Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

13
11
2007

Daratt (saison sèche) - Mahamat Saleh Haroun

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

Daratt (saison sèche), 
De ,

Avec A. Bacha Barkai, Y. Djoro, A. Hisseine

Sortie en salle le 27 décembre 2006
Sortie en DVD le 18 septembre 2007
Acheter Daratt (saison sèche) sur Amazon
 

 
Les films tchadiens sont rares, en voici un bien intéressant sorti en France mercredi dernier : Daratt (Saison sèche), de Mahamat-Saleh Haroun. Atim, personnage principal du film, représente la jeunesse tchadienne dont les épaules sont lourdes des conséquences de la guerre civile. Il est jeune et orphelin, son père a été tué par un criminel de guerre. Or la justice tchadienne accorde en 2006 l'amnistie à tous les criminels de guerre... L'injustice plane, ces anciens bourreaux deviennent des "hommes de tous les jours" que les victimes peuvent croiser dans les rues ...

Lire la suite de la chronique de .

 
Une oeuvre formidable, de justesse, bénéficiant du talent de deux acteurs capables de faire passer l'émotion, le ressenti sans que les mots ne soient toujours nécessaires. Un film fort , comme je les aime, sur les mystères de l'âme humaine, sur la rédemption ( là j'ai pensé à Abel Ferrara..) , l'outil utilisé qu'est le pain ( la joie, cette fierté d'Atim a sa première fournée réussie seul..), Là j'ai pensé à Pagnol et la femme du boulanger ...

Lire la suite de la chronique de .

 
Ce film est l'occasion d'une réflexion sur l'héritage, la transmission filiale. Atim est orphelin d'un père qu'il n'a pas connu, dont il n'a donc rien appris. Mais c'est par Nassara l'assassin qu'il va apprendre le métier de boulanger. Ce sera la plus noble des choses léguées par les adultes. Longtemps, il va hésiter, faire le geste de tuer puis se raviser ...

Lire la suite de la chronique .


Note : 4/5 (4 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006