Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

24
06
2009

Les Beaux gosses - Riad Sattouf

13 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , , , , , ,

 

Les Beaux gosses,
De

Avec V. Lacoste, A. Sonigo, A. Tremolières

: Sortie le 10 Juin 2009
Les Beaux gosses - Riad Sattouf
.
 

Les Beaux gosses en questions sont élèves en 3e, des petits mecs totalement inoffensifs, un peu loosers, et qui rêvassent sur les pages du catalogue La Redoute plus sûrement que sur les filles de leur classes. Le pitch en lui même n’a rien d’original bien sûr, mais Les Beaux gosses est un film irrésistiblement drôle et au capitale sympathie énorme ...
 

Pour schématiser à l’extrême, il existe aujourd’hui deux voies cinématographiques principales pour traiter des tourments adolescents : la voie arty introspective Larry Clark / Gus Van Sant et la voie déconne régressive Judd Apatow. Et si, modestement, Riad Sattouf créait une troisième voie médiane ? ...
 

Riad Sattouf a franchi la barrière qui sépare la bande déssinée du cinéma. Barrière pas si mince que cela, tant les deux genres ont peu en commun, au moment de la mise en pratique de leur art. Mais dans un cas comme dans l'autre, gageons que c'est plutôt réussi ...
 

L’adolescence au cinéma s’est toujours vue échenillée par des réalisateurs soucieux de tendre à la jeunesse le miroir enjolivé de leur réalité. Ainsi, le préado lambda se retrouvait transfigurer, par delà l’écran, en un quaterback dont les filles raffolaient. Peu à peu, la donne a fluctué avec des films comme American Pie puis Superbad, l’immersion du réel dans cette fausse réalité ayant considérablement déformé le rêve vendu aux kids ...
 

Ouah le film! Je suis sorti de l'école à 20h et j'ai filé directos au bôô cinéma, sans même manger. J'avais trooop envie! En plus j'avais l'aval de l'avis d'Hervé et je pouvais donc même y entrer la tête haute... Riad Sattouf, j'aime vraiment beaucoup : j'ai déjà parlé ici de son Pascal Brutal ...
 

La première image des Beaux Gosses est plutôt frappante : on voit un très gros plan sur deux visages gras et boutonneux s’embrasser goulûment, avec les langues elles aussi bien visibles. Ce qui frappe d’abord avec ce film, c’est le décalage entre le titre et la réalité : ces beaux gosses ne sont pas vraiment beaux. Le film dépeint l’âge ingrat de l’adolescence ...
 

Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs, précédé d'un buzz pharaonique, bénéficiant de l'aura de son réalisateur (auteur de BD acides et réjouissantes, notamment sur la condition de l'ado), Les beaux gosses était donné gagnant avant même sa sortie. Il est vrai que le film de Riad Sattouf remet les choses à leur place et montre qu'il y a plus drôle, plus réaliste et moins bourgeoise que Lol ...
 

Wé slt, M’sieur Stoune-Bou, J’suis venu parlé d’un film k’est trop d’la balle. Ca s’appelle Les beaux gosses, même si les personnages ils sont trop cheum, t’as vu… Mais ils déchirent grave. Ils sont trop drôles. Lol, mdr, ptdr du début à la fin. Et puis C trop cool de voir un film ki parle de nous, les jeunes. C’est mieux que ces trucs relous du genre Lol ki se la pète grave. Genre Nianianialedjeuns, vazy, C trop pas bon ...
 

Ceux qui regrettent leurs 15 ans doivent certainement avoir des trous de mémoire ou vivre encore dans le déni...Riad Sattouf en nous livrant son premier film, Les Beaux Gosses, est là pour nous le rappeler. Sans concession, ni finesse, avec un réalisme poussé à son paroxysme, il dresse, au travers d'une galerie de personnages détonants, le portrait de l'adolescence avec son lot de boutons, de complexes ...
 

Enfin un film qui parle d’ados qui ressemblent à des ados et non à des gravures de mode relookées ou des caricatures. Même si leur look improbable est plus proche de celui des seventies, pour une fois, ils ne vivent ni dans des triplex du XVIème arrondissement ni dans des barres HLM d’une banlieue oubliée du monde ...
 

Le Teen Movie, spécialité américaine, n'a jamais vraiment réussi a être égalée par le cinéma français malgrés de nombreuses tentatives toutes au final plus décevantes les unes que les autres. Avec Les Beaux Gosses, il semblerait qu'une tentative fasse enfin mouche. Les Beaux Gosses est le premier film de Riad Sattouf. Un dessinateur de bande dessiné dont le succès de la série La Vie Secrète Des Jeunes l'a poussé a passé à la réalisation ...
 

Un film de collège, encore ! Et au sens propre cette fois, puisque l'action se passe dans un collège ! Les Américains nous ont habitués aux teen-movies racés et plus profonds qu'ils n'y paraissent, offrant une véritable justesse sociale sous le vernis des blagues de potaches et/ou scatologiques. Ici, la tentative est française. Très bien. Et puis pourquoi pas après tout, dans nos collèges, nos lycées, nos universités, il se passe également des choses intéressantes, ou plutôt des choses intéressantes peuvent s'y passer ...
 

Je ne suis pas un fanatique de BD mais j'ai eu l'occasion de lire et d'apprécier Retour au collège et La vie secrète des jeunes. Or, deuxième soulagement, on peut affirmer sans mentir que Riad Sattouf retrouve dans Les beaux gosses son incroyable sens de l'observation à la fois caustique et tendre. Les « héros » de son film sont en fin de collège (ils ont donc 14, 15 ans) et ne pensent qu'à une chose : le sexe ...

Note : 4/5 (4 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006