Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

27
12
2007

Un baiser s'il vous plaît - Emmanuel Mouret

6 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , ,

 

Un baiser s'il vous plaît,
De
Avec E. Mouret, V. Ledoyen, J. Gayet
Sortie en salle le 12 décembre 2007
Acheter Un baiser s'il vous plait sur Amazon
 

Après Changement d'adresse du même réalisateur (et que j'avais beaucoup aimé), j'ai été un tout petit peu déçue par celui-ci. C'est moins ludique, moins aérien. Virginie Ledoyen n'est pas très à l'aise dans l'univers de ce cinéaste, elle récite trop son texte. Les dialogues, écrits dans une langue que l'on ne parle pas dans la vie de tous les jours, ne lui facilitent pas la tâche. En revanche, quel bonheur de revoir Frédérique Bel (remarquée dans Changement d'adresse), elle donne du piquant à ce film ...
Lire la suite de la chronique de .
 

Avec Changement d'adresse, Emmanuel Mouret était subitement passé du statut d'auteur franchouillo-agaçant à celui d'auteur en devenir. Son sens du dialogue et du timing fait le sel d'un cinéma théâtral et singulier, qui nécessite un peu de bonne volonté de la part du spectateur mais qui ensuite dévoile ses charmes et ses délices. Un baiser s'il vous plaît, c'est du Mouret pour sucre : les dialogues sont finement taillés et les situations schématiques mais construites de façon on ne peut plus rigoureuse ...
Lire la suite de la chronique de .
 

Existe-t-il des baisers sans conséquences pourrait être le titre de ce film d'Emmanuel Mouret révélé par la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, auteur de Laissons Lucie faire, Vénus et Fleur et Changement d'adresse et qui, à travers cette oeuvre pleine de charme, nous propose une série d'interrogations avec une élégance et une fluidité qui ne sont pas sans évoquer le style d'un autre grand metteur en scène, dont il se recommande d'ailleurs : Eric Rohmer. Cela commence à Nantes par une recontre entre Emilie ( charmante Julie Gayet ) et Gabriel ( Michaël Cohen ) qui passent une soirée ensemble ...
Lire la suite de la chronique de .
 

Au risque de vous lasser et de faire passer cette affirmation pour une rengaine, je dois réitérer ici mes griefs contre la comédie « à la française ». C’est peu dire que le genre est totalement dévasté aujourd’hui, qu’il soit vampirisé par les minables transfuges de la télévision ou qu’il ne fasse que répéter les vieilles formules du gros comique qui tache. C’est sans doute pour cette raison que je persiste à me réfugier auprès des quelques oasis qui subsistent dans ce désert de médiocrité. Cela peut être les films de Mocky ou, dans un genre radicalement opposé, ceux de Salvadori (encore que le dernier me fasse un peu peur). Emmanuel Mouret fait incontestablement parti de ces oasis ...
Lire la suite de la chronique du .
 

Emmanuel Mouret monte en puissance. Jeune auteur/réalisateur/acteur et pourtant déjà coupable de 4 long-métrages (plus un format court intitulé "Promène toi donc toute nue") il signe avec "Un baiser s'il vous plait" un film de très bonne facture et somme toute rassurant pour l'idée du cinéma d'auteur français (j'en vois un qui baille déjà au fond). Je parle de cinéma d'auteur non pour ériger une quelconque chapelle segmentante mais simplement pour mieux y opposer la tendance lourde du cinéma français à faire des films estampillés top-cool incluant en général des "acteurs" (sic) étant passés par Canal plus ...
Lire la suite de la chronique de .
 

La comédie française se relèvera-t-elle un jour ? Certes, quelques Gustave de Kerven ou Artus de Penguern (à croire qu'il faut être breton, particulé ou avoir un prénom désuet pour réussir dans le domaine) apporte du vent frais, mais quels désastres par ailleurs. Le assez survendu Un baiser s'il vous plaît est un sommet du facile, de l'inutile et du rasoir. On rit, cependant, et autant dire que le début du film est assez réjouissant, de par ses situations cocasses et ses acteurs perdus dans un jeu distancié ...
Lire la suite de la chronique de .

 

Note : 4/5 (5 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006