Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    28
    05
    2007

    Le dahlia noir - Brian de Palma

    12 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , , ,

     

    Le dahlia noir, 
    De ,

    Avec J. Hartnett, S. Johansson, H. Swank

    Sortie en salle le 8 novembre 2006
    Sortie en DVD le 7 juin 2007
    Acheter Le Dahlia noir sur Amazon
     

     
    Après l’ouverture de la Mostra de Venise, Deauville l’attendait et De Palma l’a fait ! Cela promettait d’être un des points d’orgue du Festival du film américain et l’équipe du film, fort honorablement représentée par James Ellroy, l’auteur du livre culte, Brian de Palma, le réalisateur, les acteurs masculins principaux Josh Hartnett et Aaron Eckhart, n’a pas déçu non plus. Dans le Los Angeles de l’immédiat après-2ème guerre mondiale, deux policiers, Bucky Bleichert (Josh Hartnett) et Lee Blanchard (Aaron Eckhart), sont chargés de l’enquête sur le meurtre d’une jeune femme, Betty Ann Short (Mia Kirshner), découverte affreusement mutilée...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Tiens ! Revoilà DePalma ! Réalisateur de génie de quelques grands films, voire même films cultes (pas les meilleurs) mais aussi auteur d’un paquet de sombres navets absolument calamiteux. Le meilleur comme le pire, donc. Je précise que je n’ai pas vu son dernier film, mais Mission to Mars me reste en travers de la gorge, et je n’attends légitimement pas grand-chose de ce Black Dahlia. Pour ne rien arranger, c’est l’adaptation d’un bouquin de Ellroy, auteur qui s’adapte très mal au cinéma...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Je n'ai pas lu le roman de James Ellroy et je ne pourrais donc pas me prononcer sur la fidélité du film au livre. Certains critiques affirment que la noirceur et le pessimisme du roman ne se retrouvent pas à l'écran. Eh bien, qu'est-ce que ça doit être... L'histoire est complexe, et les procédes narratifs choisis ne cherchent pas à simplifier les choses, loin de là. Il y a une multitude de personnages, et les fausses pistes s'entrecroisent avec les vraies, finissant par devenir vraies à leur tour ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Me voilà bien embarrassé pour vous parler du dernier film du grand De Palma car bizarrement, ce que j’en pense ne traduit pas vraiment ce que j’ai ressenti au cours de la projection. Dans un premier temps, je dois avouer avoir été captivé sans réticence par une intrigue rondement menée et par la virtuosité dont le cinéaste fait preuve pour achalander les différents éléments de son enquête. Mais dès que les lumières se sont rallumées, j’ai eu l’impression qu’à l’instar du soufflet sorti trop tôt du four, le film se dégonflait. Est-ce dû juste à une fin assez bâclée ou est-ce un problème plus profond ? Difficile à dire ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    D’abord des mots. Lignes claires étalées sur une blancheur chaotique. Incartades policières posées sur un échiquier docile par un écrivain sangsue. Puis des images. Composition picturale d’une éclatante beauté. Photo léchée, glamour éparpillé sur tous les plans, du décor faussement réaliste au grain de peau des acteurs. Deux auteurs, deux quinquagénaires bourrus, deux solitaires passionnés, Ellroy l’écrivain et De Palma le cinéaste, une même hantise, une même terreur. Un Dahlia noir équivoque ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    On le sait, c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. Cet adage aura peut-être inspiré Brian de Palma pour l'adaptation du livre de James Ellroy. En tout cas, c'est avec une infinie minutie qu'il s'est employé à reconstituer l'atmosphère de Los Angeles des années 40 et celle des meilleurs films noirs. Les acteurs principaux s'y emploient aussi avec efficacité, même si cette impression de déjà vu peut nous étreindre à voir se croiser ainsi Scarlett Johansson, Hilary Swank (du million dollar baby) ou Aaron Eckhart ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    (...) Los Angeles dans les années 40... Afin de faire monter sa côte de popularité juste avant les élections, le Chef de la Police, candidat à sa réélection, organise un match de boxe dont les recettes seront intégralement reversées à des œuvres de charité... (Décidément, les choses ne changent pas avec le temps !) Il propose également d'augmenter les fonctionnaires de police de 8% ! Les policiers sont contents, les habitants de la ville vont se délecter du match d'autant plus que le chef de la police a bien monté sa petite affaire. Il a choisi de faire s'affronter deux de ses hommes : Bleichert (Josh Hartnett), flic imperturbable et laconique, et Blanchard (Aaron Eckhart) beau gosse, beau parleur qui adore les flashs et les bravos. Le titre du match est tout trouvé : Mister Ice Vs Mister Fire ! ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Voilà, de retour au ciné avec un petit film de Brian De Palma sur une affaire criminelle qui a défrayée la chronique dans le début de l'après guerre. Affaire qui reste jusqu'à ce jour irrésolue et adaptée du fameux polar de James Elroy. En 1947, une jeune femme, actrice essayant de faire ses débuts ou les finissant, une de ses starlettes d'Hollywood Elisabeth Ann Short qui sera surnommée ensuite le Dahlia noir par les journalistes est retrouvée morte et dépecée dans un terrain vague, les photos à l'époque n'ont jamais été dévoilées ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Le mystère de cette affaire, qui est au départ un cruel fait divers, a fasciné de très nombreux écrivains (dont bien sûr James Ellroy, dont le roman a inspiré le film de Brian de Palma.) Le film se base donc sur une enquête policière menée sur ce sujet par deux partenaires: "Monsieur Feu" et "Monsieur Glace". A cette intrigue se même un jeu de relations amoureuses. Bon, vous trouverez le synopsis partout, y compris sur la page officielle du film ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    De l'aveu de l'inspecteur Bucky Bleichert dans son enquête sur le meurtre de Elizabeth Short, rien ne reste enterré à jamais, rien... On aurait pourtant préféré que cela soit le cas tant le retour de Brian De Palma quatre ans après Femme fatale s'avère être un raté total. En s'attaquant au Dahlia noir, le roman homonyme de James Elroy publié en 1987, il n'a pas choisi la facilité et ne s'en est malheureusement pas sorti. Bien entendu, l'affiche du film est somptueuse et la distribution tout autant ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Synopsis : deux super flics, boxeurs et amis à la ville, enquetent sur la mort d'une jeune actrice retrouvée eviscérée et mutilée.
    Critique : Le Dahlia Noir est un véritable fait divers qui s'est déroulé dans les années 40 qui avait fait couler beaucoup d'encres. Cette mort mystérieuse a fait l'objet de plusieurs enquêtes et oeuvres de fiction dont la plus célèbre reste le roman de James Ellroy. C'est cette version devenue un des plus gros bestsellers qui est aujourd'hui transposée à l'ecran par un spécialiste du film noir, Brian de Palma. La tache d'adapter un livre de James Ellroy au cinéma n'est pas une chose aisée ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Autant le dire tout de suite, j'ai par le passé lu les deux gros pavés que sont L.A Confidential et le Dahlia noir, j'en garde un lointain souvenir, celui d'une oeuvre tourmentée et souvent bien compliquée. C'est par contre l'adaptation de L.A Confidential au grand écran (remarquables Kim Bassinger et Kevin Spacey entre autres..), qui elle me séduira, le film rendant le propos et l'histoire plus accessible, tout en préservant la part de mystère et donc de suspense. Ici hélas cela ne marche pas, l'histoire démarre correctement avant de perdre son rythme et de s'engluer pour finir lamentablement ...

    Lire la suite de la chronique chez .


    Note : 3.3/5 (9 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006