Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    09
    11
    2007

    This is England - Shane Meadows

    10 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , ,

     

    This is England, 
    De ,

    Avec T. Turgoose, S. Graham, J. Hartley
    Sortie le 10 Octobre 2007
    This is England - Shane Meadows
    Acheter This is England sur Amazon

     

    Les premières images de This is England nous ramènent en 1983 en pleine période Thatchérienne durant la guerre des Malouines. On entend Maggie intraitable sur la souveraineté de la Grande Bretagne envoyer derechef son armée récupérer des îles du bout du monde envahis par les argentins. Shaun (Thomas Turgoose étonnant) un jeune ado d’une douzaine d’année vient de perdre son père dans cette guerre. Au collège, son pantalon pattes d’eph le catalogue dans les ringards et le désigne aux quolibets de ses camarades ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     

    1983. Shane, 12 ans, habite dans une ville côtière du nord de l’Angleterre. Sa mère et lui se débrouillent tant bien que mal pour joindre les deux bouts, depuis que son père est mort dans la guerre des Malouines. Shane est un gamin solitaire jusqu'à sa rencontre un jour avec un groupe de skinheads locaux, il va alors découvrir les soirées, les premières amours et les Dr Martens ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     

    Le film s'ouvre sur un montage d'images d'archives vidéo qui défilent pêle-mêle sur "54 46 was my number" de Toots & the Maytals : Pacman, Thatcher, le Rubik's cube, la grève des mineurs, Lady Di, les émeutes de Notting Hill, K2000 et la guerre des Malouines. Ce téléscopage d'images à la fois proches et déjà terriblement démodées annoncent la tension et la violence sous-jacente qui vont traverser le film : violence sociale du chomage et des grandes luttes anti-thatcheriennes ...

    Lire la suite de la chronique des .

     

    Ce film, This is England de Shane Meadows, confirme que les Anglais savent très bien raconter des histoires dans un contexte historique précis. Il se déroule un an après la guerre des Malouines entre l'Argentine et la Grande-Bretagne. Au début et à la fin de This is England, des images d'actualités sont montrées. Le réalisateur, dont je crois que c'est le premier film, en a écrit le scénario assez largement autobiographique ...

    Lire la suite de la chronique de .

     

    Un film comme un témoignage de la montée des mouvements skinheads anglais des années quatre-vingts. Avec comme terrain d'étude, un milieu assez fermé, au sein duquel un gamin est intégré - enrôlé ? Pour ne pas mettre tous les groupes marginaux dans le même panier, il y a d'abord celui du leader Woody, agité mais finalement bien moins violent et raciste que le second, celui que reforme Combo à sa sortie de prison ...

    Lire la suite de la chronique .

     

    On espère que ce n'est pas que ça, l'Angleterre, tant tout y est crasseux, puant, jaune comme une pinte de pisse. Bienvenue dans le quotidien de Shaun, une dizaine d'années et autant de dents, le genre de gamin qui trouvera toujours une raison pour tenter de vous coller une beigne. Protégé par le leader d'une bande de skinheads (version Bisounours, où le crâne rasé n'appelle pas forcément le racisme et la haine), Shaun grandit plus vite qu'il ne faudrait. Avant de faire une nouvelle rencontre, celle d'un autre skinhead, un vrai de vrai celui-là, qui hait les pakistanais autant qu'il adore sa nation ...

    Lire la suite de la chronique de .

     

    La guerre des Malouines fournit à Shane Meadows l'arrière plan de ce film, qui est aussi pour lui une plongée dans son propre passé puisque son père est mort dans cette guerre. Cet aspect autobiographique donne parfois même à "This is england" un aspect de documentaire sur l'Angleterre du début des années 80, d'autant que le film s'ouvre sur une rimbabelle d'images d'archives ...

    Lire la suite de la chronique d'.

     

    Il y a quelques années j'avais beaucoup aimé American History X un peu sur les mêmes aspects liés au racisme mais aux États-Unis et dans un tout autre contexte de violence plus exacerbée, plus brut. Avec This is England, c'est la période de l'enfance, celle de Shaun, enfant solitaire dont le père est mort à la guerre qui se fait conspuer par les enfants autour de lui et qui trouve refuge par hasard avec des skinhead. Dans un premier temps, il s'agit plus d'un bande de copains qui n'ont rien de politique ou de raciste au sens où on l'entend, un regroupement loufoques de quelques enfants qui se lient qui se sont trouvés et s'amusent ...

    Lire la suite de la chronique de .

     

    This is England est un film de personnages. Il y a d'abord Shaun, jeune anglais en quête d'identité et de réponse, joué magistralement par le jeune Thomas Turgoose qui est né pour faire ce métier. Puis Combo, ex-taulard violent, raciste. Lui même en quête d'identité mais qui a choisi ses réponses:violence et haine des autres. Stephen Graham que l'on avait vu dans le génial Snatch y est méconnaissable ...

    Lire la suite de la chronique de .

     

    Ce que ,j'aime, la petite histoire au milieu de la grande. Je n'ai pas vécu à cet endroit à cette époque mais j'avais presque 10 ans à ce moment-là. Les pantalons étaient comme ça, les voitures étaient presque comme ça et le reste était beaucoup moins violent. Qui se souvient, en France, de cette guerre des Malouïnes ? Pour nous, cela reste qu'une petite anecdote dans l'histoire anglaise. Ce film nous donne l'impression que c'est aussi une anecdote pour certains anglais. Quelque chose dont ils ne sont pas trés fiers, au moins pour ceux qui n'y sont pas allés ...

    Lire la suite de la chronique d'.


    Note : 4/5 (6 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006