Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

30
04
2008

Le Cahier - Hana Makhmalbaf

5 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , ,

 

Le Cahier,
D'

Avec N. Noruz, A. Hoseinali, A. Alijome

Sortie en salle le 20 février 2008
.
 

S'il existe une dynastie Coppola au sein du paysage cinématographique Hollywoodien, il est une autre famille, du côté de Téhéran, pour qui le cinéma est inné. Tout commence avec Moshen Makhmalbaf, un des maîtres du cinéma perse avec Abbas Kiarostami et notamment auteur du Silence (1998). Moshen est le père de Samira, réalisatrice de La Pomme (1997) ; de Maysam, réalisateur du making-of du Tableau Noir de sa soeur Samira (2000); et de Hana, réalisatrice du Cahier dont nous nous apprêtons à parler. Moshen est également l'époux de Marzieh Meshkini, réalisatrice du Jour où je suis devenue femme (2001) et de Chiens Egarés (2005) ...
 

J'ai vu ce film il y a plus de deux mois, pourtant les souvenirs que j'en ai aujourd'hui sont restés intacts et intenses. Il était en compétition aux Rencontres Internationales du Cinéma à Paris, et je lui aurais sans aucun doute attribué un prix, si j'avais fait partie d'un quelconque jury. Je parle du film Le Cahier (dont le titre original est plus intéressant : Buddha collapsed out of shame) d'Hana Makhmalbaf, autre fille du grand cinéaste iranien Mohsen Makhmalbaf. Quand je repense à ce film, j'ai l'estomac qui se noue une nouvelle fois. Et j'ai envie de parler de chaque scène. Car si le film est construit sur un petit nombre de séquences, chacune pourrait faire l'objet d'une profonde analyse ...
 

Petit film, petits acteurs, petits moyens pour une vision profonde des racines de l’intolérance et des préjugés qui sommeillent dans chaque être humain. Pour son film Le Cahier, la réalisatrice Hana Makhmalbaf filme les enfants de Bamian qui, déjà dans leurs jeux, reproduisent les gestes de guerre et d’intolérance transmis par les adultes. Le film a été tourné en Afghanistan sous les statues géantes de Bouddha détruites par les talibans et près des grottes où tentent de vivre des familles décimées ...
 

Dans la famille Makhmalbaf, après le père Moshen ("Kandahar"), la mère Marziyeh ("Le Jour où je suis devenue femme") et la soeur aînée Samira ("Le tableau Noir"), voici donc la cadette Hana. Comme son père et sa soeur, elle a planté sa caméra dans l'Afghanistan voisine pour parler de la société de ce pays marqué par des années de domination des talibans, à travers le destin d'une petite fille qui revendique son droit à l'éducation. La réalisatrice a casté des milliers d'enfants de Bamyan et de ses environs avant de trouver ses jeunes acteurs. Patience justifiée, tant le film repose sur les épaules de Nikbathk Noruz présente à l'image dans quasiment toutes les scènes ...
 

Y a-t-il ou non un hasard dans la programmation en salle de deux films sur l'Afghanistan? Je les ai vus pour ma part à bref intervalle. Après Les cerfs-volants de Kaboul (mon billet du 15/03/08), voici donc Le cahier. Je ne suis pas prête d'oublier le visage de Bachti, petite fille en tenue afghane haute comme trois pommes, dont le seul but est d'aller à l'école pour écouter des histoires drôles, pareilles à celles que lui raconte Abbas, petit bonhomme aux cheveux ras qui est en train d'apprendre l'alphabet sur un manuel ...

Note : 3.7/5 (9 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006