Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

22
04
2009

Prédictions - Alex Proyas

11 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , , , ,

 

Prédictions,

D'

Avec N. Cage, R. Byrne, C. Canterbury

Sortie en salle le 1 Avril 2009
Prédictions - Alex Proyas
.
 

Un film de fin du monde avec Nicolas Cage. Il y a dix ans, cela aurait pu être très alléchant au premier degré, mais une cascade de navets et de compléments capillaires a transformé le pauvre Nick en aimant à moqueries, en prince du nanar friqué. Restait cependant un espoir : la présence derrière la caméra d'Alex Proyas, excellent technicien et solide bâtisseur d'univers (I, robot et surtout Dark city). C'est donc avec un mélange d'appréhension et d'excitation que l'on entre dans ce Prédictions, qui risque en fait de décevoir tous ses spectateurs : qu'on s'attende à un navet délectable ou à un ambitieux film catastrophe, on devra ronger son frein ...
 

En 1959, les enfants d’une classe d’école primaire de Boston-States-Unis mettent des messages dans une « capsule temporelle » qui sera ouverte lors d’une cérémonie par les élèves de la même école 50 ans plus tard. En 2009 donc. C’est le petit Caleb, orphelin de mère et fils d’un père statisticien (ça tombe hyper bien) qui hérite du message chiffré de Melinda, petite fille pâlotte et perturbée qui avait une étrange façon de se faire une manucure ...
 

Apres le médiocre remake du Jour Ou La Terre S'Arreta, voici un nouveau film d'anticipation à dominante écologique et apocalyptique. Ou comment faire bouger les mentalites avec un pur film de divertissement. En huit ans de préparation, le film est passé dans les mains de plusieurs réalisateurs avant de finalement échouer dans ceux d'Alex Proyas a qui on doit entre autres les excellents The Crow, Dark City ou plus récemment I Robot. Bien qu'il s'agisse une nouvelle fois d'un film de commande, le réalisateur imprime tout de meme sa patte graphique au film. Les images sont vraiment belles et la musique particulierement bien choisie ...
 

Bien souvent, le problème avec les films apocalyptiques, c'est l'apocalypse. Cet axiome, maintes fois vérifié ("La Guerre des Mondes", "Indépendance Day", "Armageddon"), trouve une nouvelle fois sa confirmation dans le nouveau film d'Alex Proyas. La situation de départ, particulièrement alléchante, tient bien ses promesses. Une scène d'exposition nous montre la classe de Melle Taylor en 1959, bruissante de bambins impliqués dans le projet de léguer leurs dessins à leurs condisciples à venir un demi-siècle plus tard ...
 

Alex Proyas est un mystère. Comment avoir livré l'un des meilleurs ouvrages fantastique des années 90 avec Dark City, et finir aujourd'hui sur un navet hors norme comme celui-ci? Entre-temps le cinéaste s'était attaqué à une transposition hollywoodienne des Robots d'Asimov, un film qui donnait l'impression d'une commande pour star relativement honnête d'autant qu'elle restait assez fidèle à l'esprit de l'auteur initial. Mais on remarquera deux tendances au niveau du fantastique avec ce nouveau film qui ne rassure pas sur l'avenir ...
 

Sur la papier, Prédictions semblait un peu risqué dans son scénario, mais avait le potentiel d’un bon film. Mettons nous d’accord d’office, ce n’est vraiment pas pour Nicolas Cage que j’allais voir le film, bien que sa prestation ne pouvait pas être aussi mauvaise alimentaire que dans Bangkok Dangerous. Peut-être que la présence de I-Robot dans la filmographie d’Alex Proyas aura fait parti des éléments m’incitant à voir le film, mais la réalité veut que le hasard m’ai amené dans une salle précise à une heure précise ou ne passait qu’un film précis ...
 

Nicolas Cage a quelques bon films à son actif (Sailor et Lula, Leaving Las Vegas, Adaptation ou même Volte/Face). Son dernier haut fait d’arme, s’il on puisse dire, reste Lord of War, et ça commence déjà à dater (2005). Depuis, Nicolas Cage s’est bâtit une solide mauvaise réputation, par la faute de choix plus que douteux (Ghost Rider, Next, Bangkok Dangerous etc.) dont le plus grave est ce remake pathétique de The Weather Man, dans lequel il se compromet gravement. Nicolas Cage est passé maître dans l’art de l’interprétation outrancière, du cabotinage le plus excessif. Et rien que par son seul jeu, Nicolas Cage plombe et sacage un film entier ...
 

Avec Prédictions, Alex Proyas semble avoir remisé l’habit de metteur en scène doué (The crow ou Dark City, c’était lui) pour endosser celui d’un Paco Rabanne de pacotille, nous annonçant rien moins que la fin du monde pour cette année 2009 ... C’est du moins ce que va découvrir John, le personnage principal du film. A l’occasion du cinquantième anniversaire de la création de l’école voisine, on déterre des dessins réalisés par les gamins de l’époque, représentant leur idée du futur et de l’an 2000. Seul son fils repart avec une enveloppe contenant une curieuse liste de chiffres. John, professeur et chercheur en astrophysique, va réussir à comprendre que certaines séquences correspondent à la date d’une grande catastrophe ...
 

Il y a un demi siècle de cela, une maitresse d’école américaine a une idée plutôt intéressante. Elle demande à sa classe de faire un dessin pour représenter ce que chacun des élèves imagine au sujet du futur. Puis toutes ces petites œuvres finissent enfouies sous terre, jusqu’à ce que 50 ans plus tard, au cours d’une cérémonie attendue, on ouvre le container et on distribue les dessins aux garnements d’aujourd’hui. Le fils de Nicolas Cage n’as de chance : en lieu et place de fusée ou d’invention futuriste, il se retrouve avec entre les mains une longue suite de chiffres apparemment sans sens évident ...
 

Tout d'abord, une mise au point : quelqu'un pourrait-il enfin dire à Nicholas Cage qu'il joue vraiment comme un pied ? C'en deviendrait presque émouvant. Je sais, je sais, bien fait pour moi, mais bon. Je voulais aller au ciéma, et j'avais peur de m'endormir face à Villa Amalia , par exemple. Et j'ai donc lu quelques autres critiques, jusqu'à ce que, tant moutons nous sommes, ô consommateurs (culturels ou autres) suivant les parcours balisés et pré-mâchants de la critique consumériste et impérative ...
 

Bon ce film me plaisait au début. Je trouvais tres bien le coup des prédictions, les voix qui chuchotent etc, et les scenes de catastrophe sont bien fichues. Disons que j'ai aimé le film jusqu'à ses trois quarts. Après, ça a malheureusement tendance à devenir très niais ...

Note : 1.6/5 (5 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006