Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    10
    06
    2009

    Ne te retourne pas - Marina De Van

    7 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , ,

     

    Ne te retourne pas,
    De

    Avec S. Marceau, M. Bellucci, B. Catillon

    : Sortie le 3 Juin 2009
    Ne te retourne pas - Marina De Van
    .
     

    Le film fonctionne d’abord sur un fait simple : nos vies modernes sont articulées autour des objets qui nous entoure. Dès lors qu’une chose change de place sans raison apparente, le changement peut-être perceptible physiquement et induire une crainte légitime. Ne te retourne pas fonctionne sur ce principe là et tout le travail de Marina de Van consiste à brouiller les repères sensoriels ...
     

    Après le vénéneux Dans ma peau, on attendait beaucoup du deuxième long de Marina de Van, au pitch étrange et captivant. Alors voilà : c'est l'histoire de Sophie Marceau qui se transforme en Monica Bellucci. Ou quand le cinéma français daigne enfin prendre des risques. Présenté à Cannes en séance spéciale, Ne te retourne pas a reçu un accueil comme seul le festival peut en distribuer - houleux, moqueur, irraisonné - et une volée de bois vert ...
     

    Ce film a frolé la bulle et puis finalement l’indulgence a le dessus car même s’il compte une interminable demi-heure de trop (ce que ça peut être long une demi-heure), l’idée est tellement géniale, les effets spéciaux tellement incroyables et Sophie Marceau tellement merveilleuse ...
     

    Revenu de Cannes sous les huements et les ricanements, Ne te retourne pas peut se targuer des labels « film incompris » ou « film trop différent » mais une fois générique lancé, ceux-ci n’ont plus lieu d’être. Le film ne peut feindre ce qu’on a bien voulu voir en lui ni ce que Marina de Van a originellement recherché, de la thématique cronenbergienne à sa transcription formelle ...
     

    Tel est le point de départ, parfaitement angoissant, de Ne te retourne pas, le nouveau long-métrage de Marina De Van. Comme dans son premier film, le dérangeant Dans ma peau, la cinéaste parvient à créer un climat oppressant, à la lisière du fantastique, à partir de petites choses du quotidien. Le spectateur est tout de suite plongé dans cet univers mouvant et déroutant, intrigué par les phénomènes rencontrés par l’héroïne ...
     

    Présenté en séance de minuit à Cannes cette année, Ne te retourne pas a fait partie de ces films dont on s'est moqué et qu'on a hué. Sans vouloir me poser en défenseuse systématique des films décriés (on verra bien pour Antichrist, mais il y a de fortes chances que je ne l'aime pas), je n'en comprends pas trop la raison. Certes, les effets spéciaux sont un peu cheap, les dialogues parfois appuyés, l'idée de transformer Marceau en Bellucci ressemble de loin à un coup médiatique ...
     

    Terrific ! Un film avec deux affiches différentes, deux actrices sublimissimes, une dualité dans les personnages comme au fond de chacun d'entre nous : celui ou celle que nous croyons être, que nous sommes, que l'on pense montrer aux autres, que les autres perçoivent de nous... Après deux heures de réflexion, je me lance à dire que j'ai aimé le film, même si ce n'est pas un cri du coeur ...

    Note : 3.5/5 (4 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006