Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 

18
04
2008

Je suis une légende - Francis Lawrence

11 chroniques recensées

Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
, , , , , , , , , ,

 

Je suis une légende, 
De ,

Avec W. Smith, A. Braga, C. Tahan

Sortie le 19 Décembre 2007
Sortie en DVD le 19 Juin 2008
Acheter Je suis une légende sur Amazon

 
Une info télévisée, en préambule de Je suis une légende : un médicament contre le cancer, efficace dans 100% des cas, vient d'être inventé. C'est, semble-t-il, une grande nouvelle pour l'humanité (et accessoirement le rôle le plus court de la carrière d'Emma Thompson). Sauf que voilà : le remède en question, s'il met en effet le cancer au tapis, se met à transformer les personnes soignées en créatures pas vraiment zombies mais certainement pas humaines ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Film attendu pour sauver une année cinéma légèrement en demi-teinte pour les cinéphiles comme pour les professionnels du cinéma, Je suis une légende ne remplira pas toutes les attentes. Egrenons les défauts qui font quelque peu préjudice au film. Tout d'abord, un choix probablement volontaire de ne pas privilégier l'action pour laisser davantage la place au psychologique : cela aurait pu être jouable mais il y manque pour le coup de l'ampleur ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Un film de zombies ? Etonnant, non pour ce blog ... Mais I am Legend n'est pas un film de zombies, ou alors est le seul vrai film de zombies. Car il leur donne pour une fois une existence réelle, scientifiquement assez crédible. Un scientifique reste seul au monde, dans un New York dévasté, après une pandémie virale ayant transformé l'humanité en zombies assoiffés de sang. Avec pour seule compagne sa chienne fidèle, il robinsonne au milieu de l'apocalypse. Ce jeu pour adulte de l'après fin du monde est le véritable atout du film ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
"Je suis une Légende" est un classique de la science-fiction d'épouvante, écrit en 1954 par Richard Matheson, l'auteur de "L'Homme qui rétrécit", et, plus exotique, des "Seins de Glace". Adapté une première fois au cinéma en 1971 par Boris Sagal sous le titre "Le Survivant" avec Charlton Heston dans le rôle titre (version rejetée par l'auteur), ce roman culte faisait l'objet de projets cinématographiques depuis des années, et les noms de James Cameron, Michael Bay ou Paul Verhoeven avaient circulé pour le diriger ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
En 2009 Emma Thompson annonce à la télévision, un peu émue il faut le dire, qu'enfin un vaccin contre le cancer a été trouvé. Seulement voila ce vaccin a un effet secondaire: il transforme 9% de la population en zombies sur-vitaminés obligés de tuer pour se nourrir et tue les autres 90%. Seul 1%, soit quelques millions de personnes, sont immunisés. Robert Neville (Will Smith), savant de haut niveau (il est dans l'armée) en fait parti mais il est le seul humain à hanter les rues de New-York ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Synopsis : Un vaccin sensé guerrir le cancer a muté en un virus extrement dangereux qui a transformé quasiment la totalité de la race humaine en créatures mi vampire mi zombie. Robert Neville se croit le dernier survivant dans New York et essaye de trouver un moyen d'eradiquer l'epidemie et sauver ceux qui peuvent encore l'être.
Critique : Je Suis Une Legende est la troisième adaptation cinématographique du roman culte de Richard Matheson. Une nouvelle adaptation qui se permet une nouvelle fois d'utiliser la trame du livre et prendre un maximum de liberté pour transformer le tout en blockbuster de fin d'année. Le long métrage est le second film du réalisateur Francis Lawrence qui avait fait tourner precedemment Keanu Reeves dans Constantine, adaptation de la BD Hellblazer. Il a été personnellement choisi par Will Smith pour mettre en image cette troisieme adaptation prévu depuis plus de dix ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Vous voulez me faire pleurer, faites-moi revoir I am legend. J'ai suivi la troupe, histoire de sortir de mon enfermement et avant un probable pétage de plombs dans un futur très proche. Je ne savais pas de quoi ça parlait. Les fois où j'ai vu des interviews avec Will smith (♥) c'était plutôt pour parler du fait que ses enfants participaient dans ses films (sa fille Willow joue le rôle de Marley). Les mannequins me donnaient la chair de poule à chaque fois que je les voyais, j'attendais qu'à chaque instant ils bougent les yeux ou se transforment en mutants, mais c'est aussi une des scènes les plus émouvantes du film (rien que d'y penser, je veux pleurer encore) ...

Lire la suite de la chronique .

 
Eh bien je dirai que finalement cela se laisse regarder. Bon, rien de très très neuf quand même et dans le style j'ai préféré "28 jours/mois plus tard" mais un rendu sympathique de New York City en friche abandonnée à soi, seul un être survit dans le jour au rythme d'un vieux bob marley de légende...et lorsque la nuit se lève, c'est le déferlement qui survient. Lui, s'est Robert Neville (alias Will Smith) et son fidèle chien compagnon, son rantanplan ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Je sais, je sais, j’ai pris amplement mon temps pour vous parler de ce film vu le week-end dernier avec Jonathan. Déjà, à ma décharge, je l’ai vu longtemps après sa sortie, et ensuite, je travaille beaucoup (pour gagner plus, vous savez !). Vous remarquerez aussi que cet article n’est pas du tout préparé, tapé “à l’arrache” comme disent les jeunes, et que donc si vous aimez le faux style intellectualisé des critiques habituelles, vous risquez d’être forcément déçu ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
J’ai toujours eu un peu de mal avec Will Smith. Ce n’est pas mon acteur préféré, depuis les temps de la sitcom ridicule « Prince of Bel Air » aux films blockbusters du type « Men in black » qui l’ont consacré superstar incontournable. La faute aussi aux réalisateurs qui le cantonnent dans le rôle stéréotypé par excellence, celui du black cool qui frime et se la raconte d’un bout à l’autre du film. Une sorte d’Eddie Murphy des temps modernes. Avec cette subtile différence que Will est capable de faire autre chose ...

Lire la suite de la chronique chez .

 
Les romans d’anticipation ont le vent en poupe puisqu’un autre classique du genre a été adapté par Alfonso Cuaron l’année dernière : “Children of Men“. Francis Lawrence, qui s’est lancé dans la réalisation avec “Constantine” et vient du monde du vidéoclip, relève le défi de cette adaptation ...

Lire la suite de la chronique chez .


Note : 2.7/5 (11 notes)


Imprimer   0 commentaire Commenter  
>>

Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006