Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

14
03
2007

Le vent se lève - Ken Loach

9 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , ,

 

Le vent se lève, 
,

Avec C. Murphy, P. Delaney, L. Cunningham

Sortie en salle le 23 août 2006
Parution en DVD le 8 mars 2007
Acheter Le vent se lève sur Amazon sur Amazon
 

 
Grâce au plus célèbre des hebdomadaires (de gauche) consacré aux programmes télévisuels, j’ai pu découvrir en avant-première le dernier film (de gauche) de Ken Loach. Et avec ça, Monsieur Loach, vous reprendrez bien quelque chose ? Pour moi, ce sera la palme d’or, si vous n’y voyez pas d’inconvénient… Pas de soucis ! Vous la méritez bien pour vos loyaux services et vos presque 40 ans de cinéma bien-pensant ! Bon, OK ! J’exagère un peu. Vous savez depuis un certain temps que ce cinéma (de gauche) n’est pas vraiment ma tasse de thé mais cela ne veut pas dire que Loach est un cinéaste totalement inintéressant ...

Lire la suite de la chronique chez le .

 
Quand j'ai appris que "Le vent se lève" avait reçu la palme d'or, je m'en suis réjoui comme tant de cinéphiles qui ont reçu un jour un des films de Ken Loach comme un coup de poing ; pour moi, ça a été "Family Life", et plus de vingt ans après, "Land and Freedom". Mais je me suis aussi demandé si cette palme n'était pas une sorte de César d'honneur attribué à un des derniers grands réalisateurs européens pour l'ensemble de son oeuvre, et si la qualité du film n'avait pas été reléguée au second plan par le jury de Wong Kar Waï ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Plus de dix ans après son film poignant sur la révolution espagnole et sa trahison par les staliniens (Land and freedom), Ken Loach produit un film similaire en tout points sur la révolution irlandaise ... le soleil en moins. Ils sont trop rares, ces films qui s'attachent à montrer et éclairer ce qui est dans l'ombre de l'histoire. Ces films qui ne versent pas dans la facilité et constituent autant de points d'appuis pour résister à la dictature de l'entertainment ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
C'est le film qui a recu la palme d'or de Cannes cette année, du coup je m'attendais à quelque chose d'extraordinaire mais en fait c'est un film assez quelconque. Le sujet laisse un air de déja vu (le combat pour la liberté c'est bien, l'argent c'est mal) et l'interprétation ne provoque pas beaucoup de sensations. En plus le film est un peu long ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
A vrai dire, j'ai été un peu déçu par Ken Loach cette fois-ci. En effet, on est loin de ces anciens films enfin je dis ça mais le dernier me semble t-il remonte à 1995 avec Land and freedon sur la guerre d'Espagne et Carla's song sur le Nicaragua en 1996 donc il faut que je regarde dans la foulée ces films plus récent... Bon cela n'enlève pas le fait que celui-ci n'apporte pas vraiment à l'Histoire, vision personnelle qui se laisse voir sans grand attrait ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Fratricide au sens propre du mot. Ce film est très dur. La violence tient peut-être moins aux coups de canons qu'aux cris des hommes et aux débats qui les animent. Ken Loach a le talent de nous faire vivre des évènements historiques en nous touchant avec ce que la guerre a d'humain. C'est contradictoire oui. Nos personnages sont tendres, touchants, vaillants, ont des rêves de paix et leur lutte est légitime. Pourtant ils tuent. Ils tuent leurs ennemis comme leurs compagnons coupables de trahison ...

Lire la suite de la chronique .

 
Le film commence par une séquence forte. On assiste, impassibles, à la mort d’un jeune homme de 17 ans, mort sous coups des soldats de la couronne pour avoir refusé de décliner son identité en anglais. Tout étant suggéré, la douleur est encore plus vive. Nous sommes ensuite entraînés pendant une heure trente dans une lutte d’opposition, l’opprimé mettant en place des actions de résistance contre l’opprimeur. Naît alors l’IRA, qui comme tout mouvement de résistance embrigade en son sein les locaux ne prêtant pas allégance au nouveau régime, la plupart du temps issus des rangs populaires. On y voit ainsi de jeunes adultes d’a peine 18 ans, tenir un fusil, et tirer sur cet ennemi qui leur ressemble tant ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Ce n’est pas comme-ci j’avais envie, mais j’y vais pour faire plaisir. Allons donc voir ce nouveau Ken Loach, et, dieu sait, peut être qu’il a mérité une palme d’or… L’Irlande, années 20 : la guerre, entre les colonisateurs britanniques et les irlandais. Damien, futur médecin, renonce à partir à Londres pour aider son frère Teddy à lutter contre l’oppresseur. Le film suit le parcours de Damien, d’abord aux cotés de son frère, puis contre. Le film est une succession de combats dans la lande, dans les villages, de tortures, de traque, comme dans La grande vadrouille (si je veux) et d’amour, parce que c’est beau d’être amoureux. Première déception : le format, c’est du 1.85, donc moche. Le cadrage s’en fera ressentir (si toutefois il y en avait). ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Palme d’Or au dernier festival de Cannes – souvent gage de qualité, il faut avouer- ce film est dur, violent à l’image de la page historique qu’il étudie. Dès la scène d’ouverture – la mort injuste d’un ami de Damien - on sait qu’il n’y aura pas de pitié. D’ailleurs, la violence omniprésente du film contraste avec la beauté verte des paysages irlandais, et on ne peut qu’approuver un des personnages quand il déclare que « cette terre vaut la peine qu’on se batte pour elle ». On se trouve donc entraîné dans la lutte contre l’occupant anglais ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 3.9/5 (9 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006