Actuellement, il y a oeuvres. Pad de navigation Catégories
  
Ce site compile pour vous les avis de blogueurs passionnés.

  
Admin
  Commentaires  

Partenaires

 
marche au super de ViaBloga.

Design
 : Manta Ray

Sur une idée et avec l'énergie de Labosonic 
avec les talents de ses contributeurs.

 
  Favoris  


     
      146 Contributeurs  

    13
    11
    2007

    Borat - Larry Charles

    10 chroniques recensées

    Liste des chroniqueurs sur ce sujet :
    , , , , , , , , ,

     

    Borat, 
    De ,

    Avec S. Baron Cohen, K. Davitian, P. Anderson
    Sortie en salle le 11 novembre 2006
    Sortie en DVD le 1 aout 2007
    Acheter Borat sur Amazon
     

     
    Borat est un personnage fictif crée par le comique anglais (d’origine juive, je le précise c’est important pour la suite !) Sacha Baron Cohen, celui là même qui a crée le personnage d’Ali G. qu’on voit notamment dans un clip de Madonna (Music). La nation kazakh n’est pas présentée sous un jour glorieux : Borat est misogyne, homophobe, antisémite, raciste et obsédé par le sexe. Il part donc avec tous ses préjugés aux Etats-Unis. Le film se veut être une critique des Etats-Unis, de leurs façon de penser politiquement correct. Dans certaines scènes, oui, on sent la critique juste ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Synopsis : Borat, un journaliste du Kazakhstan, est envoyé par le gouvernement de son pays pour étudier les Etats Unis. Alors qu'il regarde la télévision dans sa chambre d'hotel New Yorkaise, il tombe amoureux de l'actrice Pamela Anderson. Il part alors à bord d'une camionnette de marchands de glaces pour une traversée des Etats Unis jusqu'en Californie pour rencontrer sa belle.
    Critique : Borat a été inventé par l'acteur Sacha Baron Cohen dans le cadre de son émission de télé sur Channel 4, Da Ali G Show. L'acteur a explosé grace à sa participation au clip de Music de Madonna avant de transposer son personnage d'Ali G sur grand écran. Pour son second long metrage en tete d'affiche, il a choisi de porter sur grand écran ce qu'il faisait avec Borat à la télévision. ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Borat est journaliste kazakh, position prestigieuse dans son pays qui lui vaut d'habiter dans une (vieille) maison en dur avec sa mère et sa sœur (une des meilleures prostituées du pays, comme 'l’attestent les prix qu'elle a reçus. Le ministre de l'information envoie Borat aux États-unis. Il y a en effet urgence. Le Kazakhstan souffre d'une image rétrograde, et la mission de Borat consistera à se renseigner sur les principaux aspects de la vie américaine, afin d'importer les traits de caractère de ce pays qui sont synonymes d'une nation moderne. Et il y a du boulot ! Le village de Borat ressemble à un village roumain (je fais exprès) des années 40 (on a l'impression que l'électricité a été branchée hier soir !). Ce film (BORAT, LEÇONS CULTURELLES...) est donc le reportage que réalise Borat en chemin depuis son départ du Kazakhstan ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    "Borat" est ce que les Américains appellent un "mockumentaire", c'est-à-dire une parodie de documentaire. Dès le générique, on est plongé dedans : définition de l'image ex-soviétique, titres et sous-titres en caractères cyrilliques, musique piquée à Kusturica et syntaxe approximative, comme le prouve le sous-titre du film, "Leçons culturelles sur l'Amérique au profit glorieuse nation Kazakhstan". De nombreuses scènes ont été tournées en présentant Borat comme un véritable journaliste venu d'un lointain pays au nom imprononçable. ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Pour vous éviter des noeuds au cerveau... Il s'agit du vrai/faux reportage d'un Kazakh parti aux USA pour y apprendre les secrets de la réussite économique et sociale afin de les dévoiler au profit de sa très glorieuse nation. Pas franchement fin mais grossièrement drôle, le film nous offre de bons moments. Il est filmé à la façon d'un documentaire amateur ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Ambitieux sur le papier, décevant sur l'écran. Faire rire des travers d’une population en suivant les déambulations d’un Huron inculte et naïf, ce n’est pas nouveau et ça peut être très drôle. Malheureusement, l’exercice est difficile et est rarement réussi par les 'comiques' de télévision. Rien à voir entre quelques gags insérés pendant les temps morts d'une émission de plateau et un long métrage qui doit durer au moins 1 heure et demi. Résultat, si l’on sourit souvent, si on rit parfois, on trouve également le temps très long entre 2 gags ...

    Lire la suite de la chronique .

     
    Le film le plus drôle de l'année selon le magazine Première n'est en fait qu'une bouffonnerie d'1h30 au souffle court. Certes, Sacha Baron Cohen habite totalement son personnage mais de là à en faire un tel buzz ? Plus proche de Jackass et Michael Youn que de Michael Moore, Borat est un condensé d'âneries censé charger le modèle américain. Un pseudo journaliste kazakh qui traverse les Etats-Unis d'Est en Ouest pour rencontrer Pamela Anderson, voilà la trame principale de ce pseudo-film. Sur son chemin, ce con de Borat (misogyne, raciste, antisémite...) croise d'autres cons (jeunes et vieux américains moyens) et les différentes situations sont censés révéler les préjugés de la société américaine ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    J’étais particulièrement mitigé pour aller voir ce film. Il y avait, d’un côté, le buzz qu’on m’avait proposé d’en faire et qui n’avait pas su me séduire, la bande annonce ne me donnait pas envie, la promo du film non plus. De l’autre côté, il y a eu plein de retour positifs sur internet, tout le monde en faisant “le film a voir”. Je n’avais pas prévu y aller, je vous assure. C’est un terrible concours de circonstance. Borat, c’est marrant, c’est vrai. C’est drôle parce que sous couvert d’être étranger, de mal maitriser la langue, la culture, le mode de vie, Borat peut se foutre de la gueule des américains sans aucun scrupule, et sans que ça ne les perturbe le moins du monde ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    (Presque) tout le monde connaît Sacha Baron Cohen depuis le buzz médiatique qu'a engendré la sortie de son nouveau long-métrage, BORAT, pseudo-documentaire d'un journaliste kazakh en vadrouille aux Etats-Unis. Le comédien n'en est pas à son premier fait d'armes : rappelons-nous de Ali G le rappeur, franchise qui a donné un film, une série et l'apparition dans un clip de Madonna. Et oui, c'était lui! Mon impression était alors assez mitigée et c'est avec une certaine appréhension mêlée à une intense curiosité que j'ai décidé de donner une chance à Borat, un personnage qu'on retrouve d'ailleurs dans la série Ali G. Et à vrai dire, c'est no regrets ...

    Lire la suite de la chronique chez .

     
    Excellent ! J'ai eu du mal à aller voir ce film, quand il y a trop de commentaires laudatifs sur une affiche, c'est mauvais signe, surtout quand la référence en presse cinématographique citée s'appelle "Le Parisien-Aujourd'hui en France". Et puis finalement c'est une énorme surprise. Ce film est à mourir de rire. On nage pendant une heure et demie dans l'absurde, le décalé ...

    Lire la suite de la chronique chez .


     

    Note : 3.2/5 (19 notes)


    Imprimer   0 commentaire Commenter  
    >>

    Critico-blog cultive les différences de la blogosphère depuis 2006