniel Auteuil), Maître Foix (alias Richard Berry) et Richard (alias Dany Boon) ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Tous les ingrédients étaient réunis pour faire une bonne comédie : de bons acteurs, même dans les seconds rôles (Richard Berry en avocat amoral, Kristin Scott Thomas qui joue la femme chic et peste de Vasseur), une idée de départ sympa… Mais les personnages, dont le fameux François Pignon (patronyme récurrent pour le personnage gentil mais un peu con dans les comédies de Veber), sont trop caricaturaux, si bien qu’on a du mal à adhérer à l’ensemble. Certains personnages sont inexploités ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Il faudra s'y faire, jamais Francis Veber ne pourra reconstituer le duo Pierre Richard et Gérard Depardieu de la trilogie «La Chèvre», «Les Compères», et «Les Fugitifs», jamais plus nous ne suivrons Perrin (Pignon) et Campana au Mexique ou à Nice, souvenirs… «tout petit déjà, j'ai avalé une aiguille… comme le jour où je me suis électrocuté avec la machine à café, je voulais avoir du jus, j'en ai eu!», «allez vous reposer, moi, je reste sur le pont…» (dans le bar louche où Perrin «interroge» une prostituée), «ça me rappelle le pavillon de mes parents à Pantin…» (la mission incendiée au cœur de la jungle), on peut toujours ressasser, il faudra bien se résoudre à en faire son deuil, Capri, c'est fini ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 3.6/5 (7 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006