Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    25
    06
    2009

    La femme sans tête - Lucrecia Martel

    4 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , ,

     

    La femme sans tête,
    De

    Avec M. Onetto, C. Cantero, I. Efron

    Sortie en salle le 29 Avril 2009
    La femme sans tête - Lucrecia Martel
    .
     

    Présenté à Cannes l’année dernière où il n’avait guère suscité d’intérêt, La mujer sin cabeza sort près d’un an après sa sélection, confidentiellement et pour cause, insipidité et platitude guident ce ramassis de poncifs d’un certain cinéma world, uniforme et uniformisé. Une femme écrase un chien et vit désormais dans l’effroi. Plus que sa voiture, c’est elle qui a véritablement subi la secousse de l’accident. Toquée et apeurée, elle erre dans sa propre vie ...
     

    Ainsi donc, le vingt-et-unième siècle serait celui du cinéma argentin ou ne serait pas. C'est tout du moins ce qu'on a voulu nous faire croire il y a presque dix ans, avec l'avènement des Lucia Puenzo, Fabian Bielinsky (paix à son âme) et autres Pablo Trapero. Si l'Argentine accouche certes régulièrement de petites merveilles, celle qu'on désignait alors comme son fer de lance semble avoir du mal à assumer ce statut. Lucrecia Martel, car c'est elle qu'il s'agit, avait brillé avec La cienaga et fait douter avec La nina santa ...
     

    Troisième film de la cinéaste argentine Lucrecia Martel, La femme sans tête est suffisamment ouvert pour permettre à chaque spectateur de se forger sa propre opinion. Il est cependant évident qu’à travers ce portrait de femme paumée, la réalisatrice aborde des thèmes autrement plus profonds. Comme dans ses deux précédents long-métrages, La Ciénaga et La niña santa, elle dresse le portrait d’une bourgeoisie argentine repliée sur elle-même, complètement coupée des réalités ...
     

    Et de trois! Décidément, le cinéma argentin aura fait chez nous dans le bôô cinéma, un sacré triplé! Entre le bleu et énervé La sangre brota et le minimal et ensoleillé La fenêtre, voici La femme sans tête, qu'on pourrait dire à mi-chemin de l'un et de l'autre. Un film... poreux, malléable (meuble ?) où l'image se fait contaminer (parasiter ?) par le son, le récit par l'extérieur, les personnages les uns par les autres ...

    Note : 0/5 (0 note)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006