Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    13
    01
    2008

    Persepolis - Marjane Satrapi & Vincent Paronnaud

    17 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , , , , , , , , ,

     

    Persepolis,
    De &
    Animation
    Sortie en salle le 27 juin 2007
    Sortie en salle le 27 décembre 2007
    Acheter Persepolis sur Amazon
     

    Me voilà bien embêté pour débuter cette note puisque Persépolis fait partie de ces films incritiquables. En effet, il faudrait être une brute pour ne pas être touché par ce récit autobiographique d’une jeune femme qui a connu la dictature du Shah d’Iran, la révolution islamiste, la guerre, l’exil et le déracinement et ne pas ressentir un pincement au cœur devant les moments les plus émouvants du film. Et si je commence à émettre quelques réserves sur cette œuvre promise à un grand succès public (les applaudissement qui conclurent la projection en avant-première d’hier soir le garantissent), on va me taxer de sans cœur. Pourtant, face à ce genre de film, j’ai toujours la peur que cette émotion soit « verrouillée » d’entrée de jeu ...
     

    Comme beaucoup, j'avais découvert et apprécié dans Libération la bande dessinée de Marjane Satrapi, avec ses à-plats noirs et blancs et une narration qui évoquait "Maus" d'Art Speigelman, et c'est donc avec curiosité mais aussi une certaine inquiétude que je suis allé voir le film : de même qu'un bon livre ne fait pas forcément un bon film, une bonne BD ne débouche pas automatiquement sur un bon dessin animé. Très vite, cette inquiétude s'est envolée ...
     

    Alors décidément, voilà qui va réjouir les "puristes" (personnellement, c'est le titre que j'aurais choisi à la place des CHORISTES), car ce mercredi sort en salles PERSEPOLIS de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud. Champagne, petits fours, smoking même pas de chez Cardin, et applaudissements, et pour ceux qui étaient courageux, visionnage au Grand Palais, souvenez-vous, c'était à Cannes, pour défendre la France, Monsieur, La France ! Couverture médiatique énorme, couv' dans les beaux journaux, ventes des BDs originales à grand tirage (un secteur qui va aussi bien, c'est-à-dire mal, que le cinéma, et qui subit les mêmes contraintes économiques de concentration en matière de production et de distribution), artic's en veux-tu en voilà ...
     

    Marjane Satrapi nous raconte son histoire. Dur de grandir , fillette, surtout dans un monde hostile même si tu as la chance de vivre au sein d'une famille aimante et relativement aisée. D'une privation de liberté à l' autre le parcours est difficile. De la chute du Shah et de l'espoir bien vite avorté, au régime religieux étouffant et stupide nous suivons l'évolution de Marjane. Il est plaisant de découvrir cette histoire sous le trait de crayon précis et sobre, optant à 99% pour un noir aux contours ronds quasi arabesque ...
     

    Ce film, réalisé par Marjane Satrapi, est une adaptation de la bande dessinée du même nom écrite par cette même personne, créant deux autobiographies dans deux styles différents. Non seulement cette adaptation avait tous les moyens d’être profondément humaine, mais en plus l’auteur-narrateur-personnage principal a réussi à faire un film d’une très grande qualité, par son témoignage poignant, drôle et moralisateur sans être excessif. Ainsi, on parcourt l’histoire et l’évolution du régime politique iranien à travers le XXème siècle ...
     

    Un petit bijou d'animation réalisé en étroite collaboration avec Marjane Satrapi, l'auteur de la bande dessinée. Elle est en totale corrélation avec les 5 tomes de l'écrit, une vision qui s'imbrique de manière presque quasi transparente, peu de différences entre l'écrit et l'animé; un film juste avec des personnages qui prenne vie, qui devienne réalité palpable, le son des voix de Chiara Mastroianni pour Marjane, de Catherine Deneuve pour sa mère et Danièle Darrieux pour sa grand mère chérie. Je dois dire que le personnage de la grand-mère est tout bonnement excellent ...
     

    Le film était attendu, et pas qu’un peu ! Après son succès au 60ème Festival de Cannes, Persepolis était présent sur tous les fronts, presse écrite, télé, radios, internet. Immanquable, presque. Intrigué, donc, et un peu amusé par le ton léger sur font de guerre sérieuse, dévoilé dans la bande-annonce, je suis allé le voir à sa sortie. Marjane Satrapi dessine bien, l’histoire est ce qu’elle est, celle d’une petite fille qui grandit dans le milieu des opposants à un dictateur, qui subit une guerre, qui découvre la vie occidentale ...
     

    Je suis tombée sur un extrait du film à la télé il y a 3 semaines, et ça m’a convaincu d’aller le voir. J’ignorais que Persépolis avait été une BD avant un film, j’ignorais qu’il avait reçu le prix du Jury au Festival de Cannes, et j’ignorais également que le film avait porté aux nues par les critiques. J’avais juste envie d’aller le voir. Eh bien, je vais me ranger du côté du consensus, c’est un très beau film. Déjà d’un point de vue esthétique, c’est à contre-courant des films d’animations actuels qui sont soit dans le style manga, soit en 3D ; c’est très sobre ...
     

    À 37 ans, Marji peut être fière de la femme qu’elle est devenue. Jamais la petite Iranienne de huit pommes fan de Bruce Lee n’aurait osé s’imaginer terminant l’année auréolée du Prix du Jury (Ex-æquo avec Lumière silencieuse de Carlos Reygadas) du Festival de Cannes. Premier prix pour le tout premier long métrage d’animation de Marjanne Satrapi : Persepolis. Récompense partagée avec son voisin d’atelier et âme sœur Vincent Parionnaud, maître ès de l’humour noir, mention américanisme candide des années 30 et 50 ...
     

    Il ne faut pas s'y tromper : ce "Persepolis" n'est pas une "simple" adaptation d'une bande dessinée s'adressant aux inconditonnels d'icelle qui se satisferaient béatement de retrouver les aventures semi-fictionnelle de cette fille de la bourgeoisie iranienne emportée dans le tourbillon de l'histoire. Ni une oeuvre pour enfants. C'est un vrai film, dans lequel l'animation, pour l'essentiel en noir et blanc, acquiert une force de suggestion tout à fait détonante, onirique et symbolique de sorte qu'elle constitue une véritable narration en elle-même ...
     

    Ce dessin animé, primé à cannes, est un véritable bijou. L'histoire est déjà en elle-même assez rarement traitée par le genre. Inspiré d'une BD de Marjane Satrapi, dessinatrice iranienne, il raconte comment une enfant, puis une adolescente, grandit en étant le témoin d'abord de la révolution iranienne ayant abouti à la chute du régime du Shah, puis de la guerre Iran - Iraq ...
     

    La petite Marjane a plein d'idées pour rendre le monde meilleur. Elle se verrait bien en prophète guidant l'humanité vers la paix et la prosperité. Elle a de qui tenir, sa famille est très moderne, cultivée et comporte beaucoup d'idéologues. Elle a grandi dans une bulle de bonheur qui va éclater avec la chute du Shah d'Iran. Petit à petit, son univers alors si agréable va se fissurer. L'arrivée au pouvoir d'extrémistes religieux doublée de la guerre contre l'Irak vont assombrir son ciel bleu, l'obligeant même à l'exil. A l'étranger, elle devra alors faire face au choc des mentalités ...
     

    Cela fait des années que des amies me conseillent de lire Persépolis, la bande dessinée de Marjane Satrapi. J'ai été plusieurs fois tenté mais je ne suis pas passé à l'acte. Aujourd'hui que Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud en ont fait Persépolis, le film d'animation, je me suis empressé d'acheter le gros volume qui réunit les quatre tomes afin de pouvoir éventuellement asséner sans remords que, comme souvent, le film est moins bien que le livre ...
     

    Synopsis : La jeunesse en Iran et en Europe de Marjane Satrapi où comment tenter une vie normale malgré la guerre et l'opression.
    Critique : Non tous les dessins animés ne sont pas reservés aux enfants. Les parents qui vont amener leurs chères tetes blondes voir Persepolis risquent d'etre surpris et leur progeniture bien déçues. Persepolis c'est l'adaptation par son auteur Marjane Satrapi d'un roman graphique qui est devenue un grand succés de librairie à travers le monde entier. Car elle n'est pas rose cette histoire ...
     

    Adaptation de la bande dessinée éponyme, Persépolis retrace l’enfance de Marjane, petite fille iranienne, de la chute du Shah jusqu’au milieu des années 90. Tour à tour drole et émouvant, ce film d’animation à l’esthétique sobre, impressionne ...
     

    Je l'ai enfin vu, ce film d'animation, tiré de la BD du même nom, dont j'ai tant entendu parler. Et bien, je n'ai pas été déçue, malgré cette utilisation constante du noir et blanc, et ce thème de guerre qui ne m'inspire guère, en règle générale. Ce film est de toute beauté, tantôt grave et lourd, tantôt léger et drôle, souvent étonnant et instructif. J'ai appris beaucoup de points d'histoire que je ne connaissais pas ...
     

    Persepolis est l’adaptation au cinéma d’une série d’albums de bandes dessinées retraçant la vie somme toute mouvementée de sa créatrice Marjane Satrapi. Marjane Satrapi est iranienne, de parents aisés et cultivés et elle a 8 ans quand se produit la chute du Chah. Comme tout le monde, elle adule au début les Ayatollah arrivant au pouvoir mais elle déchante vite en voyant les agissements des “commissaires de la révolution”. La guerre Iran-Irak éclate et les parents de la jeune Marjane l’exilent en Autriche pour la protéger ...

    Note : 3.7/5 (22 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006