Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

13
03
2009

Loin de Sunset Boulevard - Igor Minaev

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

Loin de Sunset Boulevard,

D'

Avec S. Tsiss, Y. Svejakova, I. Dmitriev

Sortie 7 mai 2008
 
Acheter Loin de Sunset Boulevard sur Amazon
 

D’emblée, il faut dire (malgré les très nombreuses réserves que j’ai à son égard) que Loin de Sunset Boulevard est un film passionnant. Mais son titre est cruel pour lui, le film fait référence à Sunset Boulevard, mais Igor Minaiev – à la vision de ce film qui est le seul que j’ai vu de ce réalisateur – est loin d’avoir le talent de Billy Wilder. Loin de Sunset Boulevard s’inspire de la vie du réalisateur soviétique Grigori Aleksandrov, ici Constantin Dalmatov, qui commença sa carrière comme acteur dans les films d’Eisenstein (dans ce film c’est Mansourov), dont Le Cuirassé Potemkine et puis il devint son assistant et monteur ...
Lire la suite de la chronique de .
 

Difficile sans doute d'accumuler autant de clichés, en prenant autant de temps, dans un seul film, que dans ce Loin de sunset boulevard d'Igor Minaiev. On nous propose en effet ici un retour en arrière sur les années d'apogée de la terreur stalinienne, qui commenca dans les années trente on le sait. L'argument en est que la télévision décide de rendre hommage à un couple mythique de cinéma de l'URSS, celui forméparle réalisateur Constantin Dalmatov et l'actrice Lidia Poliakova ...
Lire la suite de la chronique d'.
 

Il y a une quinzaine de jours notre vaillant et indispensable cinéma Art et Essai programmait une semaine de cinéma russe pendant laquelle était projeté le film d’Igor Minaiev Loin de Sunset Boulevard. Lors de sa sortie, le film avait bénéficié d’une distribution limitée à quelques salles parisiennes et nous autres provinciaux n’avions qu’à prendre le TGV pour le voir. Dans les quelques articles évoquant ce film j’avais noté la thématique altersexuelle, ce qui est rarissime dans la production russe. J’ai en tête le nom de Sergueï Eisenstein dont Que viva Mexico recèle de nombreux plans de torses d’hommes filmés de façon franchement homoérotique ...
Lire la suite de la chronique de .

Note : 3.3/5 (7 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006