Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

21
05
2009

Wendy et Lucy - Kelly Reichardt

8 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , ,

 

Wendy et Lucy,


De

Avec M. Williams, W. Patton, W. Oldham

Sortie en salle le 8 avril 2009
Wendy et Lucy - Kelly Reichardt
.
 

Depuis quelque temps, des cinéastes sans le sou abandonnent les grands studios pour suivre les rails d’un ailleurs plus prometteur. Intrinsèquement liés à la figure du hobo, ils acceptent leur marginalité, et créent des œuvres simples, où presque rien n’est dit, une épure de mot et de situation, une contemplation nostalgique sur un monde changeant. Des expériences collectives, qui se vivent et se répètent par l’obédience d’une complicité créatrice ...
 

En 2007, le Old joy de Kelly Reichardt nous cueillait par son ultra simplicité et par l'étrange flottement qu'il parvenait à créer de façon immédiate et pendant une heure quinze. Un objet déconcertant, singulier, irriguant l'audience de sa curieuse aura. Wendy & Lucy en est le prolongement évident, même si son utilité reste à prouver. Reichardt poursuit dans la même veine, c'est-à-dire deux personnages (ici, une fille et son chien) en balade, une voiture qu'on laisse sur le bas-côté et un voyage qui prend vite sens ...
 

L’argument tient en quelques mots : Wendy cherche son chien Lucy. Comment tenir 1 h 20 avec si peu ? Apparemment pour la réalisatrice, il suffit de placer une actrice de plus en plus remarquable dans un contexte très particulier, saisir de l’une et de l’autre des fragments sans sombrer jamais dans l’excès ou la sensiblerie et elle obtient ce film rare, pur et précieux. Il aurait pourtant été simple de se laisser aller au misérabilisme ou à la grandiloquence tant ce que vit Wendy en quelques jours est toujours border line ...
 

Présenté à Cannes dans la section Un Certain Regard, "Wendy et Lucy" a reçu un excellent accueil de la critique, Le Monde le qualifiant d'"un des plus beaux films du Festival de Cannes". A la lecture des critiques, on relève pêle-mêle : "minimaliste", ""humilité", "géostationnaire", "fil ténu" ou "minimum" ; dans Dvdrama, Romain LeVern synthétise cet avis quasi unanime : "Reichardt guette la sincérité à fleur de peau de l'actrice, comme l'éclat du non-événement". L'éclat du non-événement. Diantre. Le non-événement, je l'ai clairement identifié : une lointaine cousine de Christopher McCandless perd son toutou, 80 minutes ...
 

Je ne sais pas comment l’écrire, peut-être n’y a-t-il pas assez de mots pour décrire cette sensation mais Wendy and Lucy est tout bonnement un film magnifique. Un voyage lo-fi fascinant, une escale aussi fauchée que paumée qui durant une heure vingt m’a transporté. Il ne m’a pas montré les Etats-Unis, il m’y a emmené. Littéralement. Dans la salle (où il m’arrivait de me surprendre d’y être !), je sentais l’odeur de l’essence du garage, l’herbe que foulait Wendy semblait sous mes pieds, les oiseaux qui sifflent, les branches qui craquent, les trains qui résonnent étaient là, je ne sais où, mais ici, avec moi. L’air moite et tiède, je le respirais ...
 

En alignant les plans, judicieusement choisis, brillamment cadrés, Kelly Reichardt met en scène une histoire toute simple. Une jeune fille et son chien, un vigile bienveillant pour l’essentiel lui suffisent pour monter son scénario, quelques intervenants supplémentaires pour les besoins du script that’s all. Ou plutôt, le reste est impressions et sentiments. Après avoir cadré sur les voies de chemin de fer , un point de fuite nous mène à Wendy qui tout en chantonnant lance inlassablement son bâton à Lucy ...
 

Une histoire infiniment triste. Une demoiselle (Wendy), qui fait la route vers l'Alaska en compagnie de sa chienne (Lucy) en est séparée par tout un concours de circonstances. Qui ressemblent vraiment à la vraie vie. Pas de fric, panne de bagnole, piquer dans un supermarché, garde à vue, fourrière, etc..., dans ce qu'elle a de plus réaliste et de plus désagréable. Old Joy parlait déjà, un peu en creux d'une certaine Amérique, là, elle enfonce encore un peu plus le clou ...
 

Wendy et Lucy de Kelly Reichardt (une réalisatrice à découvrir absolument) est un film tendre et attachant qui montre une Amérique triste, dure, pauvre, menaçante et un peu désespérée, mais où l'amitié et l'entraide ne sont pas absentes. L'histoire qui se passe de nos jours (à l'automne?), commence quand Wendy (formidable Michelle Williams) et sa chienne Lucy arrivent dans l'Oregon en voiture ...

Note : 4/5 (3 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006