Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

08
06
2009

Etreintes brisées - Pedro Almodovar

16 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , , , , , , , , ,

 

Etreintes brisées,
De

Avec P. Cruz, B. Portillo, L. Homar

: Sortie le 20 Mai 2009
Etreintes brisées - Pedro Almodovar
.
 

Almodovar a réuni ses acteurs fétiches du moment (Penélope Cruz, Blanca Portillo etc.) pour une classique romance passionnée, dans le plus pur style du plus emblématique cinéaste de la Movida. Tous les ingrédients du cinéma d’Almodovar sont là, nous laissant peu d’air pour nous surpendre, et ne prenant aucun risque non plus de décevoir. Etreintes brisées plaira, à n’en pas douter, car le film porte la signature de son auteur et est assez consensuel ...
 

Blockbusters du ciné d’auteur mondial, chaque film d’Almodovar provoque une unanimité toujours trop euphorique où, si l’on ne crie pas au chef d’œuvre, on s’exclame et vante imparablement un film parfait. Et d’année en année, les critiques négatives se font de plus en plus circonspectes, étouffées sous le dithyrambe. Ce fût le cas de Volver, primé pour la forme à Cannes, chronique du deuil et portraits croqués de femmes, qui, s’il était relativement affable, demeurait tout de même incroyablement placide ...
 

Une femme Lena (Penelope Cruz), deux hommes, tous deux fous d’elle ! L’un Ernesto Martel (José Luis Gomez ) possessif, ne la retient que par la puissance de sa fortune. L’autre, Mateo (Lluis Homar), réalisateur inspiré, se voit confier ses débuts dans la carrière. Entre elle et le réalisateur c’est le coup de foudre immédiat. Il leur faudra dans un premier temps déjouer la suspicion ...
 

Pedro Almodóvar n’est pas de ces réalisateurs imprévisibles qui changent radicalement de style à chaque film. Bien au contraire, le réalisateur espagnol semble suivre et creuser sa propre voie, de film en film, en améliorant sans cesse un style et un univers aisément reconnaissables. Étreintes brisées ne fait pas exception à la règle : on est ici en terrain connu, une impression que ne peut que renforcer la présence d’acteurs déjà vus dans le cinéma Almodóvarien ...
 

En ce début de siècle, c'est devenu une tradition: le dernier Almodóvar sort fin mai, en plein milieu du festival de Cannes, créant l'émotion (quasi) générale et faisant naître un scandale en forme de feu de paille chez les fans hardcore (« Quelle honte, il n'a pas eu la Palme, z'ont pas de coeur »). L'autre tradition, qui date quant à elle du siècle dernier, c'est que le dernier Almodóvar ressemble au précédent, par les thèmes, l'ambiance et le casting ...
 

On ne saurait reprocher à Pedro Amlodovar de se répéter, ou alors on serait bien niais de ne pas avoir repéré dans ses seize films précédents les thèmes récurents tels que l'homosexualité, l'absence douloureuse des pères, la place des femmes au centre de l'intrigue, les secrets de familles ou la symbolique des couleurs. Pourtant, pour la première fois depuis quatre films, je ne suis pas sorti de la salle avec le souffle coupé, et l'impatience irrépressible d'avoir le DVD pour disséquer la composition de chaque plan ...
 

Etreintes brisées, beau titre pour un mélodrame qui met en scène un ancien cinéaste devenu aveugle et converti depuis à l'écriture de scénario. Comme d'habitude, le récit proposé par Almodovar est assez dense et il me paraît bien inutile de le résumer. Mais si vous voulez tout savoir, sachez que le cinéaste nous replonge peu à peu dans le passé de Mateo pour nous narrer l'histoire d'amour qui le lia à la belle Magdalena (Penélope Cruz) et ses conséquences tragiques ...
 

Almodovar ne propose pas de scénario aussi original que ce que l’on pouvait peut être espérer au regard de ses précédents films. Un scénario plutôt simple(t) sans qu’il soit mauvais pour autant. C’est surtout dans la forme qu’on découvre un réalisateur osé élaborant d’abord un montage de maître. On comprend que la simplicité de l’histoire était nécessaire tant on imagine le montage complexe ...
 

Ce billet ne devrait pas s'intituler Almodovar mais plutôt Pénélope tant le dernier film de Pedro Almodovar, Étreintes brisées, est un véritable hymne à la belle Pénélope Cruz. Pénélope est l'une des rares actrices contemporaines que l'on pourrait comparer aux Grandes comme Greta, Ava ou Marilyn. Et ce film lui rend un véritable hommage en lui offrant un rôle superbe ...
 

Etreintes brisées (titre pas si facile à dire) de Pedro Almodovar, qui était en compétition à Cannes cette année, est reparti bredouille. C'est dommage car il aurait au moins mérité le prix du scénario. Film hommage au cinéma en général et à tous ceux qui le font, en particulier, Etreintes brisées est, en effet, un film foisonnant qui se passe alternativement à deux moments dans le temps: en 1994 et et 2008 ...
 

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître certains cinéastes ne sont pas des cinéphiles (j’aurais bien des exemples mais je m’abstiendrai) mais au même titre que Picasso maîtrisait parfaitement l’histoire de la peinture, condition sine qua non au renouvellement de son art, il me semble qu’un cinéaste se doit de connaître et d’être imprégné de l’histoire du cinéma, comme Pedro Almodovar ...
 

Depuis longtemps, Pedro le Grand nous a habitués à nous embarquer dans son univers, nous bercer, nous enflammer, nous conquérir et parfois même nous dévaster le cœur. Une nouvelle fois, il nous emmène au bord du précipice et des ravages de la passion qui peut faire commettre les pires horreurs, mais aussi il parle des sentiments plus forts que tout, de l’amour, de la douleur, du chagrin ...
 

Ce qui est beau avec des réalisateurs comme Pedro Almodavar, c'est qu'ils ont déjà prouvé ce qu'ils avaient a prouver, et peuvent désormais refaire à foison les mêmes films avec les mêmes thématiques, en modifiant juste l'angle, le point de vue ou le contexte. « Etreintes Brisées » est une fraction supplémentaire de l'essence d'Almodovar ...
 

Récit d'un amour dominé par la fatalité, le dernier opus d'Almodovar s'ancre en prenant pour métaphore le processus du montage d'un film comme symbole de la réalisation d'une vie. Riche en flash-back afin de nourrir le suspense autour du personnage central, Léna, campé par une Penélope Cruz plus glamour que jamais ...
 

Madre mia! (ou plutôt, le cas présent, Padre mio!) on se l'était gardé pour la fin, avec gourmandise, genre la cerise ibérique sur le gâteau du week-end, et, plouf!, on est sortis de la salle aussi déçus l'un que l'autre... Dommage dommage! Tandis que certains critiques se lacèrent les vêtements de joie, s'en pissant quasiment dessus, et s'arrachent d'enthousiasme les derniers cheveux qui leur restent en huuuurlant à la lune le géééénie de Pedro ...
 

Étrangement passé inaperçu à Cannes, Los Abrazos Rotos est pourtant l'un des plus beaux films d'Almodovar, offrant à ses acteurs fétiches des rôles magnifiques, réaffirmant ses thèmes de prédilection en les enrichissant avec toujours plus de grâce, et donnant une réflexion encore bouleversante sur le cinéma et son pouvoir ...

Note : 3.5/5 (11 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006