Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

29
04
2009

A Woman a Man Walked By - PJ Harvey & John Parish

3 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, ,

 

A Woman a Man Walked By,

& ,

Parution en 2009
A Woman a Man Walked By - PJ Harvey & John Parish
Acheter A Woman a Man Walked By sur Amazon
 

 
Cela fait quand même plus de douze ans que bien du monde attend la suite des œuvres conjointes de PJ HARVEY & ROBERT PARISH, après un très réussi « Dance Hall at Louse Point ». Alors quand la chanteuse annonce courant 2008 une nouvelle collaboration assez particulière, on ne peut que commencer à tirer des plans sur la comète. Et oui, le disque étant tout chaud tout beau, on ne peut que confirmer la singularité de l’objet. Dès le single « Black hearted love », on retrouve la touche PJ avec ce rock/blues si caractéristique, mais rehaussé par la guitare abrasive de Parish, qui rend plus complexe et tortueux ce « A woman a man walked by » ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Je me suis posé la question en ces termes durant plusieurs semaines : fallait-il ou non parler du nouvel album de PJ Harvey & John Parish, alors que tant d'autres (Arbobo et The Civil Servant en tête) s'en sont parfaitement acquittés ? Au risque de me noyer dans la masse ? N'y a-t-il pas eu plus essentiel ces dernières semaines ?... Sans doute. Pour la première fois depuis très longtemps, un disque de la Déesse de la blogosphère déçoit franchement. Mais n'est-ce pas un évènement en soi ? ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Il m’aura fallu du temps pour appréhender ce retour dans ma vie de Pj Harvey accompagnée du fidèle John Parish. Du temps parce que « A woman a man walked by » possède certains défauts qui lors de mes premières écoutes auraient pu me pousser vers une critique incendiaire emplie du poids de la déception et de la trahison. Pourtant derrière ce comportement sibyllin, ces attitudes trop maniérées, ce regard qui se dérobait à moi comme si elle avait commise une faute qu’elle n’osait m’avouer, c’était bien elle, la Polly Jean que j’avais toujours connu et aimé ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 3/5 (2 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006