Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    19
    04
    2009

    Les 3 royaumes - John Woo

    10 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , ,

     

    Les 3 royaumes, 
    De ,

    Avec L. Chi-Ling, T. Kaneshiro, C. Chen

    Sortie le 25 Mars 2009
    Les 3 royaumes - John Woo
    .

     
    Pourquoi ce film est-il un évènement ? Tout d’abord, en raison de son budget : 80 millions de dollars qui en font le film en langue chinoise le plus cher de l’Histoire du cinéma. Le tournage a ainsi débuté le 14 avril 2007, et s’est étalé sur une période de huit mois et demi au cours de laquelle la première équipe a tourné pendant 203 jours, la seconde 117 jours, et la troisième 27 jours. Ensuite, en raison de son nombre d’entrées : c’est à ce jour le record absolu au box office asiatique ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    John Woo, on pourra accorder deux éléments indéniables : avoir su percer à Hollywood (on remerciera au passage Volte Face et Broken Arrow) et réussir à faire un carton au box-office asiatique (Chine, Japon, Corée) à chacune de ses sorties. Avec Les 3 royaumes, son dernier film produit par l’Oncle Sam, John Woo fait un ravage dans les salles de cinéma asiatiques (le film est sorti en deux volets, Chi bi 1 et 2, pour une durée de 4h40) et confirme donc la règle jusqu’à présent établie ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Quinze ans ou presque après The killer, John Woo revient en Chine avec un film épique et historique, récit d'une gigantesque bataille ayant ébranlé la Chine il y a dix-sept siècle. Un film, ou des films ? Tout dépend du pays : sorti en Occident dans une version unique de 140 minutes, Les 3 royaumes (Battle of Red Cliff pour les anglophones) est à la base un diptyque atteignant les 4 heures de métrage, Woo estimant que l'intensité de la bataille ne pouvait qu'être restituée dans la durée. Reste que paradoxalement, alors qu'une centaine de minutes a été coupée, on a l'impression que notre version des 3 royaumes est plus ennuyeuse que son pendant asiatique ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Les 3 Royaumes de John Woo est un film événement à maints égards : tout d'abord pour sa mise en scène époustouflante, son rythme, son audace picturale, la conduite de l'histoire, l'interprétation, autant d'éléments qui coupent le souffle. Sans être une adepte inconditionnelle des grands spectacles, celui-ci est d'un intérêt, d'une qualité tels, qu'il serait dommage de la manquer, tant on a l'impression d'entrer dans une page d'histoire, de voir le passé se réanimer sous nos yeux avec une incroyable actualité. Le réalisateur est connu des cinéphiles du monde entier depuis longtemps ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Lointaine est l'époque où furent fondés Les Trois Royaumes de la dynastie Han puisqu'il s'agissait de l'an 208 de notre ère. Lointain est le lieu où fut engagée la bataille décisive qui leur donna naissance puisqu'il s'agissait de la Falaise Rouge sur les rives du mythique fleuve bleu, le Yangzi. Manifique est le film de John Woo qui veut bien nous emporter là-bas en ce temps-là ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    En l'an 208, sous la dynastie Han, la Chine est divisée en plusieurs royaumes, dans une stabilité très relative. Cao Cao, un général particulièrement belliqueux et ambitieux, devenu premier ministre, réussit à persuader l'empereur de mener la guerre contre les suzerains supposés déloyaux. Après avoir conquis tous les territoires du nord, il décide de continuer sa croisade mégalomane (oui, il est chaud Cao Cao... ) en cherchant querelle aux deux royaumes restants, celui de Lu-Bei, au sud-ouest, et celui de Sun Quan, au sud-est. Avec ses 800000 soldats contre les quelques 50000 hommes défendant les deux provinces, le combat semble plié d'avance ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Ce "Trois royaumes" est un film absolument somptueux tant par les décors, les costumes, le souffle épique qui se dégage de l'ensemble avec des moments d'intimité bienvenus. Les 80 millions de dollars que le film a coûté se voient à l'écran. Des milliers de figurants entourent les personnages principaux, des hommes de guerre pour la plupart, dont l'adresse à l'épée comme l'efficacité au maniement de l'arc vous laissent béats d'admiration ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Le réalisateur John Woo s’est emparé de ce célèbre affrontement pour livrer un péplum à la chinoise. Depuis quelques années la production cinématographique chinoise nous habitue à des films de plus en plus hollywoodiens. Les 3 Royaumes marque une étape supplémentaire dans leur course pour rattraper et rivaliser avec les américains. Le recours aux images de synthèse permet de multiplier considérablement le nombre de bateaux et de figurants pour produire un spectacle pharaonique. J’ai lu que l’armée chinoise avait contribué à cette réalisation en amenant un millier de soldats ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Red Cliff, soit la bataille de la falaise rouge. Cet évènement guerrier du troisième siècle (extrêmement populaire en chine et cadre d'une saga romanesque à succès) est l’occasion enfin pour John Woo de s’extirper de la machine hollywoodienne où son bilan reste assez inégal. Pour un flamboyant Volte/Face et un beau film plus classique comme Windtalkers, le cinéaste a quand même aligné les moins glorieux Chasse à l’homme, Broken Arrow, M:I 2 et Paycheck... Sans faire mention d’une carrière télé qu’il vaudrait mieux oublier ! Laissant entrevoir beaucoup de gentillesse et d’humilité dans ses interviews, peut-être n’était-il pas finalement aussi à son aise que cela dans cette industrie où il s’orientait à devenir un tâcheron de luxe avec de moins en moins de liberté ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Après des années d’errements à Hollywood et une demi douzaine de films très moyens (à l’exception de Volte Face et son anthologique scène du miroir), John Woo reviens au bercail pour nous en mettre plein la gueule. Alors autant dire qu’avec trente ans de gunfight dans les jambes, Woo dépoussière le style «Wu Xia Pan» avec une flamboyance à la hauteur ...

    Lire la suite de la chronique chez .


    Note : 2.6/5 (5 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006