Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

16
03
2009

Shortbus - John Cameron Mitchell

5 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , ,

 

Shortbus,
De John Cameron Mitchell
Avec S-Y. Lee, P. Dawson, L. Beamish

Sortie en salle le 8 novembre 2006
Sortie en DVD le 22 mai 2007
Acheter Shortbus sur Amazon
 

Synopsis : Le Shortbus est un club privé New Yorkais où se cotoient les artistes de tout genre, c'est aussi un endroit sans aucun tabous où il est possible de faire librement l'amour dans de grandes orgies. On peut y croiser les deux Jamie's homosexuels qui connaissent des problèmes de couples , Sofia la conseillere sentimentale qui n'a jamais connu l'orgasme ou bien encore Severin une prostitué dominatrice.
Critique : Shortbus marque le retour de John Cameron Mitchell cinq ans aprés l'adaptation de sa comédie musicale Hedwig & The Angry Inch pour le grand écran. Pour son second film, le talentueux réalisateur a souhaité tout simplement montrerl'amour et le sexe de la façon la plus naturelle ...

 

Lire la suite de la chronique de .

 

Un film de sexe et de chair qui aisément arrive à nous les faire oublier pour ne plus penser qu'à nos sentiments, nos "à-priori". Mais que faisons nous de nos vies, telle est la question qui semble devoir s'imposer. Il y a un debut aussi sur qu'il y aura une fin, pourquoi s'interdire plus ou moins consciemment le plaisir et comment faire sauter ces quelques verrous qui ...brident ..notre libido?? tiens c'est le titre du dernier album de Brigitte Fontaine...et je suis sur que Brigitte c'est l'amour et le sexe qui la maintienne nt en si bonne forme.....

 

Lire la suite de la chronique de .

 

... SHORTBUS donc... Un couple de gays, dans la trentaine, of course, décide de consulter une sexologue. Le plus timide des deux a proposé à l'autre d'élargir le couple aux expériences sexuelles de groupe ou du moins à la participation occasionnelle d'un troisième larron. Ils veulent avant toute décision en parler avec un sexotherapeute (mange, Google, mange), et avoir son aval. La consultation avec la sexologue se passe très bien. Plutôt finaude elle s'entretient avec chacun des deux compagnons séparément. Mais en fin de séance, c'est l'incident: elle finit par gifler un des deux gars. Un lourd silence s'ensuit... Dans ce moment d'égarement et de stupéfaction, la femme avoue qu'elle n'a jamais connu l'orgasme ...

 

Lire la suite de la chronique de .

 

Qui n’a pas entendu parler de Shortbus ? Le film qui ose, le film scandaleux, le film non censuré, le film porno, le film qui parle de plaisir, etc. On a tous entendu parler de Shortbus. On l’a peut-être même tous vu. Le film est touchant, voilà l’impression que ça m’a donné. Les acteurs sont touchants, ils jouent bien et je dois avouer qu’ils ont été très bien dirigés. Il fallait, aussi, une sacré confiance professionelle pour tourner les scènes de Shortbus ...

 

Lire la suite de la chronique de .

 

Le film Shortbus semble faire état d’une libération sexuelle qui serait le propre de l’époque contemporaine et dont la boîte de nuit de Justin Bond poserait le cadre idéal. Cependant, par la focalisation qu’il exerce sur quelques personnages en particulier, le scénario tend à montrer que vers ce lieu hors normes convergent une multitude d’êtres en crise et aux prises avec leur sexualité

Note : 4.1/5 (8 notes)


Imprimer   1 Commentaire Commenter  
>>

Commentaires

Lien croisé

Labosonic, carnets d'humeurs d'un montreur de sons. - (chef et hors) d'oeuvre : "sévit ici - et avec qui j'ai eu le bonheur de discuter, doivent avoir remarqué chez moi une certaine propension à intellectualiser des choses qui sont parfois complétement anodines et même aller jusqu'à élaborer des théories, souvent fumeuses, sur la manière dont notre monde1 va (vous trouverez par exemple ma théorie sur le film Shortbus, là). J'y peux rien, je suis comme ça, j'ai une propension à la philosophie de comptoir. Chacun ses vices et j'ai celui là, c'est peut-être le moindre qu'on puisse avoir quand on a passé trop de temps dans les bistrots." rel="nofollow"

Anonyme - 24.11.06 à 12:05 - # -

Commenter

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006